Pseudobalistes flavimarginatus

Famille : Balistidae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 63.4 ko
Pseudobalistes flavimarginatus se reconnaît de suite à sa coloration claire dans toutes les phases de sa croissance © Giuseppe Mazza

Le Baliste à marges jaunes ou Baliste à face jaune ( Pseudobalistes flavimarginatus - Rüppell, 1829 ) appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, à l’ordre des Tetraodontiformes et à la famille des Balistidae, les fameux poissons-gâchettes.

Le nom de genre Pseudobalistes vient du grec “pseudes” = faux, apparemment similaire, et du latin “balista” = arbalète, la même étymologie que celle du genre Balistes. Il s’agit en somme d’un poisson analogue à ceux du genre Balistes.

Le nom d’espèce flavimarginatus signifie en latin “à marges jaunes”, en référence à la couleur du poisson.

Zoogéographie

Il est présent dans les eaux tropicales de l’Indo-Pacifique. On le trouve, à titre indicatif, le long de la côte africaine, de l’Afrique du Sud à la Mer Rouge, aux îles Seychelles, Maurice, de la Réunion et Maldives, en Inde, en Australie, en Indonésie, en Nouvelle-Guinée, en Micronésie, aux Philippines, à Taïwan et dans le sud du Japon. Vers l’est, il a colonisé les Samoa et l’Archipel des îles Tuamotu. Vers le sud, il atteint l’île des Tonga.

Écologie-Habitat

Il vit dans les formations coralliennes jusqu’à 50 m de profondeur, mais on le trouve souvent dans les eaux peu profondes, dans les estuaires et les lagunes boueuses.

Morphophysiologie

Il peut atteindre les 60 cm de longueur. Le corps est plat, ovoïde, protégé, comme cela est le cas chez les poissons-gâchettes par un revêtement d’écailles osseuses.

JPEG - 80.3 ko
Il atteint les 60 cm et est consommé frais ou séché bien que des cas de ciguatera soient rapportés © G. Mazza

La première nageoire dorsale est une gâchette formée de trois rayons épineux, que le poisson peut verrouiller, pour se défendre, en position dressée. Comme chez tous les poissons-gâchettes elle reste armée même après la mort, car la première épine, longue et effilée, est encastrée à la base de la seconde et un mouvement volontaire de la troisième est nécessaire pour la replier dans un logement spécial sur le dos.

Un formidable moyen pour décourager les mâchoires des prédateurs, qui pourraient se blesser en ingérant le poisson, et une façon de trouver une cachette sure. Il lui suffit en effet de choisir comme refuge une cavité à la porte étroite, dans laquelle il ne peut entrer qu’épine abaissée. Une fois à l’intérieur le poisson déploie la gâchette et il peut rester tranquille, certain de ne pas être entraîné à l’extérieur par les courants pendant son sommeil ou lorsqu’il fait la sieste.

La seconde nageoire dorsale compte de 24 à 27 rayons mous et est pratiquement spéculaire à l’anale qui en compte 22 à 25. Les pectorales ont 15 ou 16 rayons inermes, les ventrales sont réduites à une protubérance et la caudale, arrondie chez les jeunes, devient ensuite tronquée avec des lobes allongés chez les adultes.

Les joues sont dépourvues d’écailles et la bouche, petite mais robuste, montre de solides incisives pour briser les coraux et les coquillages. La livrée, dans l’ensemble, est indubitablement claire. Les jeunes ont le ventre jaune avec une ponctuation noire ou bleue et le dos blanc avec des bandes noires. Puis ils deviennent verdâtres avec des points noirs et enfin, les adultes montrent, comme l’enseigne le nom latin de l’espèce, une marge voyante jaune-orangé sur le bord des nageoires tandis que la ponctuation disparait et que les écailles croissent montrant un relief régulier.

Éthologie-Biologie reproductive

Le baliste à marges jaunes se nourrit d’invertébrés benthoniques comme les oursins, les crustacés, les mollusques, les tuniciers et les polypes mais également d’algues.

Comme cela est l’usage chez les poissons-gâchettes il creuse, au moyen de jets d’eau émis par la bouche, un nid dans le sable et après la fécondation la femelle veille sur les œufs jusqu’à leur éclosion attaquant férocement les intrus.

Lo Pseudobalistes flavimarginatus est souvent péché et mangé frais ou séché par les populations locales, mais des cas de ciguatera ont été rapportés. Cette intoxication alimentaire grave est due principalement à son alimentation herbivore, qui peut comporter des algues toxiques. Les effectifs de l’espèce doublent en 15 mois et l’indice de vulnérabilité est actuellement bas, tout juste 29 sur une échelle de 100.

Synonymes

Balistes flavimarginatus - Rüppell, 1829.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_P-294-1_Pseudobalistes_flavimarginatus
_P-294-2_Pseudobalistes_flavimarginatus
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants