Psidium cattleianum

Famille : Myrtaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 82.4 ko
Les fruits du Psidium cattleianum ont un goût de fraise. Potassium, vitamine C et vertus médicinales © G. Mazza

Cette espèce est originaire du Brésil et de l’Uruguay où elle pousse dans les forêts côtières.

Le nom du genre vient du grec « psidion » = grenade, à cause de la ressemblance des fruits. L’espèce est dédiée à l’horticulteur anglais William Cattley ( 1785-1835 ).

Noms communs : Cattley guava, cherry guava, chinese guava, purple guava, purple strawberry guava, red strawberry guava, strawberry guava ( anglais ), goyave de Chine, goyave-fraise, goyavier de Chine ( français ), guava fragola ( italien ), araça-da-praia, araça-de-comer, araça-de-coroa, araça-do-campo, araça-do-mato ( portugais Brésil ), cas dulce, guyaba de fresa, guayaba japonesa, guyaba peruana, guyabo pequeno ( espagnol ), Erdbeerguave ( allemand ).

Le Psidium cattleianum Afzel. ex Sabine ( 1821 ) est un arbuste ou petit arbre sempervirent, droit, haut de 2 à 8 m, à l’écorce lisse de couleur brun rougeâtre qui chez les plantes adultes se fendillle en fines écailles cartacées, et au feuillage épais. Les feuilles, portées sur un pétiole long de 0,5 à 1 cm, sont opposées, obovales, longues de 3 à 13 cm et larges de 2 à 6 cm, plutôt coriaces, de couleur vert foncé, brillantes en partie haute et claires en partie basse. Les jeunes pousses sont de couleur bronze.

Les fleurs sont hermaphrodites, généralement solitaires, parfois regroupées jusqu’à 3 , situées à l’aisselle des feuilles et ont un diamètre de 2 à 5 cm. Elles ont 4 à 5 pétales obovales et blancs, longs de 5 à 7 mm, et une multitude d’étamines blanches longues de 2 cm.

Les fruits sont des baies sphériques à obovales, larges de 2,5 à 4 cm, de couleur rouge foncé ou jaune, brillantes, à la pulpe blanchâtre, épaisse d’environ 3 mm, qui entoure une partie centrale qui est juteuse et dans laquelle sont plongées de nombreuses graines plates et dures, réniformes et de 2 à 3 mm de long. Leur goût, agréable et légèrement acidulé, rappelle celui des fraises.

On reproduit cette plante en semant ses graines dans un substrat sableux maintenu humide à la température de 20 à 22 °C – la première floraison survenant au bout de 2 à 4 ans – ou par marcottage ou par bouturage apical ou par greffage et des drageons racinaires. Dans certaines zones tropicales humides elle s’est échappée des cultures et est devenue invasive à cause de son abondante fructification et de la dispersion de ses graines par les oiseaux, les cochons sauvages et autres animaux, ce qui entraîne la formation d’une couverture végétale dense et d’un appareil racinaire touffu qui étouffe la végétation préexistante.

Cette espèce est cultivée dans les zones à climat tropical, subtropical et tempéré chaud où elle peut résister, une fois adulte, à des températures allant jusqu’à -6 °C pendant une courte période, le feuillage toutefois subissant alors des dommages. La variété à fruit jaune est considérée par beaucoup comme légèrement plus délicate.

Elle a besoin pour pousser dans les meilleures conditions d’une exposition en plein soleil mais supporte un ombrage léger. Elle n’est pas particulièrement exigeante en ce qui concerne le sol et peut pousser aussi bien dans ceux qui sont légers et drainants, même s’ils sont pauvres, que dans ceux qui sont lourds et marécageux avec présence d’eau stagnante mais elle est aussi capable de supporter des périodes de sécheresse. Elle résiste d’autre part au vent et , moyennement, aux embruns. Du fait de ses caractéristiques ornementales elle est souvent utilisée sous forme d’exemplaire isolé ou pour créer des barrières de limite ou bien aussi comme coupe-vent. Elle s’accommode de la culture en pot et sert alors à la décoration des terrasses et des patios en parvenant même à faire des fruits.

Les fruits, riches en fibres, en potassium et en vitamine C, se gâtent rapidement et sont donc consommés essentiellement sur place ou employés pour préparer des confitures, des crèmes glacées et des boissons.

Diverses parties de cette plante sont utilisées dans la médecine traditionnelle. Des études en laboratoire ont fait apparaître que les extraits des feuilles et des fruits ont des propriétés thérapeutiques prometteuses.

Synonymes : Eugenia ferruginea Sieber ex C.Presl (1828) ; Psidium ferrugineum C.Presl (1828) ; Psidium obovatum Mart. ex DC. (1828) ; Psidium indicum Bojer (1837) ; Guajava cattleiana (Afzel. ex Sabine) Kuntze (1891) ; Psidium littorale Raddi (1823) ; Psidium variabile O.Berg (1857) ; Guajava obovata (Mart. ex DC.) Kuntze (1891) ; Eugenia urceolata Cordem. (1895) ; Eugenia oxygona Koidz. (1918).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MYRTACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_P-17-1_Psidium_cattleyanum
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants