Gazania rigens

Famille : Compositae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 145.4 ko
Première Gazanie introduite en Europe, elle supporte les embruns mais ne fleurit pas à l’ombre © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de l’Afrique méridionale (Mozambique et Afrique du Sud) où elle pousse sur des dunes et des rochers côtiers.

Le genre est dédié à l’humaniste et traducteur byzantin Théodore Gaza ( vers 1415-1475 ) qui a traduit en latin les ouvrages de Théophraste sur la botanique ; le nom de l’espèce est le terme latin « rigens » = raide, probablement par allusion aux poils raides qui recouvrent le fruit.

Noms communs : coastal gazania, trailing gazania, treasure flore ( anglais ), rankbotterblom, strandgazania, strandgousblom ( afrikaans ), gazanie ( français ), gazania ( italien ), gazânia ( portugais ), Mittagsgold ( allemand ).

La Gazania rigens ( L. ) Gaertn. ( 1791 ) est une plante herbacée pérenne, haute de 15 à 20 cm, au port rampant et dont les tiges, parfois ramifiées et d’une longueur pouvant atteindre environ 40 cm, tendent avec le temps à devenir semi-ligneuses.

Elle a des feuilles alternes, resserrées, simples et de forme obovale avec une longueur pouvant atteindre 10 cm et une largeur d’environ 3 cm ou pennées avec des lobes obovales, et recouvertes en partie haute et en partie basse d’un épais duvet blanchâtre.

L’inflorescence, solitaire, d’un diamètre d’environ 4 à 5 cm, portée sur un pédoncule droit long de 10 à 15 cm, est le capitule typique des Compositae constitué d’une multitude de fleurs sessiles insérées en spirale sur une base arrondie, le réceptacle, qui est entourée par un involucre campanulé recouvert d’un duvet blanc.

L’involucre, qui a 1 cm de long et 1,5 cm de diamètre, est constitué d’une double ou triple série de bractées soudées entre elles, sauf les apex qui sont libres et pointus.

Les fleurs de l’anneau extérieur, dites fleurs du rayon, sont longues d’environ 2 cm ; leur corolle est constituée de cinq pétales soudés entre eux d’une couleur d’un jaune lumineux. Les fleurs du rayon sont stériles et ont pour rôle d’attirer l’attention des pollinisateurs, comme les pétales d’une fleur simple. A l’intérieur de l’anneau se trouvent les fleurs fertiles, dites fleurs du disque, qui ont une corolle tubulaire à 5 lobes de couleur jaune vif.

Les fruits, qui contiennent une seule graine et sont appelés akènes ( ou plus correctement cypsèles ) chez les Compositae, sont claviformes, longs d’environ 5 mm, de couleur brun jaunâtre et recouverts entièrement de poils longs et raides. Le pappus – le calice modifié de la fleur qui surmonte le fruit – est constitué d’une double couronne de minuscules écailles longues de 2 à 3 mm cachées par de longs poils. Le pappus, et plus encore les poils, ont pour rôle dans le cas des fruits de la Gazania rigens, de faciliter la dispersion des graines. La Gazania rigens var. rigens, connue seulement sous forme cultivée, se différencie par ses feuilles glabres en partie supérieure, ses capitules dont le diamètre peut atteindre environ 8 cm et ses fleurs de rayon jaunes avec une tache noire à leur base. De nombreuses variétés ont été sélectionnées et sont à l’origine de nombreux hybrides. On reproduit facilement cette plante en semant ses graines en hiver dans un milieu protégé à une température de 16 à 20 °C ou au printemps directement sur place ou par bouturage et division des touffes en été. Elle s’auto-dissémine facilement et dans les climats et les milieux favorables elle s’échappe aisément des lieux de culture et se naturalise.

Elle a été la première gazanie mise en culture en Europe (1755 ) et a rencontré tout de suite un grand succès en raison de sa floraison de longue durée, du jaune lumineux de ses fleurs, de son adaptabilité et de ses exigences minimes en matière de culture. On peut l’utiliser en plein soleil ( à l’ombre ses fleurs ne s’ouvrent pas ) comme couvre-sol, pour former des bordures et des plates-bandes fleuries, seule ou en association avec d’autres gazanies de différentes couleurs, ainsi que des jardins de rocaille. Sa résistance aux embruns la rend idéale pour les jardins en bord de mer. Elle s’adapte à n’importe quel sol, même pauvre,pourvu qu’il soit parfaitement drainant. Elle peut supporter de longues périodes de sécheresse et des températures élevées et basses jusqu’à environ -10 °C dans les climats arides. La rapidité de sa croissance et la précocité de ses fleurs permettent de la cultiver comme une plante annuelle dans les climats défavorables, en particulier ceux où les hivers sont froids et humides. Elle s’adapte à la culture dans des pots ou des bacs, y compris suspendus, sur des substrats particulièrement drainants et aérés. Les arrosages doivent être modérés en été et presque suspendus en hiver, en évitant les stagnations d’eau qui peuvent être fatales.

Elle est sujette à peu de maladies. On a signalé des cas d’oïdium et de pourrissements causés par les Botrytis cinerea, Sclerotinia sclerotiorum et Rhizoctonia solani dans des situations d’humidité élevée et de basses températures.

Synonymes : Othonna rigens L. (1760) ; Gorteria rigens (L.) L. (1763) ; Gorteria uniflora L.f. (1782) ; Gorteria pavonia Andrews (1808) ; Gorteria heterophylla Willd. (1809) ; Gazania pavonia R.Br. (1813) ; Gazania uniflora (L.f.) Sims (1821) ; Gorteria rigens Thunb. (1823) ; Gazania leucolaena DC. (1838) ; Gazania splendens Hend. & A.A.Hend. (1859) ; Gazania splendens Lem. (1860).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des COMPOSITAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/g-98-5_gazania_rigens
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants