Parodia haselbergii subsp. haselbergii

Famille : Cactaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 76.2 ko
Très cultivée pour sa petite taille et sa floraison spectaculaire durable © Giuseppe Mazza

Parodia haselbergii (F. Haage ex Rümpler) F. H. Brandt subsp. haselbergii (1982) est originaire du sud du Brésil (Etats de Rio Grande do Sul et de Santa Catarina), où il pousse surtout sur les pentes rocheuses abruptes.

Le genre est dédié au botaniste argentin Lorenzo Raimundo Parodi (1823-1890) et l’espèce à son découvreur F. von Haselberg.

Noms communs : “scarlet ball cactus”, “white snowball”, “white-web ball cactus” (anglais) ; “Kugelkaktus” (allemand).

Plante succulente, généralement solitaire, à l’épiderme gris-vert, de forme sphérique avec un apex légèrement déprimé, mesurant de 4 à 15 cm de diamètre.

La tige comporte de 30 à 60 côtes, peu apparentes, disposées en spirales, munies de petits tubercules et d’aréoles, laineux au stade juvénile, distants de 4 à 6 mm ; les aréoles sont pourvues de 20 à 30 épines radiales, minces, rigides, de couleur blanc presque transparent, et de 3 à 5 épines centrales blanc jaunâtre de 10 à 15 mm de long.

Les fleurs, groupées à proximité du sommet, sont infundibuliformes, longues de 15 mm et d’un diamètre de 25 mm, avec des tépales rouge orangé ou jaune orangé, les externes étant ouverts et les internes dressés.

Les fruits sont sphériques ou oblongs, de 10 mm de diamètre, épineux, de couleur blanc jaunâtre. Ils contiennent de nombreuses petites graines noires tuberculées.

Il existe une autre sous-espèce reconnue : Parodia haselbergii subsp. graessneri (K. Schum.) Hofacker & P. J. Braun (1998), avec laquelle les différences les plus évidentes sont le plus grand nombre d’épines radiales, jusqu’à 60, de couleur jaunâtre et les fleurs de couleur jaune verdâtre.

Espèce très populaire et appréciée des collectionneurs pour sa petite taille, ses épines qui cachent presque toute la surface de la tige, et sa floraison spectaculaire de longue durée, les fleurs individuelles pouvant rester ouvertes pendant deux semaines ou plus ; convient particulièrement bien, en raison de sa facilité de culture, à tous ceux qui commencent à s’intéresser à la culture des cactus.

A cultiver en plein soleil ou en ambiance légèrement ombragée, de préférence dans des sols acides et particulièrement drainants, qui peuvent être composés de terre riche en humus et de sable siliceux grossier, en proportions égales. En été, pendant la période végétative, la plante sera arrosée régulièrement, tout en laissant complètement s’assécher le terrain entre les arrosages ; en hiver elle doit être maintenue au sec et à des températures plutôt basses, sans toutefois être inférieures à 5 °C, cette période de repos, au frais et au sec, étant indispensable pour obtenir une bonne floraison.

L’espèce est inscrite à l’Annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Echinocactus haselbergii F. Haage (1885) ; Malacocarpus haselbergii (F. Haage) Britton & Rose (1922) ; Notocactus haselbergii (F.Haage ex Rümpler) A. Berger 1929 ; Brasilicactus haselbergii (F. Haage) Backeb. ex Schaff. (1942).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des CACTACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_N-48-4_Notocactus_haselbergii
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants