Laccaria amethystina

GIF - 5.4 ko

 

Texte © Pierluigi Angeli

 

 

Traduction en français par Jean-Marie Epitalon

 

 

JPEG - 146.6 ko
Attrayant par sa couleur, le Laccaria amethystina n’a pas de valeur culinaire © Pierluigi Angeli

Famille : (Tricholomataceae) R. Heim ex Pouzar 1983

Genre : Laccaria Berkeley & Broome 1883

Laccaria amethystina (Hudson) Cooke, 1884

Le nom de cette espèce dérive du latin “amethysteus” qui rappelle l’améthyste, de couleur violet clair.

Description du genre

Le genre Laccaria regroupe des espèces avec chapeau peu charnu, de couleur chair, orange-rose, lilas violet, brun-pourpre ; lamelles de adnées à adnées-décurrentes, espacées, épaisses, larges, colorées ; les spores sont échinulées, lisses et alors avec une paroi épaisse, blanches en masse.

Description de l’espèce

Chapeau  : 0,5-5 cm, d’abord convexe, puis étalé et aussi déprimé au centre ; marge, chez le jeune champignon, infléchie puis droite, ondulée, cannelée. Cuticule lisse, feutrée, matte, hygrophane ; entièrement violet-améthyste, par temps sec peut également se montrer gris bleuté, ocre-crème ou blanc cassé avec des reflets lilas.

Hyménium  : lamelles adnées et aussi un peu décurrentes, largement espacées, profondes, épaisses, anastomosées à l’arrière, intercalées de lamellules de longueur variable, violet vif, pruineuses (au microscope), arête irrégulière.

JPEG - 54.4 ko
Basides, cystides et spores de Laccaria amethystina © Pierluigi Angeli

Pied  : 4-6 × 0,3 à 0,8 cm, cylindroïde, un peu élargi à la base, parfois droit parfois ondulé, strié longitudinalement de fibrilles blanches sur fond violet améthyste, plus clair à la base, laquelle est recouverte par un duvet blanc.

Chair  : mince et fragile dans le chapeau, fibrilleuse dans le pied ; de couleur violette, se décolorant progressivement le long du pied, jusqu’à un gris-violet en bas. Odeur et goût doux.

Habitat  : pousse en été et en automne sur sol riche en humus, aussi bien sous les feuillus que sous les conifères.

Comestibilité  : sans aucune valeur culinaire.

Microscopie  : spores : subglobuleuses, échinulées, 8-11 × 7-9,5 µm. Basides : claviformes, tétrasporiques, avec des anses d’anastomose, 40-49 × 10-12 µm. Cystides : filiformes ou vésiculaires.

Remarques  : Il s’agit d’une espèce unique, à cause de sa couleur violet améthyste qui est présente aussi bien sur le chapeau que sur la tige ; seulement par temps très sec les spécimens plus âgés peuvent perdre la couleur typique et créer certaines difficultés de détermination.

C’est une espèce plutôt commune, qui préfère les bois humides et frais aussi bien de feuillus que de conifères

Basionyme  : Agaricus amethystinus Hudson, Flora anglica : 612, 1778.

Synonymes  : Collybia amethystina (Hudson) Quélet, Flore mycologique de la France et des pays limitrophes, 237, 1888 ; Russuliopsis laccata var. amethystina (Cooke) J. Schröter, Kryptogamen-Flora von Schlesien 3-1(1) : 623, 1885 ; Laccaria hudsonii Pázmány, Zeitschrift für Mykologie 60(1) : 7 1994.

 

→ Pour des informations générales sur les champignons voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des CHAMPIGNONS et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_L-208-1_Laccaria_amethystina
_L-208-2_Laccaria_amethystina
_L-208-3_Laccaria_amethystina
_L-208-4_Laccaria_amethystina
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants