Oncosperma tigillarium

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Claude Leray

 

 

JPEG - 113.9 ko
Stipes cespiteux de 30 m avec des épines. Très ornementaux sous les Tropiques © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire de Bornéo, de Sumatra, de Java et de Thaïlande, où elle se développe principalement le long des côtes dans les zones marécageuses et les forêts pluviales où elle forme souvent des colonies denses.

Le nom de genre est la combinaison des termes grecs "onkos" = gonflé et "sperma" = sperme ; le nom d’espèce vient du latin "tigillum" = petit chevron, en référence aux tiges minces.

Noms communs : nibung (Malay) ; lao-cha-own (thaï) ; nibong palm, nibung palm, wild palm (anglais) ; palmeira-nibung (portugais).

Oncosperma tigillarium (Jack) Ridl. (1864) est une espèce densément cespiteuse avec des stipes qui peuvent atteindre 30 m avec un diamètre jusqu’à 15 cm, de couleur bronze clair sur lequel sont mis en évidence des anneaux correspondant aux traces de jonction des anciennes feuilles, celles-ci étant recouvertes de nombreuses épines noires, aplaties, jusqu’à 10 cm de long et tournées principalement vers le bas.

La base foliaire, qui enveloppe complètement le stipe sur une hauteur supérieure à 1 mètre, est tubulaire, épineuse et de couleur gris-vert.

Les feuilles pennées, avec des pétioles d’environ 50 cm de long, équipées de longues épines noirâtres d’environ 3 m de long, élégamment courbées, ont des pinnules pointues et inclinées, réparties uniformément sur le rachis, de 3 cm de large et d’environ 60 cm de long dans la partie médiane.

Les inflorescences, ramifiées et épineuses, se développent à l’intérieur d’une spathe, également épineuse, sous les feuilles, et sont de couleur jaune vif avec des fleurs des deux sexes disposées selon la triade typique (une fleur femelle au milieu de deux fleurs mâles).

Les fruits, globuleux, de 12 mm environ de diamètre, sont violet noirâtre quand ils sont mûrs. Ce palmier se reproduit normalement par graines qui germent en 2-3 mois ; sa croissance est rapide. Les stipes, sans leurs épines, sont utilisés comme des éléments structurels dans les habitations locales en raison de leur robustesse, leur élasticité et leur résistance aux insectes xylophages ; grâce à leur longue durée et à leur résistance à la pourriture, même immergées dans l’eau douce ou salée, ils sont utilisés dans la construction de grands pièges à poissons dans les estuaires et d’autres structures immergées.

JPEG - 176.9 ko
Fleurs et fruits de Oncosperma tigillarium © Giuseppe Mazza

Les feuilles sont utilisées pour des toitures et, entrelacées, pour réaliser des paniers et d’autres objets d’usage courant, les extrémités végétatives (coeur de palmier) sont consommées crues aussi bien que cuites, les fleurs servent à aromatiser le riz et les fruits pour préparer des conserves ; dans certaines régions les graines sont utilisées à la place de celles d’Areca catechu dans la préparation du « Betel ».

Il est considéré comme l’un des palmiers les plus ornementaux pour l’élégance de son feuillage, mais reste relativement peu cultivé à cause de la présence d’épines et de ses exigences de culture, sauf dans de grands parcs et jardins, en formant des touffes isolées, en groupe ou en rangée au bord des allées, mais loin des zones de passage.

Il est cultivable en plein soleil uniquement dans les régions à climat tropical, ou partiellement subtropical, supportant des températures proches de 0 °C, même si pendant une courte période, elles peuvent détruire toute la partie aérienne. Il s’adapte à tout type de sol, mais avec une disponibilité abondante et continue de l’eau, pendant les périodes de sécheresse la plante commence à souffrir si elle n’est pas dûment irriguée, perdant ainsi beaucoup de son charme.

Synonymes : Areca tigillaria Jack (1820) ; Keppleria tigillaria (Jack) Meisn. (1842) ; Areca nibung Mart. (1838) ; Areca spinosa Hasselt & Kunth (1841) ; Euterpe filamentosa Kunth (1841) ; Oncosperma filamentosum (Kunth) Blume (1843) ; Oncosperma cambodianum Hance (1876).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_O-14-4_Oncosperma_tigillarium
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants