Helicolenus dactylopterus

Famille : Sebastidae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

GIF - 7.2 ko

 

Traduction en français de Céline Dimier-Hugueney - Docteur en biologie marine

 

 

JPEG - 93.4 ko
Le Sébaste-chèvre (Helicolenus dactylopteris) atteind 1100 m de profondeur © Giuseppe Mazza

Le Sébaste-chèvre ( Helicolenus dactylopterus - Delaroche, 1809 ) appartient à la classe Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, aux Scorpaeniformes et à la famille benthique des Sebastidae.

On pense que le nom de genre dérive du grec "helikos" = spirale et "lenos" = cavité, en référence aux grandes nageaoires pectorales, que le poisson tourne pour marcher sur le fond et qui sont creuses pour la moitié, c’est à dire qu’il n’y a pas la membrane qui existe habituellement entre les rayons.

Le nom de l’espèce dérive du grec “dactyl” = doigt et “pteron”= aile. C’est la même éthomologie et signification que le nom de genre Dactylopterus.

Zoogéographie

En dehors de la Méditerranée, le Sébaste-chèvre a une distribution très vaste. Il colonise en effet les deux côtes atlantiques, du Canada au Venezuela et de l’Islande à l’Afrique du Sud, y compris les Açores, les Canaries, Madère et le Cap Vert.

Écologie-Habitat

Il se sent à la maison aux grandes profondeurs sur les fonds sableux et compacts du plateau continental, de 50 à 110 m, mais il remonte parfois et un Sébaste-chèvre a été trouvé dans à peine 20 m d’eau.

Morphophysiologie

Il peut atteindre 47 cm, mais les spécimens pêchés mesurent en général 25-30 cm. La tête est massive, couverte d’épines au-dessus des yeux, sur l’opercule et sur le pre-opercule. La bouche, grande, a une ouverture monstrueuse qui arrive presque à l’oeil. A l’intérieur se trouvent 4-5 files de dents en forme d’aiguille sur la mâchoire et 3-4 sur la mandibule, sans parler de celles du vomere et du palais. L’oeil, énorme, est parfaitement adapté aux abysses.

JPEG - 104.7 ko
Un spécimen âgé avec des couleurs plus soutenues. Le dessin reste le même © Giuseppe Mazza

La nageoire dorsale est unique avec 12 rayons épineux et 12 mous ; l’anale a 3 épines et 5 rayons mous ; les ventrales ont une épine et 5 rayons non-armés ; mais la nouveauté réside dans les nageoires pectorales, très amples, qui ont en haut 2 rayons simples, puis 9 rayons ramifiés à l’apex et 8 épais pour se poser sur le fond, libres à l’extrémité.

La couleur prédominante est le brun-rougeâtre. Sur les flancs rosés se trouvent des bandes sombres caractéristiques. Le ventre est blanc et l’intérieur de la bouche est noir-bleuâtre.

Comme pour les autres poissons-scorpion, les nageoires sont connectées à des glandes vénéneuses et les piqûres sont très douloureuses.

Éthologie-Biologie reproductive

Le Sébaste-chèvre est un prédateur. Il se nourrit avec voracité de poissons, céphalopodes, crustacés et échino- dermes.

La fécondation est interne. Les accouplements ont lieu avant, mais le développement des ovocytes commence en décembre dans le corps de la mère. Les larves, déjà en partie développées, sont déposées sur le fond, protégées par une masse gélatineuse. Quand celle-ci se dissout, elles deviennent planctoniques.

Le Sébaste-chèvre est pêché en grande quantité dans les chaluts. Si il arrive à s’échapper, il a une espérance de vie de 43 ans.

L’indice de vulnérabilité de l’espèce est actuellement de 53 sur une échelle de 100.

Synonymes

Helicolenus imperialis - Cuvier, 1829 ; Helicolenus maculatus - Cuvier, 1829 ; Helicolenus maderensis - Goode & Bean, 1896 ; Helicolenus thelmae - Fowler, 1937 ; Scorpaena dactyloptera - Delaroche, 1809 ; Sebastes dactylopterus - Delaroche, 1809 ; Sebastes imperialis - Cuvier, 1829 ; Sebastes maculatus - Cuvier, 1829.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_H-92-1_Helicolenus_dactylopterus
_H-92-2_Helicolenus_dactylopterus
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants