Rhopaloblaste singaporensis

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

L’espèce est originaire de Malaisie péninsulaire et de Singapour où elle croit dans les sous-bois des forêts humides à basse altitude.

Le nom de genre est la combinaison des substantifs grecs “ρόπαλον” (rhopalon) = massue et “βλαστός” (blastos) = embryon, en référence à sa forme ; le nom spécifique est l’adjectif latin “singaporensis” = de Singapour, en référence évidente.

Noms communs : kerinting palm, malaysian walking stick palm, singapore walking-stick palm (anglais) ; keriting, rinting (Malaisie).

Rhopaloblaste singaporensis (Becc.) Hook.f. (1883) est une espèce monoïque inerme cespiteuse à peu de tiges dressées, atteignant 3-5 m de hauteur et 2-4 cm de diamètre, de couleur gris brun sur lesquelles sont visibles les traces annulaires d’attache des feuilles tombées.

JPEG - 320 ko
Originaire des forêts humides de Malaisie péninsulaire et de Singapour, Rhopaloblaste singaporensis est une espèce cespiteuse de 3-5 m de hauteur. De grand effet, même en pot, sous les tropiques © G. Mazza

Les feuilles, sur un pétiole long de 50-60 cm couvert de minuscules écailles brunes, sont pennées, longues de 1-1,8 m, à la base foliaire, de couleur vert pâle et densément recouverte de minuscules écailles brunes, enveloppant complètement la tige sur une hauteur de 25-40 cm ; les bases foliaires persistent pendant longtemps une fois sèches, même après la chute de la feuille, se chevauchant les unes sur les autres et couvrant une longue portion de la partie terminale de la tige. Les folioles, disposés régulièrement le long du rachis au nombre de 40-50 par côté, sont linéaires-lancéolés amincis et bifides à l’apex, longs dans la partie centrale de 30-45 cm et larges de 1-1,5 cm, de couleur vert intense brillant au-dessus, plus claire en-dessous, avec de minuscules écailles de couleur brun noirâtre le long de la nervure centrale au-dessus et des "ramenta" (petites écailles allongées aux marges irrégulièrement dentées) grisâtres en-dessous. Les inflorescences sur un court pédoncule et enfermées dans la phase initiale de la croissance dans une bractée décidue recouverte d’un tomentum brun, sont ramifiées, longues de 20-40 cm, à fleurs de couleur verdâtre unisexuelles disposées en groupes de trois (une fleur femelle entre deux fleurs mâles), sauf dans la partie terminale du rachillet où ne sont présentes que des fleurs mâles par paires ou solitaires. Fruits ellipsoïdes, de 1-1,5 cm de longueur et 0,8 cm de diamètre, de couleur allant de l’orange au rouge à maturité, contenant une seule graine ellipsoïde d’environ 0,6 cm de longueur et 0,4 cm de diamètre.

La reproduction se fait à partir des graines, préalablement débarrassées de la pulpe et immergées dans de l’eau tiède pendant 2 jours, dans un substrat aéré et drainant maintenu humide à une température de 26-28 °C, avec des temps de germination de 3-4 mois.

Espèce au feuillage élégant, particulièrement adaptée aux petits jardins en raison de sa taille réduite, cultivable exclusivement dans les zones au climat tropical et subtropical humide à une exposition abritée du vent et partiellement ombragée pendant la phase juvénile, également en plein soleil à l’âge adulte. Elle exige des sols particulièrement drainants et une humidité élevée, tant dans l’environnement que dans le sol. De grand effet lorsqu’elle est cultivée en pot pour la décoration des intérieurs lumineux, avec des températures minimales hivernales non inférieures à 18 °C, en utilisant un substrat organique additionné de 30 % de sable siliceux ou de perlite. Les arrosages devront être réguliers au cours de la période de croissance, afin de maintenir le sol constamment humide, mais sans stagnation qui pourrait causer la pourriture des racines, espacés en hiver, mais sans jamais laisser sécher complètement. En présence d’air trop sec on peut recourir à des nébulisations avec de l’eau à température ambiante, non calcaire, afin d’éviter les taches disgracieuses sur les feuilles, ou mettre le pot sur une grande soucoupe remplie d’argile expansée ou de pierre concassée avec une couche d’eau qui ne sera pas en contact direct avec le fond du pot, de manière à créer un microenvironnement humide autour de la plante. Avec les tiges nettoyées et peintes on fait des bâtons de marche, d’où le nom commun le plus largement utilisé.

Synonymes : Ptychosperma singaporensis Becc. (1877) ; Drymophloeus singaporensis (Becc.) Hook.f. (1884) ; Ptychoraphis singaporensis (Becc.) Becc. (1885) ; Ptychoraphis longiflora Ridl. (1904).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/r-183-1_rhopaloblaster_singaporensis
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants