Leucospermum cordifolium

Famille : Proteaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 120.7 ko
Le Leucospermum cordifolium est un arbuste de 1,5 m aux inflorescences de 10 à 12 cm © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de l’Afrique du Sud où elle pousse sur des pentes rocheuses dans une aire limitée de l’extrême Sud de la province du Cap occidentale caractérisée par un climat de type méditerranéen avec des hivers doux et humides et des été chauds et secs.

Le nom du genre est issu de la combinaison des termes grecs « leukos » = blanc et « sperma » = graine, par référence à la pellicule charnue et blanchâtre qui recouvre les graines ; le nom de l’espèce est issu de la combinaison des termes latins « cor, cordis » = cœur et « folium » = feuille, l’explication étant évidente.

Noms communs : red pincushion-protea (anglais), luisiesboom, luisiesbos (afrikaans).

Le Leucospermum cordifolium Fourc. ( 1932 ) est un arbuste sempervirent, d’une hauteur pouvant atteindre environ 1,5 m, aux branches plus ou moins horizontales et aux feuilles simples disposées en spirale, coriaces, ovales avec une base parfois cordée et un apex doté de 1 à 6 dents, longues de 2 à 8 cm et de couleur grisâtre.

Les inflorescences sont terminales, solitaires ou en groupes de 2 à 3, de 10 à 12 cm de diamètre. Elles sont soutenues par un involucre formé de courtes bractées imbriquées et portent une multitude de fleurs dont la couleur va de l’orange à l’écarlate avec un périanthe constitué de 4 tépales pétaloïdes dont un est libre et dont les trois autres sont soudés ensemble et un style long de 5 à 6 cm et incurvé. Les fleurs sont riches en nectar qui attire des insectes et des oiseaux qui transportent le pollen d’une fleur à l’autre.

Les fruits sont des akènes recouverts d’une pellicule charnue ( l’élaiosome ) particulièrement appréciée des fourmis qui en favorisent la dispersion. On reproduit cette plante en semant ses graines, après les avoir plongées dans de l’eau pendant 3 à 4 jours pour enlever la couche superficielle, dans un terreau sableux particulièrement drainant, stérilisé et maintenu humide à une température de 18 à 20 °C, la première floraison ayant lieu à l’âge de trois ans, la reproduction s’effectue aussi au moyen d’un bouturage semi-ligneux.

JPEG - 107.3 ko
Elles sont normalement orange à écarlate mais il existe aussi une variété jaune © Giuseppe Mazza

C’est l’espèce la plus connue et la plus cultivée du genre ainsi que ses nombreux hybrides et variétés qui ont été sélectionnés mais elle a une vie plutôt brève ; on conseille donc en général de la remplacer au bout de 8 à 10 ans. Elle est cultivable en plein soleil dans les zones au climat tempéré de type méditerranéen. Elle n’est pas adaptée aux zones aux étés chauds et humides où elle est facilement sujette au pourrissement. Les plantes adultes peuvent supporter épisodiquement des valeurs minimales de température jusqu’à environ -3 °C et des périodes de sécheresse.

Elle a besoin de sols parfaitement drainés, sableux ou pierreux, légèrement acides et pauvres, en particulier en phosphore – il faut donc éviter les fertilisants – et elle est particulièrement sensible aux stagnations hydriques qui provoquent des attaques fatales de l’appareil racinaire par des champignons, notamment par le Phytophthora cinnamomi.

D’une grande valeur ornementale et paysagère sous forme d’individu isolé, en groupes ou en bordures mixtes dans les parcs et jardins elle s’adapte aussi à la culture en pots, à condition qu’ils aient une grande capacité, sur un substrat ayant les caractéristiques indiquées plus haut, en évitant tout matériel qui pourrait à la longue retenir l’humidité.

Les inflorescences ont une longue durée tant sur la plante qu’une fois coupées et pour cette raison elles sont largement utilisées dans les compositions florales. De vastes plantations destinées à sa production existent aussi en dehors de ses lieux d’origine dans des zones au climat de type méditerranéen et elles sont exportées dans diverses parties du monde

Synonymes : Leucospermum nutans R. Br. (1810) ; Leucospermum mixtum E. Phillips (1910).

 

→ Voir aussi l’article sur le genre Leucospermum.

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des PROTEACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_L-126-46_Leucospermum_cordifolium
_L-126-47_Leucospermum_cordifolium
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants