Mammillaria polythele subsp. polythele

Famille : Cactaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

Mammillaria polythele Mart. (1832) subsp. polythele est originaire du centre du Mexique (États de Guanajuato, Querétaro et Hidalgo) où il pousse jusqu’à 2600 m d’altitude dans les zones semi-désertiques caractérisées par un climat sec et tempérés et des sols principalement calcaires.

Le nom du genre dérive du latin “mamilla” = mamelon, en référence aux tubercules présents chez ces plantes ; le nom de l’espèce qui est une combinaison des mots grecs "polys" = beaucoup et "thele" = mamelon, fait la même référence.

Noms communs : “biznaga de chilitos” (espagnol).

Espèce cespiteuse aux tiges globuleuses à cylindriques, au sommet arrondi, mesurant jusqu’à environ 40 cm de haut et 6 à 8 cm de diamètre, de couleur gris-vert ; elle présente des tubercules pyramidaux de 8 à 10 mm de long, disposés en spirale, avec quelques poils blancs persistants à leur base.

Les aréoles apicales des tubercules, ovales, initialement couvertes d’un duvet blanc, sont pourvues de 4 à 6 épines radiales de 5 à 12 mm de long, de couleur brun rougeâtre, plus sombres à leur extrémité, presque noires, qui tendent à s’éclaircir avec le temps.

JPEG - 191.4 ko
Native des régions semi-désertiques du Mexique central, jusqu’à 2600 m d’altitude, Mammillaria polythele subsp. polythele, atteint les 40 cm avec des tiges de 6-8 cm. Tubercules spiralés et jolies rondes de fleurs © Giuseppe Mazza

Les fleurs campanulées, aux pétales lancéolés rouge pourpre, disposées en cercle à proximité de l’apex, mesurent environ 18 mm de long et de 12 à 15 mm de large, et proviennent de l’aréole à la base des tubercules.

Les fruits claviformes, d’environ 18 mm de long, de couleur rougeâtre contiennent des graines piriformes de couleur brune de 1 mm de long.

La reproduction se fait par semis ou par multiplication végétative.

Deux autres sous-espèces sont reconnues :

Mammillaria polythele subsp. durispina (Boed.) D.R. Hunt (1997)

Mammillaria polythele subsp. obconella (Scheidw.) D.R. Hunt (1997)

Ainsi que cinq variétés :

Mammillaria polythele var. aciculata (Otto ex Pfeiff.) Salm-Dyck

Mammillaria polythele var. hexacantha Salm-Dyck (1849)

Mammillaria polythele var. latimamma Salm-Dyck (1849)

Mammillaria polythele var. quadrispina (Mart.) Salm-Dyck (1843)

Mammillaria polythele var. setosa (Pfeiff.) Salm-Dyck (1844)

La culture de ces cactus est très répandue. Parmi celles-ci, les cultivars pratiquement dépourvus d’épines et de duvet sont très appréciés et recherchés ; ils doivent être placés en plein soleil ou à une exposition légèrement ombragée, dans un sol particulièrement drainant qui peut être composé de 50% de terre commune de jardin, enrichie en fumier, et, pour le reste, de sable (ou de perlite) et de gravier concassé lavé, en proportions égales.

L’espèce est peu résistante aux basses températures, bien qu’elle soit capable de supporter, dans un environnement sec, et pendant une courte durée, des températures allant jusqu’à -1 °C ; son emplacement idéal en plein air, quand les conditions climatiques le permettent, sera dans un jardin « désertique », avec d’autres xérophytes ; ailleurs, elle doit être cultivée en pot dans les conditions indiquées ci-dessus.

En été, pendant la période de croissance, l’arrosage doit être régulier, tout en laissant le terrain s’assécher complètement entre les arrosages ; en hiver la plante doit être maintenue au sec, à une température relativement basse sans être inférieure à 5 °C, cette période de repos, dans un environnement frais et sec, étant essentielle à l’obtention d’une bonne floraison.

L’espèce est inscrite à l’Annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Mammillaria galeottii Scheidw. (1837) ; Mammillaria tetracantha Salm-Dyck (1837) ; Mammillaria crocidata Lem. (1838) ; Mammillaria dolichocentra Lem. (1838) ; Mammillaria kewensis Salm-Dyck (1849) ; Cactus polythele (Mart.) Kuntze (1891) ; Mammillaria hidalgensis Purpus (1907).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des CACTACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_M-56-1_Mammillaria_kewensis
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants