Eulophia andamanensis

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 141.1 ko
Eulophia andamanensis, espèce terrestre décidue aux pseudo-bulbes presque coniques, me- surant jusqu’à environ 10 cm, à 5 à 6 feuilles longues de 20 à 40 cm et larges de 1 à 4 cm © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Cambodge, des îles Andaman, des îles Nicobar, du Laos, de Malaisie Péninsulaire, de Singapour, de Sumatra, de Thaïlande et du Vietnam où elle croît dans les forêts, les prairies et les lieux incultes à basse altitude dans les zones à climat très saisonnier.

Le nom de genre est formé du préfixe grec "εὖ" (eu) = bien et du substantif "λόφος" (lophos) haut, en référence aux crêtes sur le labelle ; le nom latin d’espèce fait référence à l’un des lieux d’origine, les îles Andaman.

Noms communs : green orchid (anglais) ; lan luân anđaman (vietnamien).

Eulophia andamanensis Rchb.f. (1872) est une espèce terrestre décidue aux pseudo bulbes presque coniques, mesurant jusqu’à environ 10 cm de long, avec 5 à 6 feuilles de forme oblongue-lancéolée à l’apex pointu, longues de 20 à 40 cm et larges de 1 à 4 cm, de couleur vert intense. Inflorescence racémeuse, sur une hampe de 20 à 30 cm de long, partant de la base des pseudo bulbes, dressée, de 8 à 35 cm de long, portant 10 à 15 fleurs d’environ 2,6 cm de diamètre aux sépales triangulaires, longs de 1,4 cm environ et larges de 0,4 cm, de couleur verte, pétales légèrement plus petits que les sépales et de la même couleur et labelle trilobé, long d’environ 1,2 cm, avec des lobes latéraux verts et un lobe médian blanchâtre avec des veines brunes et des marges crépues vertes, parcouru à la base par trois crêtes blanches.

La reproduction se fait par semis, in vitro, mais le plus souvent et le plus facilement par division, à effectuer à la reprise végétative, à partir de chaque section pourvue d’au moins 2 ou 3 pseudo bulbes.

Espèce diffusée dans la nature, mais rarement présente dans les collections, aux minuscules fleurs à la couleur particulière et de longue durée, environ 4 à 6 semaines, facile à cultiver, qui peut se développer à l’extérieur dans les zones tropicale et subtropicale et marginalement, dans un endroit abrité, dans les zones tempérées chaudes où les températures inférieures à 10 °C sont des événements exceptionnels et de courte durée ; elle n’est également pas particulièrement exigeante sur le sol, à condition qu’il soit bien drainé.

Les arrosages doivent être réguliers et abondants pendant la phase de croissance, mais en laissant sécher le terrain avant d’arroser à nouveau, car les racines sont sensibles à la stagnation hydrique, puis pratiquement suspendus jusqu’à la reprise végétative, mais sans faire flétrir les pseudo bulbes de façon excessive, cette période de repos est nécessaire à une bonne floraison.

Lorsque le climat ne permet pas la culture permanente à l’extérieur en toutes saisons elle peut être cultivée en pots, en utilisant un sol parfaitement drainant riche en matière organique, pour pouvoir l’abriter pendant les mois les plus froids dans une ambiance lumineuse avec des températures de 18 à 30 °C, avec des valeurs minimales nocturnes, au cours de la période de repos, pas inférieures à 14 °C,

JPEG - 77.2 ko
Originaire du Cambodge, des îles Andaman et Nicobar, du Laos, de Malaisie Péninsulaire, de Singapour, de Sumatra, de Thaïlande et du Vietnam, elle est rarement pré- sente dans les collections. Inflorescence droite de 8 à 35 cm de longueur, portant environ 10 à 15 fleurs de 2,6 cm de diamètre. Facile à cultiver, si le climat permet © Giuseppe Mazza

Pour les arrosages, il est préférable d’utiliser de l’eau de pluie, de l’eau osmosée ou déminéralisée ; les apports d’engrais pendant la période de croissance des pseudo bulbes, doivent être effectués de préférence avec des produits équilibrés hydrosolubles, contenant des oligoéléments, à la moitié ou au quart de la dose recommandée sur l’emballage. Le rempotage doit être fait, le cas échéant, à la reprise végétative.

L’espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Graphorkis andamanensis (Rchb.f.) Kuntze (1891) ; Cyrtopera andamanensis (Rchb.f.) Rolfe (1895) ; Eulophia keithii Ridl. (1896) ; Eulophia poilanei Gagnep. (1931).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/e-244-2_eulophia_andamanensis
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants