Solanum mammosum

Famille : Solanaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 151 ko
Solanum mammosum est une espèce herbacée ou arbustive, annuelle ou pérenne à courte durée de vie, originaire d’Amérique tropicale. Elle peut aussi atteindre 1,5 m de hauteur © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire d’Amérique tropicale (Antigua, Barbade, Belize, Bolivie, Colombie, Costa Rica, Cuba, Dominique, Equateur, Guadeloupe, Jamaïque, Guatemala, Hispaniola, Honduras, Martinique, Mexique, Nicaragua, Panama, Pérou, Porto Rico, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines) où elle pousse dans les bosquets, les prairies et les zones dégradées, de préférence à basse altitude.

Le nom de genre dérive du latin “solamen, minis” = consolation, soulagement, en raison des propriétés médicamenteuses et narcotiques de certaines espèces ; le nom spécifique est l’adjectif latin “mammosus, a, um” = qui a de grosses mamelles, en référence à la forme du fruit.

Noms communs : apple of sodom, cow’s udder, dog poison, fox face, love apple, macawbush, Mikey Mouse plant nipplefruit, pig’s-ears, tit plant, titty fruit, turkei berry, zombie fruit (anglais) ; tetilla, vaca vaquita (Bolivie) ; cabeca de cabrito, jua bravo, jurubeba do pará, peito de moça (Brésil) ; ru qie, wu dai tong tang (Chine) ; hoja de luna, lulo de perro (Colombie) ; pichichio (Costa Rica) ; chucho muyo, teta de vaca (Equateur) ; morelle mammée, poire de bachelier, pomme d’amour, pomme téton (France) ; Euter-Nachtschatten (Allemagne) ; chicha, tetereta (Guatemala) ; tete jeune fille (Haïti) ; terung susu (Indonésie) ; pianta dei capezzoli (Italie) ; terung balanda, terun susu (Malaisie) ; berenjena (Mexique) ; cocona venenose (Pérou) ; pecho de doncella (Porto Rico) ; berenjena de cucarachas, berenjena de gallina, berenjena de teta (Espagne) ; tuna (Venezuela).

Solanum mammosum L. (1753) est une espèce herbacée ou arbustive annuelle ou vivace de courte durée de vie, érigée, ramifiée, haute de 1-1,5 m, aux tiges de couleur brune ou pourpre et aux branches pourvues de poils glandulaires et d’épines jaunâtres, droites ou légèrement courbées, longues de 0,4-1,5 cm.

Les feuilles, sur un pétiole épineux long de 3-8 cm, sont simples, ovales-triangulaires à marges irrégulières sinuées-lobées, à la base de forme tronquée à cordée et à apex aigu ou obtus, de 6-25 cm de longueur et 5-20 cm de largeur, pubescentes et pourvues d’épines aciculaires le long des nervures principales de 0,8-2 cm de longueur.

Inflorescences racémeuses latérales, subsessiles, portant 3-6 fleurs, sur un pédicelle long de 0,5-1 cm, au calice campanulé pubescent, plus ou moins pourvu d’épines, à 5 lobes ovales-lancéolés à apex pointu, longs de 0,3- 0,5 cm, 5 pétales oblongs-lancéolés, longs d’environ 2 cm et larges de 0,4 cm, velus extérieurement, de couleur violacée, 5 étamines à anthères jaunes, longues de 0,8-1 cm, et style long de 0,3 cm.

Le fruit, toxique, est une baie piriforme à 1-5 protubérances ovoïdes à la base, initialement de couleur vert clair, puis jaune vif à maturité tendant avec le temps au jaune orangé, de 4-10 cm de longueur et 3-5 cm de diamètre, mésocarpe spongieux blanc et nombreuses graines semi lenticulaires, d’environ 0,4 cm de longueur et 0,3 cm de largeur, de couleur brun foncé brillant.

JPEG - 93.6 ko
Inflorescences racémeuses à 3-6 fleurs violettes à anthères jaunes. Largement cultivée comme plante ornementale, elle peut se naturaliser et devenir envahissante © Giuseppe Mazza

Elle se propage généralement par graines, préalablement scarifiées et conservées dans de l’eau pendant une journée, placées superficiellement dans un substrat drainant maintenu humide, mais sans stagnation, dans un environnement lumineux à une température de 22-24 °C, avec des temps de germination habituellement de 3-4 semaines ; elle peut également se reproduire par bouturage.

En dépit de sa toxicité pour les mammifères elle est largement cultivée comme plante ornementale, pour ses fruits curieux de longue durée sur la plante, ainsi que pour les vertus médicinales qui lui sont attribuées, dans les pays à climat tropical, subtropical et marginalement dans ceux tempérés chauds les plus doux, où elle s’est souvent naturalisée et se comporte comme une espèce envahissante. Ailleurs, elle est utilisée comme annuelle en la semant en environnement protégé pendant l’hiver et en transférant les jeunes plants en pleine terre au printemps. Elle exige le plein soleil et s’adapte à une grande variété de sols, même fortement argileux, et supporte aussi bien de longues périodes de sécheresse qu’une stagnation hydrique pendant une courte période, mais préfère les sols drainants constamment humides.

JPEG - 110.1 ko
Le fruit, très décoratif, de bon augure en Chine et utilisé dans les compositions florales, est une baie toxique piriforme longue jusqu’à 10 cm à 1-5 protubérances ovoïdes à la base. Initialement vert clair, jaune vif à maturité, puis jaune orangé. Insecticide et vertus médicinales. Il facilite aussi la capture des poissons, les étourdissant © Giuseppe Mazza

En raison de sa toxicité elle a été utilisée dans le passé comme insecticide et pour la capture du poisson. Le jus du fruit a un pouvoir détergent modéré et a été utilisé pour le lavage des vêtements. Les branches coupées avec des fruits, de longue durée de vie, sont utilisées dans des compositions florales ; en Chine, depuis une époque relativement récente, les fruits sont considérés comme de bon augure et sont utilisés dans les décorations de fin et de début de l’année. Différentes parties de la plante sont utilisées en médecine traditionnelle contre diverses pathologies, tant dans les pays d’origine que dans ceux où elle a été introduite depuis un certain temps, malgré l’absence de preuves pharmacologiques. D’autre part, la plante contient un certain nombre de composés bioactifs, principalement des alcaloïdes et des saponines ; les fruits, en particulier, contiennent des glycoalcaloïdes, parmi lesquels la solasonine et la solamargine (toutes deux dérivées de l’alcaloïde solasodine), substances toxiques, mais qui isolées et convenablement dosées peuvent présenter un grand intérêt pour la pharmacopée officielle.

Synonymes : Solanum platanifolium Hook. (1826) ; Solanum globiferum Dunal (1852) ; Solanum mammosissimum Ram. Goyena (1911).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des SOLANACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/s-316-2_solanum_mammosum
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants