Ficus auriculata

Famille : Moraceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Anciaux

 

 

JPEG - 173.6 ko
Ficus auriculata est natif de l’Asie de l’Est. Hauteur 10 m, troncs 45 cm © Giuseppe Mazza

Plante native de Chine (Guangdong, Guangxi, Guizhou, Hainan, Sichuan, Xizang et Yunnan), Bhoutan, Inde, Malaisie, Myanmar, Népal, Pakistan, Thaïlande et Viet Nam, où elle vit dans les forets pluviales le long des rivières et dans les vallées jusqu’à 2000 m d’altitude.

Le nom du genre provient du Latin, utilisé pour le figuier ( Ficus carica ) ; le nom de l’espèce provient du Latin "auricula" = oreille, en référence à la forme de la feuille.

Noms communs : eared strangler fig, elephant ear fig tree, Eve’s apron, Roxburgh fig (Anglais) ; da guo rong (Chinois) ; figuier à oreilles d’éléphant, figuier de l’Himalaya (Français) ; tirmal, tunla (Hindi) ; nimaaro (Nepalais) ; figueira brava, figueira-da-India (Portu- guais) ; higuera de Roxburgh, higuera del Himalaya (Espagnol) ; Roxburgh-feige (Allemand).

Le Ficus auriculata Lour. (1790) est un arbuste ou un arbre à feuilles persistantes ou semi caduques, atteignant 10 m de haut, à la grande canopée, au tronc mesurant jusqu’à 45 cm de diamètre et à l’écorce gris brun ; les jeunes branches sont minces, brun rougeâtres, pubescentes et leurs feuilles sont concentrées dans la partie terminale.

Les feuilles, situées sur un pétiole robuste, de 5 à 20 cm de long, sont alternes, ovales à cordées, avec un bord légèrement denté, 10 à 40 cm de long et 8 à 30 cm ou plus de large, glabres sur la face supérieure, pubescentes sur la face inférieure, à nervures bien évidentes ; les jeunes feuilles sont rouges.

Les inflorescences sont des sycones, elles contiennent la totalité des minuscules fleurs, accessibles par une ouverture apicale, entourés de minuscules écailles (dont un exemple typique sont celles du figuier commun, Ficus carica. )

JPEG - 108.2 ko
Les sycones, comestibles, 4 à 8 cm de diamètre. L’espèce est dioïque © G. Mazza

Les sycones, bruns rougeâtres à maturité, produits en grappes, sur des branches particulières n’ayant pas de feuilles à la base du tronc ou directement sur les branches principales (cauliflorie), sont piriformes ou en forme de globes déprimés, de 4 à 8 cm de diamètre, sur un pédoncule pubescent, robuste, de 4 à 6 cm de long, avec seulement des fleurs mâles ou femelles à l’intérieur (espèce dioïque)

La fructification exige la présence d’insectes pollinisateurs. Il est bien connu qu’à chaque espèce de Ficus est associé un insecte spécifique, appartenant à la famille des Agaonidae (dans le cas présent, le Ceratosolen emarginatus Mayr, 1906), qui à son tour ne peut se reproduire que si l’espèce de Ficus est présente ; les fruits sont de fines akènes, ne contenant qu’une seule graine.

Il se reproduit par graines, qui doivent être dispersées sur un substrat humide et à une température comprise entre 20 et 22°c, par découpes et par marcottage aérien.

C’est une des espèces les plus caractéristiques du genre, en raison de ces énormes feuilles et de sa fructification particulière

Il requiert plein soleil ou un espace légèrement ombragé, et une position à l’abri des vents. Il préfère les sols légers, riches en substances organiques, humide en permanence pendant la période végétative et un climat tropical ou subtropical ; dans les zones tempérées, il se comporte, en hiver comme une plante à feuilles caduques, résistant à des températures atteignant -3 °C, des températures plus basses de quelques degrés détruisent les parties aériennes, mais généralement la plante peut redémarrer sa croissance au printemps, à partir de sa base.

En pot, c’est une plante ornementale, adaptée aux vastes emplacements lumineux ; l’arrosage doit être régulier en été, réduit en hiver, permettant à la couche la plus superficielle de sécher, et les températures doivent être maintenues au dessus de 10 °C.

Les fruits sont comestibles et sont consommés aussi bien crus que cuits, par exemple avec du curry, ou utilisés pour préparer des conserves ; localement, les feuilles peuvent être utilisées comme fourrage.

Certaines parties de la plante sont utilisées en médecine traditionnelle pour traiter diverses pathologies ; les études en labo ont montré l’activité anti oxydante des extraits d’écorce.

Synonymes : Ficus macrophylla Roxb. & Buch.-Ham. ex Sm. (1810) ; Ficus hamiltoniana Wall. (1831) ; Ficus rotundifolia Roxb. (1832) ; Ficus roxburghii Steud. (1840) ; Covellia macrophylla Miq. (1848) ; Ficus sclerocarpa Griff. (1854) ; Ficus scleroptera Griff. (1854) ; Ficus oligodon Miq. (1867) ; Ficus regia Miq. (1867) ; Ficus pomifera Wall. ex King (1888) ; Ficus macrocarpa H.Lév. & Vaniot (1907) ; Ficus hainanensis Merr. & Chun (1935).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MORACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_F-83-1_Ficus_auriculata
_F-83-2_Ficus_auriculata
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants