Halichoeres hortulanus

Famille : Labridae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 98 ko
De nuit et en cas de danger Halichoeres hortulanus disparaît dans le sable © Giuseppe Mazza

Le Lalo damier ( Halichoeres hortulanus - Lacépède, 1801) appar- tient à la classe des Actinopterygii, i les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Perciformes et la grande famille des Labridae, comptant environ 60 genres et 500 espèces.

Le nom de genre Halichoeres vient du grec "hals" = mer, sel et de "choiros" = porcelet, car il est parmi les plus gros labridés et quand il est pris dans les filets les populations locales le consomment.

Le nom d’espèce hortulanus = jardinier en latin, se réfère au fait qu’il retourne souvent le sable et les fragments de corail, labourant le sol à la recherche de proies.

Zoogéographie

Il a une très large distribution dans les eaux tropicales de l’Océan Indien et du Pacifique.

On le trouve, à titre indicatif, depuis l’Afrique du Sud jusqu’à la Mer Rouge et la Mer Arabique, aux Seychelles, à l’Île Maurice, à la Réunion, aux Maldives, en Inde, au Sri Lanka, en Thaïlande, en Australie, en Indonésie, en Micronésie, en Nouvelle-Guinée, aux Philippines, à Taiwan et en Chine, jusqu’au sud du Japon. Il a colonisé les Kiribati, les îles Tonga, Samoa, Marquises et Tuamotu. Au sud, dans le Pacifique, il atteint la Grande Barrière de Corail et la Nouvelle-Calédonie.

Écologie-Habitat

Il vit dans les eaux peu profondes et calmes, jamais à plus de 30 mètres de profondeur, dans les lagons, les prairies sous-marines et les formations coralliennes.

Morphophysiologie

Il peut atteindre les 27 cm de longueur. Le corps est fusiforme, comprimé latéralement, avec un museau pointu. Lèvres robustes, comme le veut la famille, et dents coniques disposées en une seule rangée, les plus développées dans la partie antérieure de la bouche pour saisir et briser les coquilles et les carapaces des proies. La nageoire dorsale est unique, avec 9 rayons épineux et 11 mous ; l’anale, plus courte, présente 3 rayons épineux et 11 mous ; les deux nageoires ventrales et pectorales sont inermes et la caudale est tronquée.

La livrée, très variable selon la zone, l’âge et le sexe, a les traits caractéristiques suivants : une série de rayures roses sur la tête, rompue après l’œil, se terminant en petits points ; une tache jaune voyante sur le dos au début de la nageoire dorsale ; et un motif en damier bleu ou noir dans la seconde moitié du corps. La couleur de fond est verdâtre et la partie finale de la queue, initialement bleue avec de petits points clairs, est souvent rouge.

Éthologie-Biologie reproductive

Le lalo damier se nourrit de gastéropodes, de bivalves, de crustacés et d’oursins. Il vit isolé et dans la nuit, ou en cas de danger, il disparaît en un éclair dans le sable.

C’est une espèce hermaphrodite protérogyne : les jeunes sont tous des femelles qui peuvent ensuite se transformer en mâles. Grâce à cela, les populations décimées par les événements, sont capables de doubler leurs effectifs en moins de 15 mois, et étant donné qu’il s’agit d’une espèce au régime alimentaire très varié, et donc insensible à la dégradation du récif, trop encombrante pour les aquariums domestiques et peu pêchée à des fins alimentaires, elle a un indice de vulnérabilité très faible : à peine 21 sur une échelle de 100

Synonymes

Hemitautoga centiquadrus - Lacépède, 1801 ; Labrus hortulanus - Lacépède, 1801 ; Labrus centiquadrus - Lacépède, 1801 ; Halichoeres centiquadrus - Lacépède, 1801.

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_H-91-1_Halichoeres_hortulanus
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants