Scyliorhinus stellaris

Famille : Scyliorhinidae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

   

JPEG - 50.7 ko
La grande roussette ( Scyliorhinus stellaris ) est un petit requin en danger © Giuseppe Mazza

La Grande roussette ( Scyliorhinus stellaris - Linnaeus, 1758 ), appartient à la classe des Chondrichthyens (Chondrichthyes), les poissons cartilagineux, à l’ordre des Carcharhi- niformes ( Carcharhiniformes ) qui compte plus de 270 espèces de requins, et à la famille des Scyliorhinidae.

Le nom du genre vient du grec "Skulla", en français Scylla, une nymphe de la mer que Circé, par jalousie, avait transformée en un monstre marin avec 6 têtes de chien qui dévorait les marins dans le détroit de Messine, donné à un requin avec la peau rugueuse, et du grec "rhinos" = nez, en référence au museau de ces poissons qui est long et aplati et doté de deux ouvertures nasales, bien séparées, qui ne rejoignent pas la bouche.

Le nom de l’espèce "stellaris" dérive du latin "stella" et signifie donc "étoilé", ce qui se réfère clairement aux taches disposées comme des étoiles le long du corps de ces animaux.

Le nom français provient vraisemblable- ment de sa coloration brun roussâtre.

Zoogéographie

La grande roussette est présente dans toute la Méditerranée, la Mer Noire exceptée ; au delà du détroit de Gibraltar elle remonte en direction du Nord la côte Est de l’Atlantique jusqu’à la Scandinavie et elle rejoint au Sud le Sénégal en colonisant les Açores, les îles Canaries, Madère et les îles du Cap Vert. Mais il s’agit souvent d’une répartition en taches de léopard avec des populations isolées.

Écologie-Habitat

Elle peut vivre au large jusqu’à une profondeur de 400m mais, ordinairement, elle se déplace entre 20 et 60 m dans des eaux limpides parmi les coraux, les rochers, les fonds pierreux et les prairies sous-marines. Le jour elle dort cachée parmi les rochers et chasse la nuit.

Morphophysiologie

Elle peut atteindre 1,70 m de long mais en Méditerranée elle dépasse rarement les 80 à 100 cm ; sa longueur moyenne dans l’Atlantique est de 1,25 m.

JPEG - 68.3 ko
Un œuf avec l’embryon et le vitellus. L’incubation dure 9 mois © Giuseppe Mazza

Son aspect est celui d’un petit requin avec beaucoup de grandes taches sombres et un nombre moindre de taches blanches, plus petites, sur un fond brun cendré.

Les deux nageoires dorsales sont situées nettement en arrière, dans la seconde moitié du corps, et également en retrait par rapport aux nageoires ventrales.

Les fentes branchiales sont au nombre de 5 ; l’œil est ovale et n’a pas, tout comme les autres Chondrichthyes, de membrane nictitante.

Les mâchoires sont armées de nombreuses dents mais c’est une espèce totalement inoffensive pour l’homme.

Éthologie-Biologie de la reproduction

Elle se nourrit de tous les poissons qui passent à sa portée : morues, harengs et maquereaux sans parler des poissons de fond comme les chapons, les soles et les plies et dévore même de petits requins comme la Petite roussette ( Scyliorhinus canicula ) qui est un congénère de plus petite taille.

Puis viennent les crustacés et les céphalopodes : seiches, calmars et poulpes. Et si l’un d’entre eux, de taille convenable, ose réagir à sa morsure avec ses tentacules, la grande roussette replie son long corps sur lui-même et utilise, à la façon d’une lime, sa peau armée d’écailles acérées jusqu’à ce que le malchanceux, en sang, soit contraint de relâcher sa prise. Cette technique est utilisée aussi pour la défense, comme le savent bien les mains et les bras imprudents des pêcheurs qui les sortent des filets.

Le Scyliorhinus stellaris stellarisest une espèce ovipare à fécondation interne qui se reproduit presque toute l’année en Méditerranée.

Pendant l’accouplement le mâle étreint la femelle en s’enroulant autour d’elle à la façon d’un anneau et, si tout va bien, celle-ci peut pondre un œuf unique par ovaire, et donc deux au maximum.

Il s’agit de curieuses capsules longues de 10 à 13 cm et larges de 3 à 4 cm avec un bord épaissi caractéristique et des vrilles au-dessus et au-dessous, qui leur permettent de s’accrocher fermement aux gorgones ou autres supports sous-marins.

L’incubation dure 9 mois et comme l’enveloppe est relativement transparente on peut suivre la croissance de l’embryon relié au vitellus. À la naissance les jeunes mesurent de 10 à 16 cm et ont une espérance de vie de 19 ans.

Bien que leur chair soit peu gouteuse et leur foie tout-à-fait toxique les grandes roussettes se trouvent souvent sur les étals de poissons frais sous le nom de saumonettes . Elles ne sont pas pêchées intentionnellement mais tombent par hasard dans les filets des chaluts, ce qui a des effets dévastateurs sur cette espèce qui est désormais presque en danger. Le manque de proies causé par la pêche industrielle, le long cycle de reproduction et la fragmentation des populations hypothèquent en fait lourdement son avenir.

L’indice de vulnérabilité de l’espèce est actuellement de 83 sur une échelle de 100.

Synonymes

Scyllium acanthonotum - De Filippi, 1857 ; Scyllium catulus - Müller & Henle, 1838 ; Squalus stellaris - Linnaeus, 1758.

 

→ Pour des informations générales sur les poissons voir ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Chondrichthyes, les POISSONS CARTILAGINEUX cliquer ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_G-5-1_Scyliorhinus_stellaris
_G-5-11_Scyliorhinus_stellaris
_G-5-15_Scyliorhinus_stellaris
_G-5-19_Scyliorhinus_stellaris
_G-5-25_Scyliorhinus_stellaris
_G-5-30_Scyliorhinus_stellaris
_G-5-7_Scyliorhinus_stellaris
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants