Rhapis excelsa

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 83.1 ko
Excellent palmier d’appartement © Giuseppe Mazza

Rhapis excelsa (Thunb.) A. Henry ex Rehder (1930) est originaire des forêts du sud de la Chine et du Vietnam septentrional.

Le nom de genre dérive du grec ‘rhapis’ = aiguille, bâtonnet, en référence probable aux tiges minces ; le terme spécifique dérive du latin ‘excelsa’ = haut.

Les noms sous lesquels il est communément connu sont : “bamboo palm”, “fern rhapis”, “ground rattan”, “miniature fan palm”, “slender lady palm” (anglais) ; “palmier éventail”, “rhapis en éventail”, “rhapis à feuilles larges” (français) ; “Rhapispalme”, “Steckenpalme” (allemand) ; “palmera bambú” (espagnol) ; “jupati”, “palmeira-rapis” (portugais).

Il forme des buissons denses aux tiges minces mesurant jusqu’à 2 m et plus (les variétés en culture ne dépassent généralement pas 1,5 m), de 3 cm de diamètre environ, recouvertes d’un réseau dense de fibres brun foncé. Feuilles palmées larges d’environ 35 cm, profondément incisées ; les segments, généralement de 5 à 9, sont larges de 4 à 7 cm et ont l’extrémité tronquée et dentelée.

Espèce dioïque (chaque individu porte soit uniquement des fleurs mâles, soit uniquement des fleurs femelles) produisant entre les feuilles de courtes inflorescences très ramifiées ; les fruits sont ovoïdes, blancs à maturité, d’environ 7 mm de diamètre. Les graines germent en 4 à 5 semaines, mais la plante est généralement reproduite par division.

Par ses dimensions réduites et la facilité avec laquelle elle se développe en pot, même dans un environnement ombragé, elle a rencontré un succès considérable dans la décoration intérieure, en particulier en Europe du Nord, depuis la fin du 18° siècle. Il existe de nombreuses variétés, sélectionnées en majeure partie au Japon, où elles sont extrêmement populaires.

Comme plante de jardin elle n’a pas d’exigences particulières concernant le sol et à l’âge adulte, elle tolère même de courtes périodes de sécheresse et peut supporter le plein soleil, bien que poussant mieux en exposition semi ombragée. En ce qui concerne le comportement aux basses températures, les feuilles commencent à être endommagées autour de -4 °C, alors que toute la partie aérienne meurt autour de -6 à -7 °C, mais la plante repart souvent du pied.

Synonymes : Chamaerops excelsa Thunb (1784) ; Rhapis flabelliformis L’Hér. ex Aiton (1789) ; Trachycarpus excelsus (Thunb.) H.Wendl. (1861) ; Rhapis aspera (1839) ; Rhapis cordata Baxter (1839) ; Rhapis major Blume (1839) ; Chamaerops kwanwortsik Siebold ex H.Wendl. (1854) ; Rhapis kwamwonzick Siebold ex Linden (1887) ; Rhapis divaricata Gagnep. (1937).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_R-152-1_Rhapis_excelsa
_R-152-2_Rhapis_excelsa
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants