Sobralia macrophylla

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 52 ko
Sobralia macrophylla est originaire d’Amérique tropicale où elle croit dans les forêts humides près des cours d’eau. Terrestre ou épiphyte et cespiteuse. Unique fleur de 10 à 12 cm © Mazza

L’espèce est originaire de Bolivie, du Brésil (Acre, Alagoas, Amazonas, Amapá, Bahia, Ceará, Fernando de Noronha, Maranhão, Pará, Paraíba, Pernambuco, Piauí, Rio Grand do Norte, Roraima, Rondônia, Sergipe et Tocantins), de Colombie, du Costa Rica, d’Equateur, de Guyane, de Guyane Française, du Nicaragua, du Panama, du Pérou, du Surinam et du Venezuela où elle croit dans les forêts humides principalement à proximité des cours d’eau et sur les rochers au bord des cascades, à basse et moyenne altitude.

Le genre est dédié au médecin et botaniste Espagnol Francisco Sobral ; le nom d’espèce est la combinaison de l’adjectif grec “μακρός” (macrόs) = grand, long et du substantif “φύλλον” (phyllon) = feuille, en référence évidente.

Sobralia macrophylla Rchb.f. (1852) est une espèce terrestre ou épiphyte, cespiteuse, à la tige dressée mince, mesurant jusqu’à 60 à 80 cm de hauteur et 0,5 à 0,8 cm de diamètre, pourvue dans la partie supérieure de feuilles alternes ovalo-elliptiques à l’apex pointu, plates ou légèrement concaves, plissées, veinées, minces, de 12 à 18 cm de long et 4 à 8 cm de large, de dimensions décroissantes vers l’apex, de couleur vert clair, brillantes sur la face supérieure. Inflorescence terminale portant une fleur unique, d’environ 10 à 12 cm de diamètre, avec des sépales et des pétales elliptique-lancéolés, longs de 6 à 8 cm et larges d’environ 1,3 cm, de couleur allant du blanc crème au jaune pâle, labelle obovale, long d’environ 7 cm et large de 3,5 cm, enveloppant la colonne à la base, aux marges ondulées et frangées, de la même couleur que les sépales et les pétales avec une tache jaune à la base. Les fleurs durent seulement un jour et sont légèrement parfumées.

La reproduction se fait par semis, in vitro, et par division à la reprise végétative. Dans les zones au climat tropical et subtropical humide elle peut être cultivée en plein air comme plante terrestre en position très lumineuse, et même exposée à la lumière solaire directe le matin, sur un sol drainant riche en substances organiques maintenu presque constamment humide. Ailleurs, elle sera cultivée en pots en utilisant un substrat organique comme la fibre de coco, à des températures moyennes-hautes en été, de 25 à 32 °C, légèrement plus fraîches en hiver, arrosages réguliers et abondants l’été, mais sans stagnation, légèrement plus espacés l’hiver, mais sans laisser sécher complètement le substrat, en utilisant de l’eau de pluie, de l’eau déminéralisée ou osmosée. Apports d’engrais hebdomadaires en été, en utilisant, de préférence, un produit hydrosoluble contenant des microéléments, à la moitié de la dose indiquée sur l’emballage, à réduire à une fréquence mensuelle en hiver. Les rempotages ne doivent être effectués que s’ils sont strictement nécessaires à la reprise végétative.

L’espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES (espèce dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Sobralia chlorantha Hook. (1852) ; Cattleya chlorantha (Hook.) Beer (1854) ; Cyathoglottis macrantha Lem. (1854).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/s-293-1_sobralia_macrophylla
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants