Rudbeckia fulgida

Famille : Compositae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 89.2 ko
La Rudbeckia fulgida vient des U.S.A. Longtemps fleurie elle supporte le froid © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire des États-Unis ( Alabama, Arkansas, Connecticut, Floride, Géorgie, Illinois, Indiana, Kentucky, Maryland, Massachusetts, Michigan, Mississippi, Missouri, New Jersey, New York, Caroline du Nord, Ohio, Oklahoma, Pennsylvanie, Caroline du Sud, Tennessee, Texas, Virginie Occidentale, Virginie et Wisconsin ) où elle pousse dans les forêts clairsemées, les prés et le long des rives des fleuves.

Le genre a été dédié par Linné au botaniste suédois Olof Johannes Rudbeck ( 1630-1702 ), fondateur du Jardin Botanique d’ Uppsala, et à son fils, Olof Olai Rudbeck ( 1660-1740 ) lui aussi botaniste. ; le nom latin de l’espèce "fulgida" = brillante, resplendissante, fait référence à la couleur jaune brillante de ses fleurs.

Noms communs : black-eyed Susan, dwarf sunflower, eastern coneflower, orange coneflower, perennial coneflower ( anglais ), margherita gialla ( italien ), Sonnenhut ( allemand ).

La Rudbeckia fulgida Aiton ( 1789 ) est une plante herbacée pérenne, stolonifère, très variable, haute de 0,4 à 1,2 m, avec des tiges ramifiées glabres ou hispides et des feuilles de couleur vert foncé glabres ou pubescentes et plus ou moins rugueuses au toucher. Les feuilles basales, portées sur un long pétiole, sont ovées ou elliptiques, longues de 5 à 30 cm et larges de 1 à 8 cm avec un apex pointu et un bord entier ou denté ; les feuilles intermédiaires sont portées sur un court pétiole et ont les mêmes caractéristiques mais diminuent graduellement en longueur ; les feuilles supérieures enfin sont lancéolées ou oblancéolées et sessiles.

Les inflorescences, qui ont jusqu’à 7 cm de diamètre, sont simples ou en corymbes et portées sur un long pédoncule, sont les capitules typiques des Compositae constitués d’une multitude de fleurs sessiles insérées en spirale sur une base semi-sphérique ou ovoïde, le réceptacle, entourée d’un involucre formé de bractées vertes oblongues-lancéolées, allongées ou légèrement recourbées, longues de 1,5 à 2 cm et larges de 0,5 cm. Les fleurs de l’anneau extérieur, dites fleurs du rayon, au nombre de 10 à 15, ont une corolle elliptique ou oblancéolée, longue de de 1,5 à 2,5 cm et large de 0,4 à 0,7 cm et constituée de cinq pétales soudés ensemble, de couleur brillante jaune-orange. Les fleurs du rayon sont stériles et ont pour fonction d’attirer l’attention des pollinisateurs comme les pétales d’une fleur simple. À l’intérieur de l’anneau se trouvent plusieurs centaines de fleurs fertiles, dites fleurs du disque, longues d’environ 3 mm, avec une corolle tubulaire à cinq lobes de couleur brun pourpre.

Les fruits, qui contiennent une seule graine et sont appelés akènes ( ou plus correctement cypsèles ) chez les Compositae sont noirâtres, longs de 0,2 à 0,4 cm , à section quadrangulaire et surmontés du pappus, le calice modifié de la fleur, qui est constitué d’une couronne à peine marquée. On reproduit facilement cette plante par ses graines qui peuvent être mises directement en terre ou par division au printemps ou à la fin de l’automne. Elle s’autodissémine et peut devenir envahissante dans certains cas.

En raison de son abondante floraison estivale et automnale, de sa couleur brillante jaune orange qui contraste avec le pourpre foncé de son centre et de sa résistance tant aux hautes qu’aux basses températures, jusqu’ à -30 °C, c’est une des plantes herbacées les plus cultivées, en particulier les innombrables variétés qui ont été sélectionnées avec le temps, même si la plus appréciée reste la "Goldsturm", sélectionnée en Allemagne en 1937 avec des capitules pouvant atteindre 10 cm de diamètre et qui est considérée comme une des plantes les plus florifères dans l’absolu. L’espèce est aussi le symbole floral de l’État du Maryland.

Elle n’est pas particulièrement exigeante en matière de sol, à condition qu’il soit humide mais drainant, sans stagnation hydrique ; bien entendu sur des terrains fertiles et riches en humus la croissance sera plus importante et la floraison, plus riche, s’étendra plus rapidement. La meilleure exposition est le plein soleil ; elle supporte aussi un léger ombrage mais dans ce cas la floraison sera moins abondante, avec au moins une exposition au soleil la moitié de la journée.

Elle offre une bonne résistance aux maladies mais dans les milieux particulièrement humides elle est sujette aux attaques de champignons qui abîment son feuillage. À la fin de la floraison, en fin d’automne, quand la partie aérienne commence à se dessécher et son aspect, par conséquent, à être peu attrayant on doit la tailler fortement. Enfin c’est une excellente plante pour la culture en pot en observant les mêmes modalités que celles indiquées ci-dessus et comme fleur coupée.

Synonymes : Rudbeckia truncata Small (1898) ; Rudbeckia acuminata C.L. Boynton & Beadle (1903) ; Rudbeckia foliosa C.L. Boynton & Beadle (1903) ; Rudbeckia tenax C.L. Boynton & Beadle (1903).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des COMPOSITAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_R-50-2_Rudbeckia_fulgida
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants