Ischnoderma benzoinum

GIF - 5.2 ko

 

Texte © Massimiliano Berretta

 

 

Traduction en français par Jean-Marie Epitalon

 

 

JPEG - 215.7 ko
Exemplaire de Ischnoderma benzoinum avec gouttelettes aqueuses © Giuseppe Mazza

Famille : Fomitopsidaceae Jülich, 1982

Genre : Ischnoderma P. Karsten, 1879

Ischnoderma benzoinum (Wahlenberg) P. Karsten, 1879

Le terme “benzoinum” derive du latin “benzoinus” = à l’odeur de la résine balsamique qui suinte de Styrax benjoin, d’Inde.

En Italie et en Espagne on n’utilise pas de noms “communs” pour cette espèce ; Cependant, en France, il est connu sous le nom de “Polypore balsamique”, “Polypore à odeur de benjoin” ; en Allemagne “Schwarzgebänderter Harzporling” ; au Royaume Uni “Benjoin Bracket”.

Description du genre

A ce genre, appartiennent des basidiomes annuels, sessiles, tabulaires, souvent en forme d’éventail, mous au début puis très durs, avec une cuticule tomenteuse, qui devient ensuite une croûte, brun foncé à noirâtre.

Hyménium poroïde blanchâtre qui s’assombrit au toucher.

Système hyphal dimitique avec les hyphes génératrices pourvues d’anses d’anastomose et les hyphes squelettiques hyalines ou brunes, les basidiospores cylindriques, non amyloïdes, lisses, blancs en masse.

Espèce saprotrophe des conifères et arbres à feuilles caduques, agent de la pourriture blanche.

L’espèce type est Ischnoderma resinosum (Fries) P. Karsten 1879.

Description de l’espèce

Chapeau  : basidiomes sessiles, étalés, longs jusqu’à 20 cm, avec un rayon allant jusqu’à 14 cm et une épaisseur de 2 cm, les jeunes individus ont une surface finement tomenteuse et une consistance charnue, rouges-bruns ou bruns, puis deviennent durs, avec une croûte résineuse noire et des zonations concentriques, le bord est toujours plus clair et ondulé et souvent tourné vers le bas.

Hyménium  : pores blanchâtres, ronds-angulaires, 4-6 par mm, chez les spécimens matures, ils deviennent bruns, s’assombrissent au toucher, tubules marron d’environ 1 cm de longueur.

Pied  : assente.

Chair  : a une épaisseur d’environ 1 cm, molle et blanchâtre chez le jeune, ocre et dure à maturité.

JPEG - 161.8 ko
Jusqu’à 20 cm de long, et un rayon de 14 cm, il est d’abord tomenteux et charnu puis crouteux et dur © Giuseppe Mazza

Habitat  : il pousse principalement à l’automne presque exclusivement sur les conifères.

Comestibilité  : sans aucune valeur.

Réactions  : le chapeau devient marron-noir avec KOH.

Microscopie

Structure hyphale dimitique avec hyphes squelettiques jaune pâle, segmentées, de 3-6 µm de diamètre, hyphes génératrices cloisonnées, hyalines, avec des anses d’anastomose. Cystides et cystidioles absentes. Basides claviformes, tétrasporiques, hyalines, avec des anses d’anastomose basales, de 10-15 × 3,5-4,5 µm. Basidiospores cylindriques, hyalines, lisses, non amyloïdes, avec des parois minces, de forme courbe, mesurant 5-6 × 2-2,5 μm.

Remarques

C’est une espèce assez commune dans l’hémisphère boréal, pas commune en Italie, l’autre espèce du genre, Ischnoderma resinosum (Fries) P. Karsten 1879, est très macroscopiquement similaire, mais elle pousse exclusivement sous les feuillus, de préférence les hêtres (Fagus sylvatica).

Une certaine confusion pourrait se faire avec Meripilus gigantesus (Persoon) P.Karsten 1882, mais ce dernier est facilement reconnaissable à cause du noircissement au toucher, pas instantané, de toutes ses parties, et une croissance préférentielle sous Castanea sativa e Fagus sylvatica, de plus les spores sont ellipsoïdales et supérieures à 5,5-7,5 × 4,5-6 μm.

JPEG - 45.5 ko
Hyphes germinatifs et squelettiques, basides et spores de Ischnoderma benzoinum © Pierluigi Angeli

On peut également le confondre avec Bondarzewia mesenterica (Schaeffer) Kreisel 1984, qui, bien que partageant le même habitat, se développe sur les racines affleurantes de Picea abies et Abies alba, et qui possède des pores blanchâtres, anguleux et irréguliers, des tubules et un contexte (chapeau) concolore, les hyphes privées d’anses d’anastomose, les spores amyloïdes, subglobuleuses et verruqueuses.

Synonymes

Boletus benzoinus Wahlenberg, 1826 (basionimo) ; Ischnoderma resinosum f. benzoinum (Wahlenberg) Pilát, 1937 ; Lasiochlaena benzoina (Wahlenberg) Pouzar, 1990 ; Polyporus benzoinus (Wahlenberg) Fries, 1828 ; Polystictus benzoinus (Wahlenberg) Bigeard & H. Guillemin, 1913 ; Trametes benzoina (Wahlenberg) Fries, 1838 ; Ungulina benzoina (Wahlenberg) Patouillard, 1900.

 

→ Pour des informations générales sur les champignons voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des CHAMPIGNONS et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_I-50-1_Ischnoderma_benzoinum
_I-50-2_Ischnoderma_benzoinum
_I-50-3_Ischnoderma_benzoinum
_L-229-1_Lasiochlaena_benzoina-2
_L-229-2_Lasiochlaena_benzoina-2
_L-229-3_Lasiochlaena_benzoina-2
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants