Libelloides coccajus

Famille : Ascalaphidae

 

AGOSTINO

 

Texte © Agostino Letardi

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 42.3 ko
Libelloides coccajus © Giuseppe Mazza

Sur cette espèce appelée en français l’Ascalaphe soufré, comme sur toutes celles appartenant aux Ascalafidés, nous ne disposons pratiquement pas de données écologiques.

En Italie c’est le représentant du genre Libelloides dont le vol est le plus précoce.

Cet insecte colonise une grande partie des zones collinaires depuis le bas des pentes jusqu’au versant abrité des crêtes du niveau montagneux.

Il s’agit d’une espèce qui peut s’adapter à des conditions de vie très variées et qui est typique des prés peu exploités comme pâture. Elle pond ses œufs sur les tiges des plantes herbacées. Les larves chassent à l’affut sur la surface du terrain.

La période de vol des adultes s’étend en général de mai à juillet.

Les adultes des Ascalafidi sont des prédateurs aériens très habiles, comparables en cela aux libellules plus connues, et sont dotés de tous les moyens appropriés correspondants : vol rapide, pattes aux griffes puissantes, larges yeux, appareil buccal masticatoire robuste, sens poussé de la territorialité, perchoirs choisis en vue de leur vol pour la chasse.

Les longues antennes aux extrémités renflées en massue les différencient d’un simple coup d’œil des Libellules et les font ressembler, en particulier pour le genre Libelloides , aux Papilionidés.

JPEG - 44.9 ko
Le Libelloides coccajus dépose ses œufs sur l’herbe © Giuseppe Mazza

Les œufs sont déposés en tas sur la végétation herbacée dans les pâturages qui sont peu soumis à la pression des herbivores.

Les larves chassent à l’affut dans les débris végétaux qui recouvrent le sol en se dissimulant dans l’environnement ( certaines espèces africaines sont absolument identiques à des lichens ).

Les larves sont des prédatrices au régime alimentaire varié qui saisissent leurs proies avec leur pince labiale, les immobilisent avec une sécrétion salivaire et en aspirent ensuite le contenu.

Les larves nouveau-nées ont une certaine capacité de résistance au manque de nourriture mais, une fois adultes, elles sont "pratiquement" insatiables.

Les larves adultes tissent un cocon qui n’est pas particulièrement compact et dans lequel sont incluses des particules de terre ou autres débris.

On sait peu de choses de la durée de leur croissance d’autant qu’il est très difficile de les élever en captivité.

Le genre Libelloides a une distribution paléarctique occidentale. Son centre de différenciation est situé en Europe

En Italie six espèces de ce genre sont présentes : l’une est confinée dans la région du Karst de Trieste et de Gorizia, la deuxième vit dans les grandes îles ( avec deux sous-espèces distinctes pour la Sicile et la Sardaigne ) et les quatre autres sont assez bien réparties dans la péninsule.

Synonymes :

Ascalaphus coccajus - Schiffermüller, 1776 ; Ascalaphus libelluloides - Schäffer, 1763.

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_L-109-1_Libelloides_coccajus
_L-109-2_Libelloides_coccajus
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants