Pseudophoenix vinifera

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 405.1 ko
Native de Haïti et de la République dominicaine la Pseudophoenix vinifera se reconnaît facilement à la forme en bouteille de son tronc orné d’anneaux © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire d’Haïti et de la République dominicaine où elle pousse en plein soleil sur des versants de collines calcaires, plutôt arides, jusqu’à environ 400 m d’altitude.

Le nom du genre est la combinaison du mot grec "pseudo" =faux et de Phoenix, en raison de la ressemblance supposée entre les deux genres. Le nom de l’espèce est la combinaison du mot latin "vinum" = vin et du verbe "fero" = porter, par référence à la boisson alcoolisée qui était tirée de la sève que l’on recueillait en coupant le tronc.

Noms communs : katié (Haïti), cacheo (République dominicaine), buccaneer palm, cherry palm, wine palm (anglais).

La Pseudophoenix vinifera (Mart.) Becc. (1912) est une espèce solitaire, monoïque, dont le tronc atteint jusqu’à environ 20 m de haut avec un diamètre de 25 cm et comporte en général dans sa seconde moitié un renflement pouvant atteindre plus de 40 cm avant de s’amincir presque brusquement sous la couronne . Sur le tronc, lisse et de couleur grise, on distingue, plus particulièrement dans la partie la plus jeune, les anneaux rapprochés qui sont la trace laissée par le point d’attache des feuilles qui sont tombées.

JPEG - 394.6 ko
Inflorescence pendante et détail. Elle atteint presque 2 m de long. Fleurs hermaphrodites sauf à l’extrémité des branches florifères où seules se trouvent des fleurs mâles © Giuseppe Mazza

Les feuilles sont pennées, recourbées, longues de 2 à 3 m, portées sur un pétiole long de 15 à 30 cm, de couleur gris vert, presque blanche. Les pinnules sont linéaires et lancéolées, pointues, longues dans leur partie médiane de 50 à 70 cm et larges de 2 à 3 cm, de couleur gris vert, espacées sur le rachis de façon irrégulière et disposées sur des angles légèrement différents, ce qui donne à la feuille un aspect plumeux. La base foliaire, de couleur vert bleuâtre ou grisâtre, haute de 50 à 70 cm, enveloppe le tronc seulement partiellement. Toutes les parties de la plante sont recouvertes d’une fine couche de cire blanchâtre.

Les inflorescences se forment au milieu des feuilles. D’abord ascendantes puis pendantes quand les fruits sont présents, elles sont longues d’environ 1,8 m, ramifiées et portent des fleurs hermaphrodites, sauf à l’extrémité des branches florifères où seules existent des fleurs mâles.

Les fruits sont globuleux ou bi- ou trilobés, d’environ 2 à 4 cm de diamètre, de couleur rouge écarlate à maturité et contiennent de 1 à 3 graines. On reproduit cette plante au moyen de ses graines qui germent au bout d’1 à 3 mois à la température de 24 à 28 °C. La croissance est lente, en particulier les premières années.

JPEG - 357.8 ko
Les fruits, de 2-4 cm, sont d’abord verts puis rouges à maturité. De la sève du tronc on extrayait une boisson alcoolisée, ce qui a conduit l’espèce au bord de l’extinction © Giuseppe Mazza

Cette espèce, très caractéristique par sa forme, la couleur de son tronc et ses fruits très visibles, a besoin d’une exposition en plein soleil, de sols parfaitement drainants et d’un climat tropical ou subtropical de tendance aride avec des pluies peu abondantes et réparties de façon irrégulière. Elle peut supporter pendant une très courte période de rares baisses de température allant jusqu’à -1 à -2 °C mais ne résiste pas à de longues périodes avec des températures minimales oscillant entre +3 et +8 °C, quand elles sont associées à une humidité élevée, ce qui peut se produire lors des mois d’hiver des zones tempérées. Elle produit incontestablement un grand effet aussi bien sous forme de spécimen isolé qu’en groupe ou en alignement.

Les feuilles sont utilisées localement comme couverture pour des cabanes ou des abris de fortune et les fruits comme aliment pour le bétail. L’usage de l’extraction du vin de palme qui entraînait la mort de la plante et a conduit l’espèce au bord de l’extinction a été heureusement abandonné depuis longtemps.

Synonymes : Euterpe vinifera Mart. (1831) ; Cocos vinifera (Mart.) Mart. (1853) ; Aeria vinifera (Mart.) O.F.Cook (1923) ; Pseudophoenix insignis O.F.Cook (1923).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_P-540-1_Pseudophoenix_vinifera
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants