Rhynchostylis coelestis

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 71.9 ko
Originaire du Cambodge, Thaïlande et Vietnam, Rhynchostylis coelestis est une épiphyte de 25-30 cm aux solides racines aériennes et aux feuilles luxuriantes alternes imbriquées de 10-20 cm © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Cambodge, de Thaïlande et du Vietnam où elle croit dans les forêts ouvertes semi décidues ou décidues à basse et moyenne altitude, dans des zones caractérisées par un climat de mousson avec une longue saison sèche.

Le nom de genre est la combinaison des termes grecs ”ρύγχος” (rhynchos) = bec et “στῦλος” (stylos) = colonne en référence à la forme de la colonne de l’espèce type ; le nom d’espèce est l’adjectif latin "coelestis, e" = bleu ciel, en référence à la couleur des fleurs.

Noms communs : khao kae (thailandais) ; lan ngọc điểm hải âu (vietnamien).

Rhynchostylis coelestis (Rchb.f.) A.H.Kent (1891) est une orchidée épiphyte monopodiale haute de 25 à 30 cm à la tige dressée cachée par les bases foliaires, d’environ 1 cm de diamètre, avec de longues et robustes racines aériennes et des feuilles distiques alternes, imbriquées, oblongues-linéaires à l’apex irrégulièrement bilobé, recourbées, longues de 10 à 20 cm et larges de 1,5 à 2,5 cm, épaisses et coriaces, de couleur verte intense avec des stries longitudinales vert clair.

Inflorescences latérales racémeuses, dressées, compactes, mesurant jusqu’à environ 30 cm, portant jusqu’à plus de 50 fleurs de 1,5 à 2 cm de diamètre, cireuses, de couleur blanche avec des nuances bleu violet à l’apex des sépales et des pétales et une tache de la même couleur sur le labelle ; existe aussi avec des fleurs entièrement blanches.

Sépales et pétales semblables, obovales, d’environ 0,7 cm de long, les sépales latéraux sont fusionnés ensembles à la base de la colonne pour former un court éperon (mentum) recourbé, l’apex du labelle se courbe brusquement vers le haut. Les fleurs, de longue durée, 2 à 3 semaines, exhalent un agréable et délicat parfum.

La reproduction se fait par semis, in vitro, par micro propagation et par l’intermédiaire des ramifications latérales éventuellement produites.

Espèce très décorative qui a donné naissance à de nombreux hybrides, demandant une luminosité élevée, voire la lumière solaire filtrée en particulier pendant les mois d’hiver, températures moyennes à hautes en été, avec des valeurs diurnes de 24 à 35 °C et nocturnes de préférence comprises entre 18 et 22 °C, légèrement plus fraîches en hiver avec des minima nocturnes supérieurs à 14 °C, une humidité élevée, de 80-85%, en été et au début de l’automne, plus basse, de 60-70%, en hiver et au début du printemps ; la ventilation doit être constante en toutes saisons.

Pendant la croissance arroser et nébuliser aussi quotidiennement, en particulier les plantes cultivées à racines nues, le matin de manière qu’elles soient sèches le soir et qu’il ne reste pas d’eau stagnante à l’aisselle des feuilles, cause de pourriture facile, espacer les arrosages lorsque les racines cessent de croitre. Arrosages et nébulisations doivent être effectués avec de l’eau de pluie, de l’eau déminéralisée ou osmosée et apports d’engrais, toutes les 2-3 semaines pendant la période de croissance, avec des produits équilibrés, contenant des microéléments, à la moitié de la dose indiquée sur l’emballage.

JPEG - 91.4 ko
Les inflorescences atteignent 30 cm avec plus de 50 fleurs de 1,5-2 cm de diamètre. Elles sont cireuses, parfumées et durent 3 semaines. Nombreux hybrides © G. Mazza

Elle peut être montée sur écorce ou radeau de liège, mais elle est habituellement cultivée en panier sans aucun substrat, de façon à laisser les racines libres de croitre et leur permettre de s’assécher rapidement après les arrosages, ou au plus, avec un mélange constitué de tessons de poterie, d’écorce de gros calibre ou de fibre de coco et de charbon de bois.

Les racines n’aimant pas être perturbées, les rempotages ne seront effectués que lorsque cela est strictement nécessaire ; dans le cas des plantes à racines nues on peut tout simplement les transférer dans des paniers plus grands.

L’espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES (espèce dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes

Saccolabium coeleste Rchb.f. (1885) ; Vanda pseudocaerulescens Guillaumin (1930).

   

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/r-163-3_rhynchostylis_coelestis
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants