Scaphium macropodum

Famille : Malvaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

Cette espèce est originaire du Brunei, du Cambodge, de l’Indonésie ( Kalimantan et Sumatra ), du Laos, de la péninsule malaise, de Singapour, de la Thaïlande et du Vietnam où elle pousse dans les forêts pluviales jusqu’à environ 1.000 m d’altitude, de préférence sur des sols rocheux.

Le nom du genre est le substantif grec “σκάφος” (scaphos) = coque, par allusion à la forme du fruit. Le nom de l’espèce est la combinaison de l’adjectif grec “μακρός” (macrόs) = large, grand et du substantif “πούς, ποδός” (pus, podόs) = pied.

JPEG - 252.6 ko
Dans le Sud-Est asiatique le Scaphium macropodum atteint 45 m de haut et a de grandes racines tabulaires qui lui ont valu le nom d’espèce de « grand pied » © G. Mazza

Noms communs : malva nut ( anglais ), samrung, thilaung ( birman ), ta hai tzeh ( chinois ), kembang, semangkok, kepayang ( indonésien ), makjong ( thaïlandais ), an nam tu, dai hai tu ( vietnamien ).

Le Scaphium macropodum ( Miq. ) Beumée ex K. Heyne ( 1927 ) est un arbre imposant, sempervirent ou caduc pendant une courte période, droit, qui dans la nature et chez les exemplaires âgés peut atteindre 45 m de haut, au tronc de 1 à 1,5 m de diamètre et à l’écorce fissurée de couleur gris marron. Il est doté à sa base de racines tabulaires ( des racines aplaties comparables à des piliers qui aident à soutenir les grands arbres ) pouvant atteindre 2 m de hauteur.

Les feuilles, disposées en spirale sur un pétiole long de 5 à 40 cm, sont de forme variable, palmées, avec 3 à 5 lobes chez les plantes jeunes, simples chez les plantes adultes, de forme ovale-oblongue avec un apex pointu et un bord entier. Elles sont longues de 15 à 26 cm et larges de 7 à 12 cm, coriaces, et elles ont des nervures saillantes en partie basse.

JPEG - 137.1 ko
Feuilles disposées en spirale. La floraison est sporadique et le fruit contient une seule graine longue d’environ 3 cm. Les graines donnent un mucilage gélatineux comestible utilisé aussi, comme les feuilles, pour diverses pathologies © Giuseppe Mazza

La floraison survient irrégulièrement tous les 3 à 4 ans. Les inflorescences sont unisexuées en panicules sur la même plante, terminales ou axillaires, longues de 3 à 20 cm, compactes, pubescentes et portent de minuscules fleurs d’environ 5 mm de diamètre, avec un calice campanulé à 5 lobes recourbés d’une couleur blanc verdâtre. Le fruit est un follicule long jusqu’à environ 20 cm et large de 5 cm, au début de couleur jaune verdâtre puis marron à maturité, foliacé, déhiscent, en forme de coque de bateau, ce qui facilite sa dispersion par le vent. Il contient une seule graine, ellipsoïde, situé à son extrémité, de 3 cm de long et de 1,5 à 2 cm de diamètre, rugueux et de couleur marron.

On reproduit facilement cette plante en semant ses graines dans un terreau organique drainant maintenu humide à la température de 26 à 28 °C – la première floraison survient à partir de la septième année – et également par marcottage. Pendant la phase initiale de croissance la plante a besoin d’un taux d’ombrage aux alentours de 50 % car elle est particulièrement sensible à une trop forte exposition au soleil.

C’est une espèce connue en Indochine pour le mucilage gélatineux comestible que les graines, desséchées au soleil, produisent après avoir été plongées dans de l’eau pendant quelques heures et qui est utilisé comme ingrédient pour de nombreux plats ou pour préparer des boissons rafraîchissantes auxquelles on ajoute éventuellement du sucre. Ce mucilage, ainsi que les feuilles, est également employé dans la médecine traditionnelle pour diverses pathologies. Il fait de plus l’objet d’une demande relativement importante de la part de la Chine à laquelle est expédiée une partie des graines récoltées dans les forêts, ce qui constitue une petite source de revenus pour les populations locales.

Le bois, de bonne qualité et relativement facile à travailler, est utilisé pour la fabrication de meubles, de parties intérieures des habitations, de caisses et dans la fabrication du contreplaqué.

Synonymes : Carpophyllum macropodum Miq. (1861) ; Sterculia macropoda (Miq.) Hook. ex Kloppenb. (1907) ; Firmiana borneensis Merr. (1929) ; Scaphium borneense (Merr.) Kosterm. (1969).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MALVACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/s-299-1_scaphium_macropodum
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants