Passiflora incarnata

Famille : Passifloraceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 95.9 ko
La Passiflora incarnata est une plante grimpante pérenne de 7 cm aux vertus médicinales © G. Mazza

Cette espèce est originaire des États-Unis (Alabama, Arkansas, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Floride, Géorgie, Illinois, Indiana, Kansas, Kentucky, Louisiane, Maryland, Missis- sippi, Missouri, Ohio, Oklahoma, Tennessee, Texas, Virginie et Virginie occidentale) où elle pousse à la lisière des forêts, le long des cours d’eau et dans les milieux ouverts dérangés, souvent sur des sols sableux.

Le nom du genre résulte de la combinaison des mots latins "passio,-onis" = souffrance et "flos" = fleur, par référence à la structure de la fleur dans laquelle les premiers missionnaires espagnols entrevoyaient les instruments de la Passion du Christ ; le nom de l’espèce est l’adjectif latin "incarnatus,a,um" = de la couleur de la chair, par référence à la couleur des fleurs.

Noms communs : apricot-vine, large passion-flower, may apple, maypop, maypops, maypop passionflower, wild apricot, wild passionflower, wild passion vine (anglais), passiflore officinale (français), Passionsblume, winterharte Pas- sionsblume (allemand).

La Passiflora incarnata L. ( 1753 ) est une espèce grimpante, pérenne, herbacée, qui s’accroche à des supports par l’intermédiaire de vrilles produites à l’aisselle des feuilles. Les tiges sont cylindriques, longues jusqu’à généralement 2 à 3 m, glabres ou légèrement pubescentes.

Les feuilles sont portées sur un pétiole pouvant atteindre 8 cm et doté de 2 glandes nectarifères à l’apex ; elles sont alternes, longues et larges de 6 à 15 cm, trilobées avec des lobes d’ovales-lancéolés à oblongs-lancéolés qui ont trois nervures et des bords légèrement dentés, de couleur vert foncé en partie supérieure et gris vert en partie basse. Les stipules (les appendices à la base du pétiole qui ont pour rôle de protéger la feuille aux premiers stades de son développement) sont pointues (subulées), longues de 2 à 3 mm et caduques. Les fleurs sont hermaphrodites, solitaires et axillaires et sont portées par un pédoncule long de 5 à 10 cm ; elles ont environ 7 cm de diamètre, 5 sépales et 5 pétales oblongs de 2 à 3 cm de long et de 0,8 à 1 cm de large avec un apex formant un angle obtus, de couleur blanche ou bleu lavande et une couronne de filaments, longs de 1,5 à 2 cm, de couleur blanche ou bleu lavande avec des bandes roses ou pourpre et ondulés à l’apex. Les fleurs sont autostériles : pour la fécondation croisée il donc la présence d’une seconde plante ne provenant pas de la première par voie végétative. Il existe des formes rares dont toutes les parties de la fleur sont de couleur blanche.

Les fruits sont des baies ovoïdes ou ellipsoïdes d’une longueur pouvant atteindre environ 5 cm, de couleur verte ou jaunâtre à maturité , qui contiennent de nombreuses graines semi-obovées et longues d’environ 0,6 mm, de couleur marron foncé , qui sont plongées dans une pulpe gélatineuse (l’arille) grisâtre et comestible. On reproduit cette plante au moyen de ses graines, éventuellement incisées ou mises dans de l’eau pendant deux jours pour faciliter la germination, que l’on plante dans du terreau sableux, riche en substances organiques et maintenu humide à la température de 22 à 24 °C. Les durées de germination sont variables et généralement longs, de quelques semaines à plusieurs mois ; la floraison est précoce et peut même avoir lieu dès la première année de plantation. La reproduction s’effectue facilement par des boutures ou par l’intermédiaire de drageons racinaires qui sont produites même à une grande distance de la plante-mère au point de devenir envahissantes dans certaines situations.

C’est une espèce florifère à croissance rapide ; elle exige une exposition en plein soleil pour une floraison optimale mais elle supporte également un ombrage léger et offre une grande résistance aux basses températures, jusqu’à environ -15 °C. Elle perd alors toute sa partie aérienne mais se revégétalise au printemps à partir de ses racines charnues. Elle pousse bien également dans des sols pauvres, sableux et pierreux à condition qu’ils soient bien drainés et de préférence acides ou neutres. Elle peut supporter, une fois bien enracinée, des périodes de sécheresse. Elle s’accommode de la culture en pot dans un terreau sableux avec l’ajout de substances organiques et des arrosages réguliers pendant la période végétative, en maintenant les racines légèrement humides en hiver. Les fruits, qui sont mûrs quand ils tombent de la plante, ont une saveur légèrement acidulée ; une fois débarrassés de leurs graines, ils sont consommés frais ou utilisés pour préparer des jus, des confitures ou des gelées. Toutes les parties de la plante sont utilisées dans la médecine traditionnelle, en particulier pour le traitement des états d’anxiété et de l’insomnie.

Synonymes : Granadilla incarnata (L.) Medik. (1787) ; Passiflora incarnata var. integriloba DC. (1828) ; Passiflora kerii Spreng. (1826) ; Passiflora edulis var. kerii (Spreng.) Mast. (1871).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des PASSIFLORACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_P-154-16_Passiflora_incarnata
_P-154-17_Passiflora_incarnata
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants