Hoya lanceolata subsp. bella

Famille : Apocynaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

La sous-espèce est originaire d’Inde (Manipur) et de Birmanie où elle vit dans les forêts humides des montagnes.

Le genre est dédié à Thomas Hoy (env. 1750-1822), botaniste et curateur des jardins du duc de Northumberland ; le nom de l’espèce est l’adjectif latin “lanceolatus, a, um” = lancéolé, en référence à la forme de la feuille, celui de la sous-espèce est l’adjectif latin “bellus, a, um” = joli, gracieux, en référence évidente.

Noms communs : miniature wax plant (anglais).

Hoya lanceolata subsp. bella (Hook.) D.H. Kent (1981) est une épiphyte suffrutescente pérenne sempervirente, très ramifiée à la base, aux longues tiges plutôt minces, pubescentes, initialement dressées, puis retombantes, si elles ne disposent pas d’un support pour s’appuyer, et à nœuds rapprochés. Les feuilles, sur un pétiole long de 2-3 mm, sont opposées, de forme ovale-lancéolée à trapézoïdale à apex acuminé, à marge entière et à nervure centrale proéminente, charnues, de couleur vert foncé sur la partie supérieure, pâle en-dessous, longues de 2-4 cm et larges de 1,5-2 cm.

JPEG - 89.7 ko
Épiphyte suffrutescente, très ramifiée à la base, originaire d’Inde et de Birmanie, Hoya lanceolata subsp. bella est fréquente en culture. Inflorescences pendantes à 7-11 fleurs parfumées, d’environ 1,5 cm © Giuseppe Mazza

Inflorescences axillaires pendantes corymbiformes portant 7-11 fleurs en forme d’étoile, d’environ 1,5 cm de diamètre, à la corolle cireux à 5 lobes à apex acuminé de couleur blanche et couronne staminale de couleur rose pourpre intense à 5 segments ovales ; les fleurs dégagent un parfum agréable et durent 7-8 jours.

Les fruits, rarement produites en culture, sont des follicules minces, longs de 12-15 cm, contenant de nombreuses graines, longues de 2 mm, pourvues à une extrémité d’une touffe de poils soyeux (pappus), longs d’environ 2,5 cm, qui facilitent la dispersion par le vent.

Elle se propage facilement par boutures, pourvu de 2-4 nœuds, à la fin du printemps ou au début de l’été, dans un substrat additionné de 30 % de sable siliceux ou d’agriperlite maintenu constamment humide, mais sans stagnation, à une température de 24-26 °C.

Introduite en culture en Europe au milieu du XIXe siècle, comme Hoya bella, elle a atteint en très peu de temps une popularité battue seulement par celle de Hoya carnosa par la beauté et le parfum de ses fleurs, produites en abondance, et sa facilité de culture en appartement.

En plein air elle peut être cultivée dans les régions tropicales et subtropicales et marginalement dans celles au climat tempéré-chaud le plus doux, nécessitant une luminosité élevée, voire la lumière solaire tamisée, et une humidité ambiante, elle doit donc être placée dans une zone particulièrement humide du jardin. Sous les climats moins favorables elle sera cultivée en pots, de préférence en suspension, pour être abritée pendant les mois les plus froids dans un environnement protégé et lumineux, voire avec quelques heures de soleil dans la matinée, à l’écart des sources de chaleur et éventuellement en association avec d’autres plantes de façon à créer un microenvironnement humide. Elle nécessite un substrat très poreux et drainant, étant facilement sujette à la pourriture des racines, neutre ou légèrement acide, et des arrosages réguliers en été, de façon à le maintenir constamment humide, mais sans stagnation, avec de fréquentes nébulisations à l’eau non calcaire à température ambiante en présence d’air sec et de températures élevées.

En hiver, les arrosages devront être réduits, mais sans jamais laisser sécher complètement le substrat, sinon il peut y avoir une chute prématurée des feuilles, avec de légères nébulisations si l’humidité est excessivement basse. Pour la fertilisation, mensuelle au printemps et en été, on pourra utiliser un produit spécifique pour orchidées épiphytes ou un engrais hydrosoluble équilibré, contenant des oligoéléments, au 1/3 de la dose indiquée sur l’emballage. Le rempotage devra être effectué à la fin du printemps lorsque le substrat n’est plus parfaitement perméable et que les racines ont rempli le pot, en maintenant pendant plusieurs jours le nouveau substrat à peine humide et en vaporisant le feuillage, jusqu’aux premiers signes de reprise végétative.

Synonymes : Hoya bella Hook. (1848).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des APOCYNACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/h-30-6_hoya_bella
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants