Mangifera laurina

Famille : Anacardiaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 55.5 ko
La Mangifera laurina est le porte-greffe du manguier commun dans les climats humides © Giuseppe Mazza

La Mangifera laurina Blume (1850) est originaire de l’Asie tropicale (Indonésie, Malaisie et Philippines) où elle pousse dans les forêts humides situées à basse altitude.

Le nom du genre est issu de la combinaison d’un des noms locaux du fruit "manga" et du verbe latin "fero" = je porte. Le nom latin de l’espèce "laurina" = semblable au laurier ( Laurus nobilis ) fait référence à l’aspect de la feuille.

Noms communs : mangga kopyor, mangga pari (indonésien), mango ayer (anglais), mango de agua (espagnol).

C’est un arbre sempervirent haut jusqu’à environ 25 m, au tronc dont le diamètre peut atteindre 1,5 m chez les spécimens les plus âgés, à l’écorce marron et aux branches dressées vers le haut et formant une frondaison dense et ombreuse. La lymphe qui s’écoule d’ éventuelles entailles de l’écorce et qui a une très forte odeur de térébenthine peut causer des irritations de la peau, en particulier chez les personnes très sensibles.

Il a des feuilles oblongues-lancéolées aux bords ondulés, longues de 15 à 25 cm et larges de 4 à 6 cm, coriaces, de couleur vert clair et brillantes en partie supérieure, vert foncé en partie basse.

Les inflorescences sont terminales en panicule, droites, longues de 25 à 40 cm avec des fleurs d’environ 10 mm de diamètre.

Les fruits sont des drupes ovoïdes ou réniformes longues de 5 à 6 cm et épaisses de 4 cm, de couleur jaune pâle ou jaune verdâtre. La pulpe, déliquescente à maturité, est de couleur jaune vif et a une saveur douce ou faiblement acidulée avec un léger arôme de térébenthine. Les graines sont de forme ovale et souvent polyembryonniques.

C’est une espèce désormais peu cultivée pour ses fruits, en général consommés avant maturité comme ingrédient de salades de fruits, étant donné qu’elle a été remplacée par les variétés de manguier (Mangifera indica). Les fruits mûrs constituent un jeu pour les enfants qui percent un petit trou dans la peau et qui, en écrasant le fruit, en boivent le jus grâce à la déliquescence de la pulpe.

À cause de sa capacité à s’adapter à la culture dans les localités de plaine au climat humide, où le manguier s’avère inadapté, et de sa bonne résistance à certaines maladies fongiques comme l’anthracnose ( Colletotrichum gloeosporioides ), elle est utilisée comme porte-greffe, spécialement en Malaisie, et dans les recherches portant sur l’amélioration génétique du manguier.

Synonymes : Mangifera longipes Griff. (1854) ; Mangifera parih Miq. (1859) ; Mangifera sumatrana Miq. (1859).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ANACARDIACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_M-193-1_Mangifera_laurina
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants