Schizostachyum brachycladum

Famille : Poaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 205.9 ko
Le Schizostachyum brachycladum attein 13 m de haut © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de Bornéo, de Java, du Laos, de la Malaisie péninsulaire, de Singapour, de la Thaïlande et du Vietnam où elle pousse dans les forêts jusqu’à environ 600 m d’altitude.

Le nom du genre est issu de la combinaison du verbe grec « schizo » = fendre, diviser et du substantif "stachys" = épi, par allusion à l’espacement entre les épillets. Le nom de l’espèce résulte de la combinaison de l’adjectif grec "brachys" = court et du substantif "clados" = rameau, l’explication étant évidente.

Noms communs : Bali kuning bamboo, sacred Bali bamboo ( anglais ), buho, kauayang buho ( Philippines ), awi buluh, buluh lemang, buluh nehe, buluh sero, buluh tolang (Indonésie ), buloh nipis, buloh lemang, buloh silau, buloh telang ( Malaisie), kriap, phai kriap, phai pho, phai po, phai por ( Thaïlande ), lô ô ( Vietnam ).

Le Schizostachyum brachycladum ( Kurz ) Kurz ( 1870 ) est une espèce rhizomateuse sempervirente dont les tiges ( les chaumes ou cannes) sont cylindriques, rapprochées, droites, recourbées seulement au sommet, de 6 à 13 m de haut et de 5 à 10 cm de diamètre, de couleur verte ou vert bleuâtre avec occasionnellement de minces rainures longitudinales plus foncées et d’un blanc cireux sous les nœuds. Les chaumes sont creux entre les nœuds et ont des parois épaisses de 2,5 à 6,5 mm. Les entrenœuds sont longs de 30 à 60 cm et sont recouverts d’une gaine qui persiste longtemps, dont la longueur peut atteindre environ 25 cm et qui est de couleur marron avec au début des poils hispides d’un brun rougeâtre. Le limbe est droit, triangulaire avec un apex pointu, long et large de 5 à 9 cm, fortement convexe et pubescent. Les ramifications se forment à la hauteur des nœuds, à partir de la moitié du chaume, et comportent 25 à 30 tiges minces par nœud. Les feuilles sont alternes et lancéolées avec un apex pointu. Elles ont de 15 à 35 cm de long de 3 à 6 cm de large et sont au début couvertes de duvet, puis glabres avec des bords rugueux. Les inflorescences sont longues de 20 à 35 cm avec des épillets regroupés à la hauteur des nœuds et longs de 1,5 à 2,5 cm qui ont 1 à 2 fleurs chacun, des anthères de couleur pourpre longues de 0,6 cm et un stigmate blanc. La plante fleurit fréquemment presque année après année. La floraison n’entraîne pas la mort de la canne. Le fruit est un caryoside ( un fruit sec indéhiscent typique des Poaceae ) qui est produit rarement.

On reproduit cette plante au moyen de ses graines mais plus fréquemment par une division des touffes et par des morceaux de canne enterrés horizontalement.

C’est une espèce répandue dans la nature et souvent cultivée dans les villages en raison de ses usages multiples, en plus que comme plante ornementale, et en particulier la variété dont les cannes sont jaunes et ont éventuellement de fines stries longitudinales de couleur verte et des feuilles vertes qui peuvent parfois présenter des stries jaunes. Sa culture est propre aux zones à climat tropical et subtropical humide car elle ne supporte pas les températures proches de 0 °C sauf si elles sont occasionnelles et ne durent que peu de temps. Elle a besoin d’une exposition en plein soleil ou, à la limite, d’un ombrage léger et d’un emplacement à l’abri des vents forts. Elle n’est pas particulièrement exigeante en ce qui concerne le sol, mais pousse le mieux dans ceux qui sont sableux, drainants et maintenus constamment humides mais sans eau stagnante.

JPEG - 202.1 ko
Les tiges, dont une à droite en cours de croissance, ont un diamètre de 5 à 10 cm. Les jeunes pousses sont comestibles et ont un goût un peu amer © Giuseppe Mazza

Les jeunes pousses sont comestibles et ont un goût plutôt amer. Dans le Sud-Est asiatique les cannes, que l’on peut fendre facilement dans le sens de la longueur grâce à la faible épaisseur des parois, sont utilisées dans les constructions rurales pour la réalisation de murs et de couvertures. Elles sont en outre employées pour fabriquer des pieux de soutien, des récipients pour l’eau et la cuisson, en particulier celle d’un plat de riz et de lait de coco populaire en Malaisie et en Indonésie, et pour la réalisation d’instruments de musique traditionnels, d’objets d’art et d’objets artisanaux d’usage courant. On peut cultiver cette plante dans des bacs de grande capacité pour la décoration des patios, des terrasses et des lieux vastes et lumineux dotés de hauts plafonds comme les halls, les centres commerciaux, etc.

Synonymes : Arundo cratium Oken (1841) ; Melocanna brachyclada Kurz (1866).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des POACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/s-287-1_schizostachyum_brachycladum
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants