Sommieria leucophylla

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

Cette espèce est originaire du centre et de l’ouest de la Nouvelle-Guinée où elle pousse dans les forêts pluviales denses.

Le genre est dédié au botaniste italien Carlo Pietro Stefano Sommier (1848-1922). Le nom de l’espèce est la combinaison des termes grecs "leukos" = blanc et "phyllon" = feuille, par allusion à la partie inférieure de la feuille qui est de couleur blanchâtre.

La Sommieria leucophylla Becc. (1877) est une espèce monoïque au tronc simple, d’une hauteur allant jusqu’à environ 3 m avec un diamètre de 2 à 4 cm et sur lequel sont visibles les anneaux, très rapprochés, correspondant à la trace laissée par les feuilles qui sont tombées.

Les feuilles, au nombre de 20 à 30, sont minces, longues de 1 à 1,8 m et larges de 15 à 30 cm, entières, fortement bifides, plissées, avec un apex acuminé ou tronqué et denté. Elles sont divisées rarement en deux segments par côté, de couleur verte en partie supérieure et recouvertes d’un duvet blanchâtre en partie basse. Le pétiole est long de 10 à 40 cm et la base foliaire, qui n’entoure le tronc qu’en partie, a des bords qui s’effilochent en formant un amas de fibres.

Les inflorescences se forment au milieu des feuilles. Dressées au début, elles sont longues jusqu’à environ 1,5 m et constituées d’un axe principal d’où partent les rameaux florifères qui sont pendants. Elles ont des fleurs de couleur crème ou marron clair disposées sous la forme caractéristique d’une triade ( une fleur femelle au milieu de deux fleurs mâles). Les fleurs présentent le phénomène de la protérandrie (les organes mâles mûrissent avant les organes femelles), ce qui évite l’auto-fécondation et favorise la fécondation croisée.

JPEG - 244.6 ko
Sommieria leucophylla est un palmier très élégant de dimensions modestes originaire de la Nouvelle-Guinée. Peu cultivée mais avec un avenir en horticulture © G Mazza

Les fruits, sphériques, de 0,8 à 1, 4 cm de diamètre, sont recouverts de protubérances pyramidales de couleur marron quand ils sont totalement mûrs et contiennent une seule graine.

On reproduit cette plante au moyen de ses graines qui, si elles sont fraîches, germent rapidement. La croissance est extrêmement lente.

Cette espèce à l’aspect très particulier et élégant du fait de ses feuilles longues et minces est encore rarement cultivée et n’est présente que dans certains parcs et jardins botaniques et les collections privées d’amateurs.

Sa culture se limite aux zones tropicales humides et, de façon marginale, aux zones subtropicales où les températures minimales se maintiennent au-dessus de 10 °C. Elle doit être plantée à un emplacement ombragé particulièrement abrité et comportant une température atmosphérique élevée, sur des sols riches en substances organiques, drainants et maintenus constamment humides.

Elle a certainement de l’avenir sous forme de plante en pot pour décorer des serres et des jardins d’hiver ombragés, à condition d’utiliser des substrats riches en humus complétés dans une proportion d’environ 30 % de sable grossier, de perlite agricole ou de tout autre matériau inerte afin d’améliorer le drainage, de procéder à des arrosages réguliers tout au long de l’année et de maintenir des températures ne descendant pas au-dessous de 16 °C.

Synonymes : Sommieria elegans Becc. (1877) ; Sommieria affinis Becc. (1914).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_S-275-1_Sommieria_leucophylla
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants