Oncidium noezlianum

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Claude Leray

 

  Cette espèce est originaire de Bolivie (Cichabamba) et du Pérou où elle vit sur les arbres des forêts brumeuses entre 2000 et 3500 m d’altitude.

Le nom de genre provient du grec "ὄγκος" (onkos) = tumeur, masse, plus le suffixe diminutif "-ιδιον" (-idion) en référence à la petite excroissance charnue à la base du labelle chez de nombreuses espèces appartenant au même genre ; l’espèce est dédiée à son découvreur, le suisse Jean Nötzli.

JPEG - 218.8 ko
Oncidium noezlianum est une épiphyte de 20-30 cm de haut des forêts brumeuses de Bolivie et du Pérou © Giuseppe Mazza

Oncidium noezlianum (Mast.) MWChase & NHWilliams (2008) est une espèce épiphyte de 20 à 30 cm de hauteur, avec des rhizomes courts et des pseudobulbes ovoïdes comprimés latéralement, d’environ 5 cm de long, munis à la base de deux ou plusieurs lamelles foliaires distiques et au sommet d’une seule feuille oblongue-elliptique, d’environ 25 cm de long, de couleur vert foncé et coriace. L’inflorescence racémeuse est disposée sur un pédoncule de 15-20 cm de long, à partir de la base des pseudobulbes mûrs, arquée, de 20 à 25 cm de long, avec de nombreuses fleurs de 3-4,5 cm de diamètre de couleur rouge orange vif avec une tache jaune à la base du labelle, et durant environ 3 semaines.

JPEG - 152.2 ko
Les inflorescences ont de 20 à 25 cm. Les hybrides cultivés ont une couleur intense orange rouge © Giuseppe Mazza

Les sépales lancéolés ont un sommet aigu, de 1,5-2,2 cm de long et 0,6-0,8 cm de large, les pétales sont oblongs elliptiques, de 1,8-2,2 cm de long et de 1,4-1,6 cm de largeur, le labelle est trilobé, d’environ 1,6 cm de long et de large, avec des lobes latéraux arrondis et un lobe médian avec un sommet bilobé.

Elle se reproduit par graines, in vitro, et par division avec chaque section formé d’au moins 3-4 pseudobulbes.

Cette espèce a des fleurs particulièrement attrayantes qui ont donné naissance à plusieurs hybrides avec une couleur orange-rouge intense. Elle doit être cultivée dans un endroit légèrement ombragé, très aéré, avec une humidité élevée, 70-85 % et des températures fraîches à intermédiaires, avec des valeurs la nuit entre 7 et 15 °C et le jour entre 15 et 25 °C, et avec une variation thermique quotidienne élevée pour encourager la floraison, des conditions pas toujours faciles à obtenir sans systèmes de refroidissement.

Au cours de la croissance des pseudobulbes, les arrosages doivent être réguliers, mais en laissant sécher partiellement le substrat avant de redonner de l’eau, ils doivent être espacés en hiver jusqu’à l’apparition de la nouvelle végétation, mais sans jamais laisser sécher complètement, avec des nébulisations régulièrement distribuées toute l’année. Les arrosages et les nébulisations doivent être effectués avec de l’eau de pluie, déminéralisée ou produite par osmose inverse, et il faut procéder à des fertilisations, pendant la période végétative, avec des produits équilibrés hydrosolubles, avec des microéléments, à la moitié, ou moins, de la dose suggérée sur le paquet, et données en alternance afin d’éviter l’accumulation de sels sur les racines.

Cette orchidée peut être disposée sur des troncs, des écorces ou des radeaux ou cultivée en pot avec un compost aéré qui peut être formé par des fragments d’écorce et des sphaignes en tranches moyennes, avec une éventuelle addition de charbon et de minéraux. Les rempottages et les éventuelles divisions doivent se faire lors du redémarrage végétatif.

L’espèce est signalée à l’annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est régi internationalement).

Synonymes : Cochlioda densiflora Lindl. (1853) ; Odontoglossum cochlioda Rchb.f. (1864) ; Mesospinidium densiflorum (Lindl.) Rchb.f. (1872) ; Cochlioda noezliana (Mast.) Rolfe (1890) ; Odontoglossum noezlianum Mast. (1890) ; Cochlioda miniata L.Linden (1896) ; Cochlioda noezliana var. superba L.Linden (1898) ; Cochlioda floryi Rolfe (1911) ; Cochlioda beyrodtiana Schltr. (1919) ; Cochlioda densiflora f. aurea Roeth & O.Gruss (2003) ; Oncidium beyrodtioides M.W.Chase & N.H.Williams (2008) ; Oncidium densiflorum (Lindl.) M.W.Chase & N.H.Williams (2008) ; Oncidium floryi (Rolfe) M.W.Chase & N.H.Williams (2008) ; Oncidium miniatum (L.Linden) M.W.Chase & N.H.Williams (2008) ; Oncidium andinum Molinari (2016).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/o-137-1_oncidium_noezlianum
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants