Plotosus lineatus

Famille : Plotosidae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 34.8 ko
Plotosus lineatus est le seul poisson-chat des récifs. Barbillons voyants, 3 épines venimeuses et queue d’anguille © Giuseppe Mazza

Le Poisson-chat rayé ( Plotosus lineatus - Thunberg, 1787 ) appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Siluriformes et à la petite famille des Plotosidae, qui compte 10 genres et environ 40 espèces tropicales, principa- lement marines, mais également d’eau douce et saumâtre. Il a la tête ornée de barbillons, comme il sied à un poisson-chat, et la queue similaire à celle d’une anguille.

Le nom de genre Plotosus vient du grec “pleo” = faire route, naviguer, et par conséquent, dans notre cas “nager”. Le nom d’espèce lineatus vient du latin “lineo” = aligner, rayer, tracer des lignes, et par conséquent, dans notre cas, rayé.

En fait, c’est un poisson rayé qui ne reste jamais immobile.

Zoogéographie

Il a une large distribution dans les eaux tropicales de l’Indo-Pacifique.

A titre indicatif, on le trouve le long de la côte orientale d’Afrique, de l’Afrique du Sud et Madagascar jusqu’à la Mer Rouge, aux îles Comores, Seychelles, Réunion, Maurice, Maldives et Andaman. Puis, en Inde, au Sri Lanka, en Indonésie, en Australie, en Nouvelle Guinée, en Micronésie, aux Philippines et aux îles Ogasawara dans la partie méridionale du Japon. Vers l’est, il a colonisé les îles Samoa, Tonga, Cook et même la Californie. Vers le sud dans le Pacifique, il atteint la Nouvelle Calédonie et l’île Lord Howe.

Non content d’avoir envahi les eaux douces africaines du lac Malawi et de Madagascar, ce navigateur infatigable est entré, par le Canal de Suez, également en Méditerranée orientale. Il s’agit donc d’un “migrateur lessepsien”, en souvenir de Ferdinand de Lesseps, concepteur du canal. Phénomène qui concerne un numéro croissant d’espèce, favorisé également par l’augmentation des températures et par la dissolution des Lacs Amers, deux zones à haute salinité traversées par le canal, qui créaient, dans le passé, une barrière insurmontable pour beaucoup d’espèces.

Écologie-Habitat

C’est le seul poisson-chat présent dans les barrières coralliennes. Cependant, étant euryhalin, il entre souvent dans les estuaires et s’installe dans les lagunes saumâtres. Il peut vivre en eaux superficielles, de préférence sur les fonds sablonneux et dans les prairies submergées, mais on le trouve également à 50-60 m de profondeur sur le côté extérieur du récif.

JPEG - 165 ko
Les jeunes vivent en bancs de 100-150 individus. Agressés, ils forment une boule pour désorienter l’importun © Giuseppe Mazza

Morphophysiologie

Il dépasse rarement les 30 cm. Le corps est sans écailles, de section circulaire décroissante vers la queue. La tête est massive, avec une grande bouche ornée de 8 barbillons : 4 par mâchoire.

Il a deux nageoires dorsales. La première possède un rayon épineux venimeux dangereux ; la seconde, compte de 69 à 115 rayons mous qui sont reliés à l’anale, légèrement plus courte, avec 58 à 82 rayons inermes. Les pectorales, chose insolite, ont également un rayon épineux venimeux à côté de 9 à 13 rayons mous, tandis que les ventrales ont 12 rayons inermes. En tout, il y a donc trois épines venimeuses, invisibles car cachées sous la peau, mais connectées à leurs glandes à venin respectives. Les piqures sont très douloureuses, souvent fatales pour les plongeurs imprudents qui sont entrés dans un banc, et la livrée, bien caractérisée par la succession de stries blanches horizontales sur un fond brun-noirâtre, sert d’avertissement.

Éthologie-Biologie reproductive

Avec ses barbillons qui ont une fonction tactile et olfactive, le poisson-chat rayé fouille les fonds à la recherche de crustacés, de gastéropodes, de bivalves, d’annélides et de petits poissons. Il peut également se nourrir d’algues et, notamment les jeunes, de détritus. Les adultes vivent isolés ou en petits groupes ; mais les jeunes, pour se défendre, nagent en bancs d’environ 100 à 150 individus. En cas de danger, ils se disposent en forme de boule, comme un monstre marin, avec des centaines de barbillons pointant vers l’extérieur afin d’impressionner les prédateurs. Puis, l’alarme passée, la boule s’allonge et s’éloigne tel un serpent sur le fond, surmontant les obstacles comme un raz de marée.

Pour la reproduction, le mâle construit une sorte de nid et invite la compagne à pondre. Après la fécondation cette dernière s’en va et il monte la garde sur les œufs jusqu’à l’éclosion. Les larves, pélagiques, seront ensuite dispersées par les courants. Comestibles mais de piètre valeur, le poisson-chat rayé, qui peut vivre de 7 à 10 ans, est fréquent, pour ses bancs spectaculaires en mouvements tumultueux, dans les grands aquariums publics tropicaux.

La résilience est relativement bonne, avec des populations qui peuvent doubler en 1,4 à 4,4 années et l’indice de vulnérabilité de l’espèce est actuellement bas : 28 sur une échelle de 100.

Synonymes

Silurus lineatus - Thunberg, 1787 ; Silurus arab - Forsskål, 1775 ; Platystacus anguillaris - Bloch, 1794 ; Plotosus anguillaris - Bloch, 1794 ; Plotosus thunbergianus - Lacepède, 1803 ; Plotoseus ikapor - Lesson, 1831 ; Plotosus vittatus - Swainson, 1839 ; Plotosus castaneus - Valenciennes, 1840 ; Plotosus castaneoides -1851 ; Plotosus arab – Bleeker ; Plotosus flavolineatus - Whitley, 1941 ; Plotosus brevibarbus - Bessednov, 1967.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_P-296-1_Plotosus_lineatus
_P-296-3_Plotosus_lineatus
_P-296-2_Plotosus_lineatus
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants