Inga edulis

Famille : Leguminosae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 146.4 ko
L’Inga edulis de l’Amérique du Sud tropicale peut atteindre 25 m de haut et a une large frondaison © G. Mazza

Cette espèce est originaire de l’Amérique du Sud tropicale (Bolivie, Brésil, Colombie, Équateur, Guyana, Guyane française, Pérou, Surinam et Venezuela) où elle pousse principalement le long des rives des fleuves jusqu’à environ 1.600 m d’altitude.

Le nom du genre est celui qui est utilisé par les autochtones.

Le nom de l’espèce est le mot latin "edulis" = bon à manger, comestible, d’évidence par référence aux fruits.

Noms communs : ice cream bean, monkey tamarind (anglais), pois doux (français), anga, inga, inga-cipo, inga de macaco, mainga de metro, inga macarrao,inga-rabo-de-mico (portugais-Brésil), chalaite, cuajiniquil, guaba, guaba de bejuco, guaba mecate, guaba chillillo, guama, guama san Antonio, guamo santafereno, guava, guava machete, guavo-bejuco, inga cipo, jiniquil, pacae, pacay (espagnol), Affenschwanz-Inga, essbare Inga (allemand).

L’ Inga edulis Mart. (1837) est un arbre sempervirent à la croissance rapide, haut jusqu’à environ 25 m, à la frondaison étendue et plutôt aplatie, au tronc souvent tordu, d’environ 30 cm de diamètre et à l’écorce grisâtre.

JPEG - 85.2 ko
Les inflorescences aux racèmes épais de 8 à 12 cm ont des fleurs blanches tubulaires aux étamines saillantes © Giuseppe Mazza

Ses feuilles sont alternes, paripennées, avec un rachis ailé, longues de 10 à 25 cm, avec 4 à 6 paires de folioles ovées à l’apex acuminé, sessiles, de couleur vert intense et brillantes en partie supérieure, pubescentes en partie basse, de dimensions croissantes, les folioles terminales étant longues jusqu’à environ 16 cm et larges de 8 cm.

Au milieu des folioles se trouvent des glandes nectarifères.

Les inflorescences, terminales, sont constituées de racèmes épais de 8 à 12 cm de long, aux fleurs blanchâtres, parfumées, à la corolle tubulaire longue de 1,5 à 2,5 cm, à cinq lobes et aux nombreuses étamines saillantes longues d’environ 4 cm, qui se fanent rapidement.

Les fruits sont des gousses cylindriques, profondément rainurées, longues jusqu’à 1 m et plus, de 3 à 5 cm de diamètre et contenant de nombreuses graines noirâtres de 3,5 x 1,2 cm, entourées par un arille cotonneux et blanc à la saveur douce. On reproduit facilement cette plante au moyen de ses graines dont la capacité à germer est de courte durée, environ deux semaines. La germination survient au bout de 2 à 3 jours, parfois à l’intérieur même de la gousse. La fructification peut débuter, dans des conditions optimales de culture, dès la seconde année après le semis.

JPEG - 92.4 ko
Fruit et coupe avec des graines noirâtres et une pulpe comestible © Giuseppe Mazza

C’est une espèce cultivée localement pour ses fruits mais plus souvent comme arbre d’ombrage pour les plantations de café et de cacao.

Elle a aussi une petite valeur ornementale du fait de sa frondaison étendue et relativement épaisse.

Elle a besoin, pour pousser le mieux, d’une exposition en plein soleil et d’un climat tropical ou subtropical humide à la pluviosité élevée mais s’accommode aussi des climats aux saisons marquées comportant trois ou quatre mois de sécheresse.

On peut essayer de la cultiver dans les climats tempérés chauds car elle peut supporter pendant une courte période des températures allant jusqu’à environ - 4 °C, mais au prix de dégâts de sa partie aérienne.

Ele s’adapte à divers types de sols, même fortement acides, et comme elle est capable, ainsi que les autres légumineuses, de fixer l’azote de l’atmosphère et donc d’ enrichir le sol elle contribue à sa fertilité. D’autre part son appareil racinaire profond et robuste aide à éviter l’érosion le long des pentes des plantations de café.

La pulpe qui entoure la graine, douce et au goût de vanille, est consommée fraîche mais on peut en extraire un jus qui est parfois utilisé pour préparer une boisson alcoolisée.

Les graines, consommées cuites comme légume ou rôties, sont très populaires dans ses lieux d’origine. Les feuilles et les graines, qui ont un contenu élevé en protéines, sont également employées comme fourrage pour le bétail.

Localement le bois est utilisé comme combustible et matériau de construction. Enfin les graines et les feuilles sont employées dans la médecine traditionnelle comme astringent pour les maladies intestinales et comme anti-rhumatismal.

Synonymes : Mimosa inga Vell. (1827) ; Mimosa ynga Vell. (1827) ; Inga scabriuscula Benth. (1845) ; Inga benthamiana Meisn. (1848) ; Inga uncinata Spruce ex Benth. (1875) ; Inga vera sensu Brenan ; Inga vera Kunth (1823) ; Feuilleea conferta (Benth.) Kuntze (1891) ; Feuilleea edulis (Mart.) Kuntze (1891) ; Feuilleea scabriuscula (Benth.) Kuntze (1891) ; Inga ynga (Vell.) J.W.Moore (1934).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des LEGUMINOSAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_I-52-1_Inga_edulis
_I-52-2_Inga_edulis
_I-52-3_Inga_edulis
_I-52-4_Inga_edulis
_I-52-5_Inga_edulis
_I-52-6_Inga_edulis
_I-52-7_Inga_edulis
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants