Mammillaria parkinsonii

Famille : Cactaceae

Texte © Pietro Puccio

 

GIF - 4.8 ko

 

Traduction en français de Guillaume Loreau

 

 

JPEG - 130.7 ko
Facile et largement cultivé pour ses beaux fruits, fleurs et tiges © Giuseppe Mazza

Le Mammillaria parkinsonii C. Ehrenb. (1840) est natif du centre du Mexique (état de Querétaro de Arteaga) où il pousse entre 1000 et 2000 m d’altitude. On le trouve dans ces zones semi-désertiques qui sont caractérisées par un climat sec et tempéré, sur un sol principalement calcaire.

Le nom du genre vient du latin « mamilla » qui signifie mamelon, en référence aux tubercules présents dans la plante. L’espèce rend hommage à John Parkinson, consul Anglais au Mexique qui était passionné de botanique et collectionnait déjà plusieurs espèces Mexicaines.

Les noms communs du cactus sont : “owl-eye”, “owl-eye pincushion”, “owl’s eyes” (Angleterre), “biznaga de chilitos” (Espagne).

Le cactus a un collet vert-bleuâtre, globuleux et légèrement affiné à la base. Il est cylindrique jusqu’à une hauteur de 15 cm et son diamètre varie entre 8 et 15 cm. La zone apicale est plus ou moins aplatie et couverte au centre par un lanugo blanc. La tige est initialement individuelle et avec le temps devient touffue par division dichotomique, elle forme ainsi des amas compacts.

Ses aréoles de forme pyramidale font entre 8 et 10 mm de long et sont disposées en spirales. Elles sont laineuses et soyeuses à la base. L’apex des aréoles est initialement couvert de lanugo blanc et présente deux à cinq aiguillons centraux. Ils sont courbés vers le bas, rigides et blanchâtres. Les aiguillons supérieurs font 4 à 8 mm de long, les inférieurs font au minimum 35 mm de long. Les aiguillons radiaux blancs sont entre 20 et 30 par aréole, ils sont fins, légèrement courbés et font 4 à 6 mm de long. L’extrémité est noire. Les fleurs ont une forme d’entonnoir, de couleur jaune pâle, et leur vénation centrale est rouge. Ces fleurs diurnes mesurent entre 12 et 15 mm. Larges, elles sont disposées en couronne près de l’apex. Elles naissent des aréoles à la base des tubercules.

Les fruits ont une forme de trèfle et mesurent environ 10 mm de long. De couleur rouge orangée, ils contiennent plusieurs graines brunes elles-même en forme de poire et mesurant environ 1,5 mm de long. Le cactus se reproduit donc par les graines et par division.

Il s’agit d’un des cactus les plus cultivés et appréciés par les collectionneurs en raison de son apparence et des facilités de culture. On le place en plein soleil ou dans un endroit avec une luminosité maximale. Le substrat doit être drainé, formé de 50 % de terre de jardin ordinaire et de fumier puis, en quantités égales, de sable (perlite) et de morceaux de pierres concassées.

Le cactus est plutôt résistant aux températures basses, en effet il est capable de supporter sur une période courte et sèche une température de -4°C. La meilleure exposition est en plein air avec un climat permettant les conditions d’un jardin aux allures de « désert » avec d’autres xérophytes. Ailleurs, il sera cultivé en pot avec les même modalités évoquées auparavant.

En été, pendant sa période végétative, il doit être arrosé régulièrement mais le substrat doit sécher complètement entre deux arrosages. En hiver, il faut le conserver au sec avec des températures plutôt basses sans toutefois descendre en-dessous de 5°C. Cette période de repos, sèche et fraîche, est indispensable à un bonne floraison.

Cette espèce est inscrite par CITES, le Comité pour les plantes, sur l’appendice II qui traite des plantes pour lesquelles le marché est régulé au niveau international.

Synonymes : Cactus parkinsonii (Ehrenb.) Kuntze (1891) ; Mammillaria morganiana Tiegel (1933).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des CACTACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_M-54-11_Mammillaria_parkinsonii
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants