Russula aurea

GIF - 5.4 ko

 

Texte © Pierluigi Angeli

 

 

Traduction en français par Jean-Marie Epitalon

 

 

JPEG - 141.1 ko
Russula aurea a une distribution très large. Excellent comestible, elle se reconnait facilement © Giuseppe Mazza

Famille : Russulaceae Lotsy, 1907

Genre : Russula Persoon : Fries, 1821

Sous-genre : Russula emend. Sarnari

Section : Polychromae R. Maire, 1910 emend. Sarnari

Sous-section : Aurantinae Bon, 1986

Russula aurea Persoon, 1796

La signification de l’épithète « aurea » dérive du latin “áureus” = doré, à cause de la couleur de son chapeau.

Espèce très recherchée, au moins en Italie, dont les divers noms communs sont nombreux. Citons en quelques-uns : en Italien : “colombina dorata”, “bietta”, “capra dorata”, et curieusement dans le Latium, “Russula romanista” ; en Français : “Russule dorée” ; en Espagnol : Castellano “rúsula de láminas doradas”, “rúsula dorada”, Catálano “puagra retgera”, “crualgra retgera”, en Basque : “gibel kuleto” ; en Anglais : “gilded brittlegill” ; en Allemand : “Gold-Täubling”.

Pour la description du genre, se reporter à la page de Russula vesca.

Description des Sous-genre, Section et Sous-section

On trouve dans le sous-genre Russula des espèces très variables par leur structure, consistance, amertume et couleur du chapeau, qui va du rouge, rouge orangé, au violet, parfois même en partie ou totalement vert, jaune ou brun. Les spores ont une plage supra-apiculaire amyloïde ; dans la cuticule et la peau du pied sont présents des dermatocystides, unicellulaires ou segmentés. Dans la section Polychromae on trouve des champignons aux couleurs très variées, ou très rarement tout rouges, de taille moyenne à grande, de consistance ± dure ; de saveur douce, ou rarement un peu âcre dans les lamelles. Dermatocystides incrustés ou sans incrustation, toujours présents, dans la cuticule à l’exception de la Sous-section Aurantinae. La Sous-section Aurantinae comprend des champignons à chair douce, avec une cuticule privée de dermatocystides mais seulement formée de fibres, les dermatocystides présents seulement dans la peau du pied. Cette Sous-section, de par ses caractéristiques, ne compte qu’une espèce R. aurea.

Description de l’espèce

Chapeau  : 5-10 cm, de convexe à plat, déprimé à maturité, charnu ; la cuticule est séparable jusqu’à la moitié du rayon, lisse, opaque par temps sec, transparente et presque visqueuse par temps humide ; sa couleur est rouge orangé, jaune orangé, rouge-brun avec des tâches jaunes, ou complètement jaune, parfois le centre est plus sombre, quasi brun ; la marge est lisse, souple, légèrement striée à maturité complète.

JPEG - 30.9 ko
Cystides, basides et spores de Russula aurea © Pierluigi Angeli

Hyménium  : Lamelles adnées, serrées, fragiles, avec des lamellules, fourchues surtout près du pied, la couleur est blanchâtre ou crème avec l’arête jaune citron ; sporée blanche.

Pied  : 4-8 × 1,5-3 cm, cylindrique, élargi ou évasé au contact du chapeau, rétréci à la base, plein puis moelleux, rugueux ou aussi lisse chez quelques individus, blanc avec des nuances jaune citron.

Chair  : Initialement ferme puis molle à maturité, fragile, blanche, odeur nulle, saveur douce.

Habitat  : pousse soit sous les feuillus (chêne, hêtre et châtaigner), soit sous les conifères (sapin ou épicéa), en zone humide, du début d’été à l’automne, isolé ou en groupe. Il est présent dans la majeure partie de l’Europe, mais aussi en Amérique du Nord et en Asie.

Comestibilité  : Excellent comestible.

Réactions chimiques  : Sulfate de fer : sur la chair, produit une légère teinte jaune orange ; Teinture de gaïacol : sur la chair, une réaction rapide et intense ; Phénol : sur la chair, produit une réaction brun-chocolat rosâtre.

Microscopie  : Spores arrondies, crêtées ou presque réticulées, peu amyloïdes, 8-10 × 6-8 µm. Basides en forme de massue, à quatre spores, sans anses d’anastomose, 40-52 × 13,5-16 µm. Cystides fusiformes, au sommet pointu ou arrondi, 65-76 × 11-13 µm. Cuticule formé de poils sans dermatocystides et hyphes primordiaux incrustés.

Remarques  : c’est sans doute la Russula la plus facilement reconnaissable, à cause de sa couleur rouge orangée ou jaune orangée (on peut aussi en trouver de complètement jaunes), le fil de ses lamelles jaunes, des teintes jaunes sur son pied et la fragilité de sa chair chez le champignon mature. Cependant, quand elle se présente privée de ses couleurs et nuances typiques, par exemple rouge ou pourpre avec des lamelles ocres, elle se confond facilement avec Russula laeta, qui a justement un chapeau de couleur rouge, orange ou pourpre, une odeur fruitée et des lamelles à la saveur un peu astringente, la sporée plus sombre et la cuticule avec des dermatocystides ; Russula rubroalba, qui a un chapeau rouge cerise, les lamelles de couleur jaune d’œuf, une réaction lente à la teinture de gaïacol et des dermatocystides ; Russula pseudointegra, qui a un chapeau rouge vermillon, mais qui peut aussi virer au crème-ivoire, des lamelles jaunes, une odeur de pélargonium et une réaction nulle à la teinture de gaïacol.

Synonymes : Agaricus auratus Withering, 1801 ; Agaricus aureus (Persoon) Persoon 1801 ; Russula aurata Fries 1838.

 

→ Pour des informations générales sur les champignons voir ici.

→ Pour apprécier la biodiversité des CHAMPIGNONS et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_R-128-5_Russula_aurea
_R-128-6_Russula_aurea
_R-128-7_Russula_aurea
_R-128-8_Russula_aurea
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants