Normanbya normanbyi

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 204.9 ko
Normanbya normanbyi est une espèce vulnérable endémique du nord-est du Queensland © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire d’Australie (nord-est du Queensland) où elle pousse dans une zone limitée de la forêt tropicale, principalement sur les rives des cours d’eau et dans les zones marécageuses, au climat caractérisé par une pluviosité élevée bien répartie tout au long de l’année, du niveau de la mer jusqu’à environ 500 m d’altitude.

Genre et espèce sont dédiés à l’homme politique britannique George Augustus Constantine Phipps Normanby (1819-1890) qui fut gouverneur du Queensland (1871-1874).

Noms communs : black palm (anglais).

Normanbya normanbyi (W.Hill) L.H.Bailey (1930) est une espèce monoïque inerme à tige dressée solitaire, lisse, à la base bulbeuse parcourue de fissures verticales, mesurant jusqu’à environ 20 m de hauteur et 15-20 cm de diamètre, de couleur grisâtre, tendant à devenir plus foncée avec l’âge, et sur laquelle les traces annulaires d’attache des feuilles caduques sont visibles.

Les feuilles, sur un court pétiole recouvert d’une épaisse pubescence blanchâtre et d’écailles brunes, sont pennées, recourbées, longues de 2-3 m, au rachis recouvert d’épaisses écailles brunes et aux pinnules qui chez les plantes adultes sont disposées de manière irrégulière et sous des angles différents autour de celui-ci, subdivisées presque jusqu’à la base en 7-9 segments parallèles, longues de 30-50 cm et larges de 1-3 cm, à apex tronqué et dentelé, de couleur vert foncé sur la face supérieure, recouvertes de denses et minuscules écailles blanc bleuâtre en-dessous. La base foliaire entoure entièrement la tige sur une longueur de 0,6 à 1 m formant une sorte de chapiteau tubulaire, à peine élargi à la base, de couleur gris cendré à apex brunâtre.

Les inflorescences, initialement enfermées dans deux bractées longues d’environ 30 cm, prennant naissance sous les feuilles (infrafoliaires) sur un court pédoncule, sont pendantes, ramifiées, longues de 60-90 cm, à fleurs blanchâtres unisexuées, disposées en triades (une fleur femelle entre deux fleurs mâles) dans la partie inférieure, tandis que dans la partie terminale ne sont présentes que des fleurs mâles solitaires ou par paires. Les fruits sont ovoïdes à apex pointu, de couleur rose à brun rougeâtre à maturité, de 4,5 cm de longueur et 3 cm de diamètre, avec des fibres de 0,5-1 mm de largeur présentes dans le mésocarpe, contenant une seule graine. La première feuille est bifide. La reproduction se fait par les graines, préalablement immergées dans l’eau tiède pendant deux jours, qui si elles sont fraîches germent en 2-3 mois dans un substrat aéré et drainant maintenu humide à une température de 24-26 °C.

Palmier particulièrement élégant par sa tige mince et sa couronne de feuilles à l’aspect plumeux, de grande valeur paysagère en tant que spécimen isolé, en groupe ou en alignement le long des rues et des avenues, adapté aux climats tropicaux et subtropicaux humides, sa culture peut être tentée dans les régions aux climats tempérés les plus doux où les températures voisines de 0 °C sont des événements exceptionnels et de très courte durée. De croissance rapide, dans les conditions optimales de culture, il nécessite des sols profonds et bien drainés, riches en matière organique, légèrement acides ou neutres, maintenus constamment humides, et une exposition semi-ombragée au cours des premières années de sa vie, puis en plein soleil. Sous les climats avec des périodes de sécheresse, il nécessite des arrosages réguliers, en particulier au cours de la phase juvénile, et il apprécie une fertilisation régulière.

L’intérieur de la tige, dur et noirâtre, est utilisé par les aborigènes pour réaliser différents objets d’artisanat et en construction.

L’espèce est incluse dans la liste rouge de I’UCN (International Union for the Conservation of Nature) comme “vulnerabile” (menacée d’extinction dans la nature).

Synonymes : Areca normanbyi (W.Hill) F.Muell. (1874) ; Cocos normanbyi W.Hill (1874) ; Ptychosperma normanbyi (W.Hill) F.Muell. (1880) ; Drymophloeus normanbyi (W.Hill) Benth. & Hook.f. ex Becc. (1885) ; Normanbya muelleri Becc. (1885) ; Saguaster normanbyi (W.Hill) Kuntze (1891).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/n-74-1_normanbya_normanbyi
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants