Giraffa camelopardalis

Famille : Giraffidae

 

GIF - 5.4 ko

 

Texte © D. Sc. Giuliano Russini - Biologiste Zoologiste

 

 

Traduction en français du Dr Didier Hallépée

 

 

JPEG - 62.9 ko
Giraffa camelopardalis reticulata © Giuseppe Mazza

Les biologistes s’accordent à penser qu’il y a 9 sous-espèces ou races de girafes qui peuvent être distinguées par leur phénotype – couleur – et la morphologie de leur fourrure. Ce sont :

 

Giraffa camelopardalis reticulata (Girafe de Somalie)

Giraffa camelopardalis angolensis (Girafe d’Angola)

Giraffa camelopardalis antiquorom (Girafe du Soudan)

Giraffa camelopardalis tippelskirchi (Girafe du pays Masaï)

Giraffa camelopardalis camelopardalis (Girafe de Nubie)

Giraffa camelopardalis rothschildi (Girafe du lac Baringo)

Giraffa camelopardalis giraffa (Girafe d’Afrique du Sud)

Giraffa camelopardalis thornicrofti (Girafe de Zambie)

Giraffa camelopardalis peralta (Girafe du Niger)

 

Curiosités anatomiques et physiologiques

Le cou de la girafe qui peut mesurer, en fonction de l’individu et la race, jusqu’à deux mètres de longueur, peut laisser le profane supposer qu’il est constitué de bien plus que les sept vertèbres cervicales qui composent le col de l’homme et de tous les autres placentate Mammalia. Effectivement, le nombre des vertèbres cervicales est le même (toujours 7), ce qui change c’est la longueur de chaque vertèbre.

Chez les girafes il ya un problème évident de physiologie de circulation dû au fait que lorsque le cou est en position dressée, le cerveau est situé environ trois mètres plus haut que le cœur et lorsque l’animal baisse la tête, celui-ci se situe deux mètres plus bas que le cœur.

Cela entraîne indéniablement des efforts remarquables afin de permettre au sang de toujours atteindre le cerveau d’un apport physiologique constant pour sa nutrition et son oxygénation. A cet effet, l’évolution a réussi à créer un système à triple contrôle, qui maintient de manière constante la pression artérielle systémique dans la limite des valeurs physiologiques.

JPEG - 93 ko
Dolci cornate per il predominio fra maschi di Giraffa Masai © Mazza

Grâce à une adaptation (anatomo-histologique) spécifique de l’artère carotide interne, à la présence de valves dans les veines jugulaires et à un système vasculaire appelé Rete mirabile qui stabilise la pression artérielle dans les vaisseaux cérébraux (dilatation et contraction des petites artères qui le constituent), l’homéostasie de la pression artérielle est assurée, de telle sorte que l’animal ne perdra pas conscience (par manque de la pression artérielle) quand il relèvera la tête ou quand, tout aussi rapidement, se penchera.

Zoogéographie

Endémique à l’Afrique sub-saharienne (de la Somalie et de l’Angola jusqu’en Afrique de Sud).

Habitat-Ecologie

Savane

Nutrition

En ce qui concerne la nutrition, ses habitudes sont à la fois nocturnes et diurnes. La girafe se nourrit de pousses, de fruits, de gousses et de feuilles (en particulier d’Acacia), dont il se saisit avec ses lèvres proéminentes, après avoir saisi la branche avec sa longue langue préhensible.

Morpho-physiologie

Son trait caractéristique est un cou qui peut atteindre deux mètres de longueur, pour animal mâle peut atteindre les 5-5,7 mètres de hauteurchez le mâle et pèser de 800 à 2000 kg. La femelle est plus petite et peut atteindre les 4-4,5 mètres de hauteur et peser de 500 à 1200 kg. La fourrure a un aspect bigarré, soit de tâches brunes sur fond jaune, comme chez le Giraffa camelopardalis camelopardalis, soit de tâches plus foncées (brun) cerclées d’une ligne blanche formant un filet sur fond jaune comme chez le Giraffa camelopardalis reticulata, d’autres petites différences pouvant être notées chez les autres races. Doté d’une excellente vue, il est l’un des rares mammifères (avec les primates pongidés et les êtres humains) capables de distinguer les couleurs. Il a aussi l’ouïe et l’odorat bien développés.

Les yeux ont des paupières robustes qui le protègent des épines et de brindilles au cours de la nutrition. Enfin, il possède au sommet de la tête deux pavillons oreilles pas trop grandes (en forme de lance) et bien développées sur une tête mince et élégante au museau allongé.

Sur la tête se trouve un nombre variable (en fonction de la race) des cornes (ossicônes), bien différente de celle des bovidés (qui sont creuses) parce que soutenues par une protubérance osseuse toujours couverte de peau, avec la présence de touffes de poils irrégulières.

Ethologie and reproduction

La girafe est un animal docile, d’un caractère généralement non agressif, qui vit en deux groupes distincts : dans l’un les femelles et les petits, dans l’autre les mâles.

Afin d’établir leur prédominance sur un territoire ou sur un groupe de femelles, les mâles se poussent avec les épaules, se donnent des coups un peu rude sur le cou et parfois des morsures sur les oreilles.

La maturité sexuelle survient chez les deux sexes autour de la troisième année. Au cours de la période d’accouplement, qui varie de région en région, mais qui se situe généralement de Juillet à Septembre, les mâles peuvent fréquemment se livrer à des combats avec les autres compétiteurs.

Dans ces combats, ils se campent sur les jambes avant grandes ouvertes, poussant avec le tronc et frappant avec les cornes, sans subir de blessures.

La gestation de la femelle dure environ 14-16 mois, la délivrance s’effectue debout, la femelle écartant largement les quatre pattes au moment de l’expulsion de l’unique petit (un accouchement gémellaire est rare), qui pèse en général de 50 à 70 kg et peut déjà mesurer jusqu’à deux mètres de haut.

Après seulement quelques heures, le petit nouveau-né est capable de marcher près de la mère, têtant fréquemment.

 

→ Pour des notions générales sur les ARTIODACTYLA voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de l’ordre des ARTIODACTYLA et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_G-14-10_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-11_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-13_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-14_Giraffa_camelopardalis_rothschildi
_G-14-15_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-16_Giraffa_camelopardalis_rothschildi
_G-14-19_Giraffa_camelopardalis_reticulata
_G-14-2_Giraffa_camelopardalis_rothschildi
_G-14-23_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-24_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-25_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-27_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-3_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-30_Giraffa_camelopardalis_reticulata
_G-14-32_Giraffa_camelopardalis_reticulata
_G-14-38_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-44_Giraffa_camelopardalis_reticulata
_G-14-45_Giraffa_camelopardalis_reticulata
_G-14-46_Giraffa_camelopardalis_reticulata
_G-14-58_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-59_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-6_Giraffa_camelopardalis_rothschildi
_G-14-65_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-67_Giraffa_camelopardalis_reticulata
_G-14-70_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-71_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-72_Giraffa_camelopardalis_reticulata
_G-14-73_Giraffa_camelopardalis_reticulata
_G-14-74_Giraffa_camelopardalis_reticulata
_G-14-76_Giraffa_camelopardalis_rothschildi
_G-14-77_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-89_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-96_Giraffa_camelopardalis_tippelskirchi
_G-14-97_Giraffa_camelopardalis
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants