Echinopsis formosa

Famille : Cactaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 138 ko
Sur les pentes rocheuses ensoleillées de la cordillère des Andes, jusqu’à 3500 m d’altitude, pousse au Chili et en Argentine Echinopsis formosa. Solitaire, puis cespiteux et enfin colonnaire avec 2 m de hauteur et des tiges de 50 cm. Les fleurs infondibuliformes diurnes, jaune d’or, atteignent les 8 cm de diamètre. Résiste à -10 °C mais ne supporte pas le froid humide et risque, en hiver, la pourriture © Giuseppe Mazza

Echinopsis formosa (Pfeiff.) Jacobi ex Salm-Dyck (1849) est originaire de l’ouest de l’Argentine et du Chili où il pousse généralement dans les vallées et le long des pentes rocheuses de la Cordillère des Andes jusqu’à environ 3500 m d’altitude.

Le nom du genre résulte de la combinaison des mots grecs "Echinos" = de hérisson et "opsis" = apparence, avec une signification évidente ; le nom de l’espèce est le mot latin "formosa" = belle.

Noms communs : “koko”, “pasakana” (espagnol).

Succulent, tout d’abord solitaire, puis plus ou moins cespiteux, globuleux, tendant à devenir colonnaire au cours du temps, de hauteur généralement comprise entre 50 cm et 1 m, avec un diamètre de 20 à 35 cm, bien que les vieux spécimens, dans la nature, puissent atteindre 2 m de haut et 50 cm de diamètre.

Les tiges ont de 15 à 35 côtes verticales vert clair avec des tubercules remarquables et des aréoles elliptiques, initialement couvertes d’un duvet brun, éloignées les unes des autres d’environ 1 cm ; les aréoles portent de 8 à 16 épines radiales de 3 à 10 cm de long, jaunâtres, et de 4 à 9 épines centrales, brunes, de longueur variable pouvant atteindre, dans certains cas, 20 cm. Les fleurs, en forme d’entonnoir, diurnes, naissant dans la région apicale, de couleur jaune d’or, mesurent environ 8 cm de long et de large.

Les fruits globuleux mesurent 3 ou 4 cm de diamètre et sont couverts d’écailles et de poils ; leur chair blanche est comestible et contient de nombreuses graines noires. Echinopsis formosa se reproduit généralement par semis.

Espèce à croissance lente, à cultiver en plein soleil, ou au moins dans des conditions de luminosité maximale, sur des sols particulièrement drainants, pouvant être composés, d’une part, d’environ 50% de terre ordinaire de jardin, fumée, et d’autre part, de sable siliceux et de gravier concassé, en proportions égales.

Echinopsis formosa résiste bien au froid sec, étant capable de supporter, pendant une courte durée, des températures descendant jusqu’à -10 °C mais ne résiste pas au froid humide qui peut provoquer la pourriture, bien qu’il soit plus résistant, de ce point de vue, que d’autres cactus. En plein air, lorsque le climat le permet, les jardins « désertiques » constituent son lieu de culture idéal, associé à d’autres xérophytes ; ailleurs, il doit être cultivé en pot dans les conditions mentionnées ci-dessus.

Par conséquent, sous les climats caractérisés par des hivers humides, il doit être protégé et conservé au sec à des températures comprises entre 0 et 5 °C, cette période de repos au froid et au sec étant utile pour stimuler la floraison ; en été, il doit être arrosé régulièrement, tout en laissant le sol s’assécher complètement entre les arrosages.

L’espèce est inscrite à l’Annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Echinocactus formosus Pfeiff. (1837) ; Lobivia formosa (Pfeiff.) Dodds (1937), Soehrensia formosa (Pfeiff.) Backeb. (1959) ; Trichocereus randallii Cárdenas (1963).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des CACTACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_S-61-3_Soehrensia_formosa
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants