Phyllanthus pulcher

Famille : Phyllanthaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

  L’espèce est originaire de Bornéo, du Cambodge, de Chine (Guangxi et Yunnan), de Java, du Laos, de Malaisie, de Birmanie, de Sumatra, de Thaïlande et du Vietnam où elle croit dans les forêts ouvertes principalement le long des berges des cours d’eau, du niveau de la mer jusqu’à environ 1800 m d’altitude.

Le nom de genre est la combinaison des noms grecs "φύλλον" (phyllon) = feuille et "ἄνθος" (anthos) = fleur, en référence aux fleurs qui, chez certaines espèces du genre naissent sur des tiges plates (cladodes) semblables à des feuilles ; le nom spécifique est l’adjectif latin "pulcher, chra, chrum" = beau, en référence évidente.

Noms communs : dragon-of-the-world, tropical leaf-flower (anglais) ; yun gui ye xia zhu (chinois) ; kelurut tanjong, naga buana, semelit patong (malais) ; kra thuep yop, toraneesarn (thaïlandais) ; chó đẻ dáng đẹp, diệp hạ châu đẹp, me dáng đẹp, me lá lệch (vietnamien).

JPEG - 204 ko
Natif du sud-est asiatique, Phyllanthus pulcher est un arbuste très décoratif avec des vertus médicinales © Giuseppe Mazza

Phyllanthus pulcher Wall. ex Müll.Arg. (1863) est un arbuste semi ligneux à feuillage persistant, haut de 0,5-1,2 m, aux tiges dressées et aux branches plagiotropes (plus ou moins parallèles au sol), longues jusqu’à 40 cm. Les branches sont pourvues de feuilles, sur un pétiole long de 1-2 mm, simples, alternes, distiques, obliquement oblongues-ovales, apiculées (l’apex arrondi de la feuille se rétrécit brusquement en une courte pointe) et à marge entière, longues de 1,5-3 cm et larges de 0,6-1,3 cm, de couleur verte au-dessus, gris-vert en-dessous ; en raison de la disposition particulière des feuilles la branche a l’aspect d’une feuille pennée. Inflorescences axillaires à fleurs unisexuelles, généralement avec une seule fleur femelle vers l’apex de la branche et plusieurs fleurs mâles vers la base. Fleurs mâles, sur un pédicelle long de 0,5-1,5 cm, à 4 sépales ovales-triangulaires, longs de 2-3 mm et larges de 1-2 mm, de couleur rouge pourpre à la base, blanchâtre vers l’apex, à marges frangées, et à 2 étamines. Fleurs femelles, sur un pédicelle long de 1,5-2,5 cm, à 6 sépales ovales-triangulaires, longs de 3-4 mm et larges de 1-1,5 mm, à marges frangées, de la même couleur que ceux des fleurs mâles, à ovaire supère subglobuleux triloculaire, glabre, et à trois styles à apex bifide. Les fruits sont des capsules subglobuleuses de couleur brune, d’environ 3 mm de diamètre, contenant généralement deux graines trigones par locule, d’environ 2,5 mm de longueur et 0,4 mm d’épaisseur.

La reproduction se fait généralement par semis dans un sol sablonneux maintenu humide à la température de 24-26 °C ; elle peut également se faire par bouturage au printemps et en été. Espèce cultivée pour les vertus médicinales qui lui sont attribuées, en particulier dans le sud-est asiatique, et comme plante ornementale, pour son feuillage et sa floraison caractéristique presque continue, dans les pays au climat tropical ou subtropical, où, dans certaines situations, elle s’est échappée des cultures se comportant alors comme une espèce invasive. Elle nécessite une exposition de préférence en plein soleil et des sols drainants riches en matière organique maintenus presque constamment humide.

Les feuilles et les racines sont utilisées depuis longtemps en médecine traditionnelle pour soulager les troubles de différente nature ; des études en laboratoire ont mis en évidence la présence dans la plante de composés ayant une forte activité cytotoxique envers différents types de cancer, résultats qui ont suscité beaucoup d’intérêt auprès des chercheurs du domaine.

Synonymes : Epistylium glaucescens Baill. (1858) ; Epistylium phyllanthoides Baill. (1858) ; Epistylium pulchrum Baill. (1858) ; Reidia glaucescens Miq. (1859) ; Phyllanthus zollingeri var. microphyllus Müll.Arg. (1863) ; Phyllanthus pallidus Müll.Arg. (1866) ; Diasperus pallidifolius Kuntze (1891) ; Diasperus pulcher (Wall. ex Müll.Arg.) Kuntze (1891) ; Phyllanthus asteranthos Croizat (1940) ; Phyllanthus lacerilobus Croizat (1944).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des PHYLLANTHACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/p-590-1_phyllanthus_pulcher
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants