Rebutia heliosa

Famille : Cactaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 75.5 ko
Rebutia heliosa : petite taille et une profusion de fleurs au printemps-été © Giuseppe Mazza

Rebutia heliosa Rausch (1970) est originaire de Bolivie, où elle croit dans les zones semi-arides, à 2400-2500 m d’altitude, entre Tarija et Narvaez, sur des roches essentiellement sédimentaires et sous un climat caractérisé par des hivers secs, aux températures minimales moyennes inférieures à 10 °C, et des étés relativement pluvieux.

Le genre est dédié au producteur français de cactus Pierre Rebut (1830-1898) ; le nom de l’espèce provient du grec ’helios’ = soleil, en référence à la disposition des épines.

Plante succulente de croissance lente, d’abord solitaire, de forme globuleuse, à l’apex légèrement déprimé, de 3 cm de haut et 3,5 cm de diamètre, qui, avec le temps, a tendance à s’étoffer, en particulier en culture, et à devenir presque cylindrique chez les sujets les plus âgés.

Elle présente des tubercules de 1 mm de hauteur, disposés le long de 35 à 40 spirales, aux aréoles ovales pourvues d’un duvet brun et de 24 à 26 épines radiales blanches, de 1 mm de long, disposées en peigne, cachant presque l’épiderme vert-gris ; il n’y a pas d’épines centrales évidentes. Les fleurs, diurnes et de longue durée (environ dix jours), produites à profusion au printemps et en été, sont infundibuliformes, mesurant 5 cm de long et 4 cm de diamètre, de couleur orange ou rouge-orange. Elles grandissent à la base de la plante. Les fruits sont globuleux, de couleur rouge pourpre, et contiennent des graines de 1 mm de long.

La reproduction est facile, par division ou par semis dans un substrat sableux à une température de 22 à 24 °C ; les plants ne doivent être transplantés qu’après qu’ils aient formé un bon système racinaire, c’est-à-dire lorsque la plante a atteint approximativement un diamètre de 2 cm. Les jeunes plants fleurissent au bout de la 2e ou 3e année.

La plante est l’une des plus cultivées et appréciées par les collectionneurs pour sa petite taille, la particularité de ses épines et son abondante floraison spectaculaire. Elle doit être exposée en plein soleil ou au moins dans une ambiance aussi lumineuse que possible.

Étant très sensible à la pourriture des racines due à un excès d’humidité, elle doit être cultivée dans des sols particulièrement poreux et drainants, qui peuvent être composés de terre commune de jardin, enrichie en fumier, de sable grossier et de gravier concassé lavé, en proportions égales. La culture en pleine terre sera limitée aux situations dans lesquelles il est possible de recréer les conditions environnementales particulières d’origine. Mais elle sera généralement cultivée en pot selon les conditions indiquées ci-dessus.

En été, pendant la période végétative, l’arrosage doit être régulier, tout en laissant le sol s’assécher complètement avant d’arroser à nouveau ; l’arrosage doit être suspendu en hiver, et, bien que, dans un environnement aride, la plante puisse supporter, pendant de courtes périodes, des températures descendant jusqu’à -10 °C, pour éviter la pourriture facile elle doit être conservée au sec à des températures voisines de 3 à 5 °C, cette période de repos au frais et au sec étant essentielle pour la floraison. L’utilisation de pots en terre profonds est conseillée afin de permettre aux racines pivotantes de se développer librement.

En raison de la délicatesse de son système radiculaire, la plante est souvent greffée sur Hylocereus undatus ou Stenocereus pruinosus.

L’espèce est inscrite à l’Annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Rebutia narvaecensis (Cárdenas) Donald (1973) ; Rebutia perplexa Donald (1979).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des CACTACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_R-45-8_Rebutia_heliosa
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants