Ensete superbum

Famille : Musaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Fabienne Dauphin

 

 

JPEG - 88.2 ko
Appréciée pour ses grandes feuilles et sa magnifique inflorescence d’environ 50 cm de largeur, Ensete superbum est mal connue et rarement cultivée. Ses graines ont des vertus médicinales © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire de l’Inde (Assam, nord-ouest), de Birmanie et du nord de la Thaïlande. Elle pousse dans les forêts décidues et semi-décidues, dans les vallées et le long des pentes des collines rocheuses.

Le nom du genre est le nom local (Abyssinie) en référence à Ensete ventricosum  ; le nom de l’espèce est l’adjectif latin « superbus, a, um » = superbe, magnifique, la référence est explicite.

Noms communs : cliff banana, rock banana, western hill banana, wild plantain (anglais) ; jungli kela (hindi) ; bahuja (sanskrit) ; kluai pha (thaï).

Ensete superbum (Roxb.) Cheesman (1948) est une espèce herbacée rhizomateuse, monocarpique, dressée sur une seule tige haute de 3 à 3,5 m. Le pseudo-tronc est composé de gaines foliaires étroitement imbriquées, presque coniques. Il atteint 0,9 à 1,2 m de hauteur avec un diamètre d’environ 70 cm à la base et 30 cm à l’apex sous les feuilles. Celles-ci sont d’un vert brillant, larges de 50 à 90 cm et longues de 1,5 à 3 m. Portées par un pétiole profondément rainuré, elles sont simples, entières, oblongues-lancéolées.

L’inflorescence, haute de 0,5 à 1 m, est un épi terminal recourbé porté par un pédoncule robuste. Des groupes de 10 à 15 fleurs sont disposées en deux rangs le long de l’axe floral, recouvertes par des bractées ovales épaisses, brun rouge, persistantes, d’environ 25 cm de longueur et 20 cm de largeur, s’ouvrant successivement. À la base de l’inflorescence se trouvent des fleurs femelles, suivies des fleurs mâles dans la partie terminale. Les fruits sont des baies oblongues presque triangulaires, d’environ 7 cm de long et 3,5 cm de diamètre, contenant des graines brun-noirâtre subglobuleuses, un peu anguleuses suite à la pression mutuelle qu’elles subissent, d’un diamètre d’environ 0,8 à 1,2 cm. Dans les régions au climat chaud et humide, l’espèce est sempervirente avec un cycle de vie de trois ans. Il est de quatre ans dans les régions de mousson où la partie aérienne meurt pendant la saison sèche et repousse pendant la saison des pluies.

La reproduction se fait par micropropagation ou par graines : tremper celles-ci dans l’eau, deux jours avant de les disposer dans un terreau sableux maintenu humide à une température de 26 à 28 °C. Le temps de germination varie - minimum un mois. On peut avoir recours à la propagation végétative en coupant au ras le pseudo-tronc d’une plante avant la floraison, en évidant le centre du rhizome et en le remplissant de terre végétale. On peut ainsi obtenir des plantes séparées. Cette manipulation délicate se fait au détriment de la plante-mère.

Espèce assez rare au feuillage magnifique à cultiver dans les zones tropicales et subtropicales humides. On peut essayer de la cultiver dans les zones tempérées chaudes, à condition que les températures légèrement inférieures à 0 °C soient exceptionnelles et de courte durée. Dans les parcs et jardins, planter en isolé ou en groupes, en plein soleil ou à l’ombre légère mais protéger du vent qui abime ses grandes feuilles ; en matière de sol, même un sol pauvre lui convient, pourvu qu’il soit drainé et maintenu constamment humide pendant la période végétative. La culture dans un grand bac est possible pour décorer les serres et jardins d’hiver lumineux. Choisir un terreau organique avec ajout de sable ou de perlite à hauteur de 30 %. L’hiver, la température sera préférablement supérieure à 10 °C ; arroser abondamment et régulièrement l’été, espacez l’arrosage l’hiver, en laissant le substrat se dessécher presque complètement.

Dans la culture bouddhiste, l’espèce a une symbolique particulière, elle est plantée près des monastères.

Les graines broyées sont utilisées depuis longtemps en médecine traditionnelle pour traiter des pathologies variées ; des études sur des extraits de plantes ont révélé la présence de substances bioactives comme les alcaloïdes, phénols, flavonoïdes, saponines, etc., et une activité anti-inflammatoire, nécessitant des études complémentaires.

Synonymes : Musa superba Roxb. (1811).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MUSACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/e-243-1_ensete_superbum
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants