Echium candicans

Famille : Boraginaceae

Texte © Pietro Puccio

 

Traduction en français de Christine Galliano

 

 

JPEG - 111.6 ko
Inflorescences de 45 cm. Excellent nectar pour les abeilles © Giuseppe Mazza

L’ Echium candicans L. f. (1782) est originaire de l’île de Madère où elle pousse le long des côtes et sur les versants rocheux des collines.

Le nom du genre dérive du grec « échis » = vipère, selon certain à cause de la forme des inflorescences, pour les autres en raison de la croyance que les espèces appartenant au genre étaient efficaces contre sa morsure ; le terme latin de l’espèce « candicans » = blanchissant, fait référence à la tonalité blanchâtre du tomenteux qui recouvre quasiment toutes les parties de la plante.

Noms communs : « bugloss », « pride of Madeira », « star of Madeira » (anglais) ; « vipérine arbustive » « vipérine de Madère » (français) ; « bubblossa de flor azul » « massa- roco » (portugais) ; « echium », « equium », « flor mora », « plumero azul », « orgullo de Madeira », « taginaste » (espagnol) ; « madeirischer natterkopf », « stolz-von-Madeira » (allemand).

Arbuste à feuillage persistant bisannuelle ou souvent vivace éphémère, très ramifié dès la base, habituellement d’une hauteur de 1,5 m environ, mais peut atteindre et parfois dépasser les 2 m, avec des branches poilues grisâtres et des feuilles lancéolées, de 6-20cm de long et de 1-4 cm de large, tomenteuses, d’un gris-vert, regroupées sur la partie terminale des branches.

Les inflorescences sont des panicules terminales coniques de 15-45 cm de long avec une multitude compacte de fleurs en forme d’entonnoir qui restent ouvertes durant quelques semaines, de 5-9 mm de long et de 8-12 mm de large, avec une corolle à 5 lobes du bleu azur au bleu parme et des étamines rosées. Les fruits contiennent 4 graines ovoïdes de 2-3 mm de long.

Se reproduit facilement par semis, boutures semi-ligneuses et par propagation. Partant de la graine, la première année, elle produit une rosette de feuilles, se ramifie et fleurit à l’apex des branches, l’année suivante ; pour la plante qui se comporte comme vivace, le maximum de la floraison se produit, généralement vers sa troisième et quatrième année, puis tend à devenir moins spectaculaire et pour cette raison beaucoup conseillent de changer la plante à ce stade.

Espèce de grande valeur ornementale et paysagère, à cultiver en plein soleil sur des sols même pauvres, très drainants et plutôt arides, appropriée pour les jardins et les pentes rocheuses ainsi que pour les zones côtières sous des climats de type méditerranéen avec des hivers pluvieux et des étés chauds et secs, dans ce cas elle ne nécessite pratiquement pas de soins, peu ou pas d’arrosage en été, les pluies d’hiver lui suffisent.

Elle n’est pas exigeante en ce qui concerne le sol, pouvant pousser autant sur ceux acides qu’alcalins et résistante aux vents et aux embruns marins, mais est plutôt sensible aux basses températures, elle perd ses feuilles aux alentours de –2°C et meurt aux alentours des –4/-5°C.

Le nectar des fleurs attire une multitude de papillons et d’abeilles dont le miel qu’elles obtiennent est d’excellente qualité. A cause de la facilité qu’elle a de se reproduire par semence, ainsi que sa capacité de couvrir des zones étendues, elle est considérée dans certaines régions comme potentiellement envahissante.

Enfin, il faut garder à l’esprit que le contact avec les feuilles et les branches peut se révéler irritant pour la peau sur des sujets particulièrement sensibles.

Synonymes : Echium fastuosum J. Jacq. (1813).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des BORAGINACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_E-30-7_Echium_fastuosum
_E-30-8_Echium_fastuosum
_E-30-9_Echium_fastuosum
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants