Felis silvestris - Siamois, Oriental, Balinais, Mandarin

Famille : Felidae

 

 

Texte © Dr Didier Hallépée

 

 

JPEG - 21.3 ko
La différence de teinte corps-extrémités est une caractéristique du siamois © G. Mazza

Siamois

On dit que l’histoire du chat domestique trouve ses origines dans l’ancienne Egypte et que c’est en suivant la route de la soie qu’il parvint en Asie et s’y installa.

Ainsi, Lorsque français et britanniques conquirent le sud-est asiatique était-il déjà installé depuis fort longtemps. Au Siam, c’était l’animal sacré de la famille royale.

Le korat était très apprécié à la cour royale du Siam. En 1994, le roi Rama V fit don de siamois au consul général du Royaume-Uni, Edward Blencowe Gould, faisant croire que ce chat était l’emblème du Siam, afin de conserver à son royaume l’exclusivité du précieux korat.

Ces chats furent appelés Siamois et exposés au Crystal Palace en 1885.

Le mouvement était donné et dans les années qui suivirent, de nombre de chats furent ramenés du Siam et devinrent le berceau du siamois en Grande-Bretagne.

En France, Auguste Pavie initia le mouvement en ramenant lui aussi des chats siamois en 1885. Dès 1890, le siamois trouvait le chemin des Etats-Unis. Depuis, le Siam est devenu Thaïlande, mais le siamois garde pour nous les souvenirs de cette époque.

JPEG - 30 ko
Siamois Red Point © Giuseppe Mazza

Le premier standard de la race fut édité en 1892 par le GCCF et les premiers clubs furent créés dès 1901.

A l’origine le vrai chat siamois présente une tête ronde, son corps est robuste et sa musculature athlétique. Son poil est court et clair aux extrémités (tête, pattes et queue) foncées.

C’est cette différence de teinte entre le corps et les extrémités qui fascina ses premiers amateurs et caractérisa la race au point de donner le nom de siamois au gène qui est responsable de cette coloration.

Nombre d’entre nous le découvrirent au cinéma grâce au dessin animé de Walt Disney, La Belle et le Clochard (1955) est adapté d’une œuvre de Ward Greene, Happy Dan, the Whistling Dog (1937).

Oriental

Dans les années 50, le siamois est très populaire. Son physique s’affine à mesure qu’évolue le goût de ses éleveurs et de nombreuses couleurs sont crées.

Le siamois donnera ainsi naissance à toute une famille de chats aux extrémités colorées : les orientaux.

Balinais et Mandarin

Une telle beauté a aussi séduit les amateurs de poil mi-long. C’est ainsi que sont nés le balinais, variété à poil mi-long du siamois et le mandarin, variété à poil mi-long de l’oriental.

De nos jours, siamois et orientaux sont des chats longilignes élégants et allongés, aux pattes fines et aux postérieurs légèrement plus hauts que les antérieurs.

Le siamois d’autrefois à la bouille plutôt ronde fut recréé sous le nom de Thaï.

Caractère

Outre sa beauté, ce qui retient le plus chez le siamois (et les variétés qui en sont issues), c’est ce caractère exclusif qui en fait le compagnon félin privilégié. On dit que celui qui n’a jamais vécu avec un siamois ne connait pas vraiment l’âme féline.

JPEG - 26 ko
Oriental © Giuseppe Mazza

Le Siamois, l’Oriental, le Balinais et le Mandarin sont des chats longilignes, élégants, sveltes et bien musclés. Combinant harmonieusement une ossature fine et une musculature souple et ferme, ce sont des chats athlétiques aux lignes fluides.

Ces chats doivent être parfaitement équilibrés, l’harmonie générale ne devant pas être altérée par la présence d’une caractéristique morphologique extrême isolée.

Dotés d’une forte personnalité, ils sont vifs et bavards.

Standard

Vu de face, la tête, de taille moyenne, est longue et triangulaire. Le crâne et le front sont plats ou légèrement arrondis.

On accepte trois types de profil : parfaitement droit, légèrement convexe ou en deux plans, le plan du front prolongeant le plan du nez sans cassure.

Les joues sont plates. Des bajoues sont autorisées chez les mâles adultes. Vu de face, le nez s’inscrit dans le triangle de la tête, sans pinch. L’extrémité du nez ne doit pas être étroite.

De profil, le nez est long et droit. Les mâchoires sont moyennes. Le menton est ferme, en ligne avec le bout du nez.

De taille moyenne, les yeux sont de forme orientale. En amande et bien espacés, ils sont inclinés vers le nez en harmonie avec le triangle de la tête. La couleur des yeux est du bleu le plus intense possible chez le siamois et le balinais, et du vert le plus intense possible chez l’oriental et le mandarin. Les yeux impairs (vert et bleu) sont acceptés chez les particolores. Les yeux impairs et les yeux bleus sont acceptés chez les Orientaux blancs.

JPEG - 28.1 ko
Pour cet oriental faire le gros dos est une forme de défense © G. Mazza

Grandes, larges à la base, bien espacées, les oreilles prolongent le triangle de la tête.

Longue, fine et élégante, l’encolure dégage bien la tête des épaules.

De type oriental et de taille moyenne, le corps est long, tubulaire et ferme. Il se révèle d’une densité étonnante quand on le manipule. Il est athlétique et élancé avec une musculature ferme et souple. Les épaules et les hanches sont de même largeur. L’ossature est fine.

La queue est en harmonie avec la longueur du corps et la hauteur des pattes. Siamois et Oriental : en forme de fouet, la queue longue et fine se termine en pointe. Balinais et Mandarin : longue et fine, la queue est fournie et portée avec légèreté comme une plume d’autruche.

Longues et élégantes, les pattes sont en harmonie avec la longueur du corps. Leur ossature est fine et leur musculature ferme.

Les pieds sont ovales et petits.

Chez le siamois et l’oriental, la fourrure, très courte, très serrée, lustrée, est bien couchée sur le corps. La texture en est fine et soyeuse.

Chez le balinais et le mandarin, la fourrure, mi-longue et fine, est soyeuse et couchée sur le corps. Il n’y a pratiquement pas de sous-poil. La robe est plus courte sur les épaules et va en s’allongeant sur les flancs. Les culottes et la queue sont bien fournies. Il ne doit pas avoir de collerette.

Ni gras ni maigre, sa finesse ne doit pas être confondue avec de la maigreur.

Mariages autorisés

Siamois x Siamois - Siamois x Balinais - Siamois x Oriental - Siamois x Mandarin - Balinais x Balinais - Balinais x Oriental - Balinais x Mandarin - Oriental x Oriental - Oriental x Mandarin - Mandarin x Mandarin

JPEG - 31.6 ko
Les grandes oreilles de l’oriental servent à disperser la chaleur © G. Mazza

Robe

Le siamois : poil court, colourpoint.

L’oriental : poil court, entièrement coloré.

Le balinais : poil mi-long, colourpoint.

Le mandarin : poil mi-long, entièrement coloré.

Le Siamois et le Balinais sont des colorpoint. Il doit donc y avoir un contraste net entre la couleur des points, qui est la plus homogène possible, et celle du corps qui est uniforme.

L’absence de marques fantômes est souhaitée, avec toutefois une tolérance chez les chats tabby.

Il doit être tenu compte de l’effet de l’âge et de la couleur de base sur l’évolution du patron colorpoint : les points sont souvent incomplètement développés chez le chaton, surtout dans les teintes diluées, tandis que des ombres plus foncées sur le corps d’un chat mature sont normales.

 

→ Pour des informations générales sur les FELIDAE voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité au sein des races de chats, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_G-4-203_Felis_silvestris_-_Oriental_-_Cinnamon
_G-4-204_Felis_silvestris_-_Oriental_-_Cinnamon
_G-4-205_Felis_silvestris_-_Oriental_-_Cinnamon
_G-4-206_Felis_silvestris_-_Oriental_-_Cinnamon
_G-4-207_Felis_silvestris_-_Oriental_-_Cinnamon
_G-4-208_Felis_silvestris_-_Oriental_-_Cinnamon
_G-4-209_Felis_silvestris_-_Oriental_-_Cinnamon
_G-4-210_Felis_silvestris_-_Oriental_-_Cinnamon
_G-4-211_Felis_silvestris_-_Oriental_-_Cinnamon
_G-4-334_Felis_silvestris_-_Oriental
_G-4-335_Felis_silvestris_-_Oriental
_G-4-336_Felis_silvestris_-_Oriental
_G-4-337_Felis_silvestris_-_Oriental
_G-4-355_Felis_silvestris_-_Siamese-2
_G-4-354_Felis_silvestris_-_Siamese-2
_G-4-85_Felis_silvestris_-_Siamese_Red_Point
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants