Johannesteijsmannia lanceolata

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Claude Leray

 

 

JPEG - 165.7 ko
Johannesteijsmannia lanceolata est en voie d’extinction © Giuseppe Mazza

La plante est originaire de la forêt pluviale de la Malaisie péninsulaire, où elle pousse sur des pentes vallonnées à basse altitude.

Le nom de genre honore le botaniste hollandais Johannes Elias Teijsmann (1808-1882) ; le nom latin de l’espèce, "lanceolata" = en forme de tête de lance, fait référence à la forme de la feuille.

Noms communs : slender joey, umbrella leaf palm (anglais).

Johannesteijsmannia lanceolata J.Dransf. (1972) est une plante monoïque avec une seule tige souterraine, rampante, avec des feuilles qui semblent émerger du sol.

Les feuilles sont entières, lancéolées et longues jusqu’à environ 3 m et 30 cm de large, avec des nervures étroites et un apex indenté, de couleur verte intense, elles sont brillantes sur la partie supérieure et couvertes par de minuscules écailles brunes en dessous ; les pétioles, assez courts, ont deux bandes jaunâtres sur les côtés et sont armés de petites épines coupantes sur les bords.

Les inflorescences émergent entre les feuilles et sont courtes, presque cachées par la base des pétioles, elles sont ramifiées et portent des fleurs hermaphrodites de couleur crème, très odorantes.

Les fruits sont globulaires, de 2-3 cm de diamètre, recouverts de tubercules pyramidaux bruns. Ce palmier se reproduit par graines qui, si elles sont fraîches, germent rapidement.

Plante rare même en culture, elle n’est présente que dans quelques jardins botaniques et dans quelques collections privées ; elle convient pour la culture uniquement dans les zones avec un climat tropical humide, dans un endroit ombragé, sur des sols de préférence acides et bien drainés ; elle ne supporte pas les périodes sèches et des températures inférieures à +10 °C.

En raison de ses caractéristiques, ce palmier peut être un excellent sujet en pot, pour décorer des serres, des jardins d’hiver et des intérieurs spacieux, même s’ils sont peu lumineux, en utilisant des substrats riches en substances organiques, avec addition d’environ 30 % de sable grossier ou agri-perlite pour améliorer le drainage. Le substrat doit rester constamment humide et à des températures jamais inférieures à +16 °C.

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_J-20-1_Johannesteijsmannia_lanceolata
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants