Isopogon latifolius

Famille : Proteaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 122.3 ko
Les inflorescences de l’Isopogon latifolius ont environ 8 cm de diamètre © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire du Sud-Ouest de l’Australie où elle pousse sur les versants élevés des monts Stirling sur des sols sableux et pierreux.

Le nom du genre est issu de la combinaison des termes grecs « isos » = égal et « pogon » = barbe, par référence aux poils qui entourent les fruits ; le nom de l’espèce est la combinaison des termes latins « latus » = large et « folium » = feuille, l’explication étant évidente.

Noms communs : coneflower, drumsticks, Stirling Ranges coneflower ( anglais ).

L’ Isopogon latifolius R. Br. ( 1830 ) est un arbuste au port dressé , sempervirent, très ramifié, d’une hauteur pouvant atteindre environ 2,5 m , bien qu’on le maintienne à une taille plus basse quand il est cultivé, avec des rameaux rougeâtres et des feuilles portées sur un court pétiole, disposées en spirale, simples, coriaces, plates, d’elliptiques à obovées, avec un apex doté d’une petite pointe calleuse, longues de 6 à 10 cm, larges de 2 à 4 cm et de couleur vert clair.

Les inflorescences, terminales et globulaires, sont soutenues par un involucre formé de courtes bractées imbriquées, d’environ 8 cm de diamètre, formées d’une multitude de fleurs tubulaires de couleur rose mauve, recourbées, d’une longueur allant jusqu’à environ 4 cm, avec 4 lobes linéaires longs d’environ 0,6 cm, dotés d’une petite touffe de poils soyeux à l’apex.

Les fruits, globulaires, subsistent longtemps sur la plante. Celle-ci ne résiste pas au feu car elle est dépourvue de lignotuber : c’est la partie supérieure de la racine, élargie et lignifiée, qui permet à la plante de se régénérer après un incendie. Sa survie est donc liée aux graines dont la germination est favorisée dans ces circonstances.

On la reproduit en semant ses graines, sans pré-traitement particulier, dans du terreau sableux particulièrement drainant, stérilisé, maintenu humide à une température de 18 à 20 °C et par bouturage, mais avec de faibles pourcentages d’enracinement. C’est l’espèce la plus ornementale du genre Isopogon, on peut la cultiver avec succès en plein soleil dans des zones au climat de type méditerranéen aux hivers doux et modérément pluvieux et aux étés chauds et secs. Elle n’est pas adaptée pour vivre dans des climats aux étés humides où elle peut être sujette au pourrissement.

Elle a besoin de sols parfaitement drainants, acides, sableux ou pierreux. Les plantes adultes peuvent supporter épisodiquement des valeurs minimales de température allant jusqu’à environ -4 °C et de longues périodes de sécheresse. Elle est appropriée pour les jardins de rocaille sous forme de spécimen isolé ou en groupes. Les tailles, qui doivent être effectuées après la floraison, sont utiles pour permettre un port compact et touffu.

Elle s’adapte aussi à la culture en pot dans des substrats ayant les caractéristiques indiquées plus haut, avec des arrosages modérés en hiver, espacés en été, en laissant le substrat bien s’assécher avant de verser à nouveau de l’eau. Les fleurs durent longtemps tant sur la plante qu’une fois coupées et conviennent donc pour être utilisées dans les compositions florales ; dans ce but la plante est cultivée tant en Australie que dans d’autres pays au climat de type méditerranéen.

Synonymes : Isopogon latifolius var. preissii Meisn. (1845) ; Isopogon latifolius var. lanceolatus Meisn. (1856) ; Atylus latifolius Kuntze (1891).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des PROTEACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_I-35-7_Isopogon_latifolius
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants