Lycoperdon perlatum

GIF - 5.2 ko

 

Texte © Livio Agostinelli

 

 

Traduction en français par Jean-Marie Epitalon

 

 

JPEG - 117.7 ko
Terricole et ubiquitaire, le Lycoperdon perlatum est commun dans les bois © Giuseppe Mazza

Famille : Lycoperdaceae Chevallier, 1826

Genre : Lycoperdon Persoon, 1801

Lycoperdon perlatum Persoon : Persoon, 1801

L’étymologie du genre Lycoperdon dérive du grec “lúkos” = loup ; e “pérdomai” = vent sorti des intestins. Pet de loup, vesse de loup.

Le nom de l’espèce vient du latin “perlate” qui signifie très grand, très élargi, se référant aux verrues qui couvrent un espace précisément très étendu, très large.

Espèce assez commune, connue en Italie sous les noms communs de “vescia”, “loffa”, “puzzola”, “vescia gemmata” ; en France “Vesse de loup perlée” ; en Espagne “Pet de llop perlat”, “pedo de lobo”, “cuesco de lobo”, “bejín perlado”, en Angleterre “common puffball”, Devil’s snuffbox, “warted puffball”, “gem-studded puffball” ; en Allemagne “Flaschenstäubling”, “Flaschenbovist” “Flaschen-Stäubling”.

Description du genre

Au genre Lycoperdon sont attribués des carpophores généralement en forme de poire inversée, ou de globe avec un pédoncule, ou en oignon. Les carpophores sont noyés dans un substrat montrant des hyphes en faisceaux ou des cordons mycéliens.

Les carpophores de ce genre ont l’exopéridium initialement entier, puis divisé en granules, perles, verrues ou aiguillons, qui, d’abord serrés deviennent plus dispersés en raison de la croissance ; Une fois finie leur fonction de protection, il se dessèchent et se dissolvent, même l’exopéridium se dissout partiellement ou complètement.

L’endopéridium est mince, membraneux, avec des hyphes filamenteux, lisses, opaques, élastiques, de consistance molle, physiquement attachés au faisceau des hyphes mycéliens de la base. La libération des spores a lieu par l’ouverture de l’endopéridium à son sommet. Le gléba, d’abord blanche et compacte, en murissant devient sèche et pulvérulente et comprend les spores et le capillitium (ensemble d’hyphes) ; la subgléba (la partie stérile qui est sous la gléba) est bien développée, structurée avec des cellules visibles même à l’œil nu, le diaphragme (entre gléba et subgléba) est présent ou absent.

Description de l’espèce

Basidiome : en forme de poire inversée, subglobuleux, semblable à un pilon, de couleur blanchâtre, puis crème et enfin avec des nuances brunes. La partie extérieure, l’exopéridium, se compose d’aiguillons coniques facilement détachables entourés de petites verrues. Lorsque les aiguillons, avec la maturité ou avec le temps, chutent, l’exopéridium demeure décoré par un motif réticulé caractéristique.

JPEG - 37.7 ko
Basides et spores de Lycoperdon perlatum © Pierluigi Angeli

L’endopéridium est lisse, membraneux, mince, opaque, élastique et mou par temps humide, crème à gris-ocre.

Gleba (la parte interne charnue) : d’abord blanche et compacte, elle devient, à maturité, jaune-olivâtre, brune, et se transforme en poudre formée de spores et de capillitium. La dispersion des spores a lieu par l’ouverture d’un petit trou au sommet du carpophore (déhiscence apicale). La subgléba bien développée constitue l’intégralité du pseudo-pied et est formée par des cellules bien visibles.

Habitat : principalement terricole, omniprésent aussi bien dans les forêts de conifères que de feuillus.

Comestibilité : peut être consommé tant que la glèba est blanc pur.

Microscopie : spores globuleuses et verruqueuses 3,5-4,5 µm, quelques-unes encore attachées à leur stérigmate.

Exopéridium : de structure pseudoparenchymateuse à sphérocystes ronds ou ellipsoïdaux et à paroi mince.

Remarques : C’est la Vesse-de-loup (nom populaire), champignon le plus répandu dans l’absolu ; ses sporophores sont reconnaissables par leur forme de poire et la structure particulière de l’exopéridium se compose d’aiguillons coniques facilement détachables et entourés par une rangée de petites verrues. Il ne peut être confondu qu’avec Lycoperdon pyryforme Schaeffer : Persoon, mais celui-ci se développe sur le bois en décomposition et la chute des aiguillons ne montre pas le réseau.

Synonymes : Lycoperdon gemmatum Batsch 1783 ; Lycoperdon gemmatum var. perlatum Persoon 1829.

JPEG - 133.1 ko
Comestible quand il est jeune, il est recouvert d’aiguillons, qui tombent ensuite, laissant la place à un motif réticulé. La couleur, blanc crème, s’assombrit en vieillissant © Giuseppe Mazza

 

→ Pour des informations générales sur les champignons voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des CHAMPIGNONS et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_L-18-2_Lycoperdon_perlatum
_L-18-3_Lycoperdon_perlatum
_L-18-4_Lycoperdon_perlatum
_L-18-5_Lycoperdon_perlatum
_L-18-6_Lycoperdon_perlatum
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants