Spicara maena

Famille : Sparidae

 

GIF - 5.6 ko

 

Texte © Giuseppe Mazza

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 58.9 ko
La mendole (Spicara maena) a une livrée très variable, selon l’âge, le sexe et la saison © Giuseppe Mazza

La Mendole ( Spicara maena - Linnaeus, 1758 ) appartient à la classe des Actinopterygii, les poissons à nageoires rayonnées, aux Perciformes et à la famille des Sparidae.

Le nom de genre vient du latin "spicare" = en forme d’épi. Le nom d’espèce est le nom latin du poisson, qu’on considérait de mauvaise qualité, bon pour les pauvres.

Zoogéographie

Elle est commune dans toute la Méditerranée, avec une petite présence en Mer Noire. Passé le Détroit de Gibraltar elle a colonisé d’une part les côtes atlantiques espagnole, portugaise, française jusqu’à la Bretagne, et d’autre part la côte africaine jusqu’aux Canaries.

Écologie-Habitat

Bien qu’elle puisse descendre jusqu’à 130-150 m de profondeur, la mendole vit généralement grégaire, à moins de 30 m, dans les prairies de Posidonies ( Posidonia oceanica ) et sur les fonds boueux ou sableux.

Morphophysiologie

La taille atteint 15 à 20 cm chez la femelle et 20 à 25 cm chez le mâle. C’est une espèce polymorphe, de couleur et de forme à géométrie variable, selon l’âge et le sexe. Les jeunes sont plus sveltes, et les mâles, outre leur livrée normale, en possède une nuptiale, sans parler du fait qu’il s’agit d’une espèce protérogyne hermaphrodite : les femelles changent d’aspect en grandissant et deviennent des mâles. Cela a créé une multitude de synonymes et encore plus de noms vulgaires dans les différentes zones dans lesquelles elle vit. La seule chose sure est la tache noire rectangulaire sur les flancs, associée au fait que la longueur de la tête est inférieure à la hauteur du corps.

JPEG - 68 ko
Un élément d’identification rapide est la tache noire voyante sur les flancs. Chair médiocre © Giuseppe Mazza

La coloration générale, qui change selon l’âge, le sexe et la saison, tend vers le bleu avec des taches brillantes, plus ou moins intenses, et des ornements jaunes sur les taches en période de reproduction. La nuit, enfin, toutes les livrées virent, moirées, au gris verdâtre pour se confondre avec le fond, et s’atténuent, au point de presque disparaître, y compris la tache sombre sur les flancs. Le diamètre de l’œil est grand, mais moins que l’espace inter-orbitaire et pré-orbitaire. La bouche est petite et protractile, avec des dents minuscules sur les mâchoires et le vomer. Sur le devant de la mâchoire supérieure, on remarque 6 ou 7 dents plus grandes et acérées, dirigées vers l’intérieur, pour saisir les proies. L’opercule est large et se termine par une pointe émoussée.

La nageoire dorsale, haute et uniforme aux rayons épineux, mesure environ la moitié de la longueur du poisson, et l’anale symétrique est plus courte avec deux ou trois rayons épineux. La caudale est fourchue, les pectorales pointues et les ventrales sont courtes avec des écailles axillaires.

Éthologie-Biologie reproductive

La mendole se nourrit principalement de crustacés planctoniques, mais également de petits organismes qu’elle trouve sur le fond. Lorsqu’elle a atteint la maturité sexuelle, entre 9 et 10 cm, elle se reproduit entre août et octobre dans les prairies de posidonies, que les mâles arrachent jusqu’à former un nid circulaire. La femelle, pleine d’œufs, les colle n’importe où et ils sont immédiatement fécondés. La mendole est abondamment pêchée avec les chaluts de fond, mais étant donné que sa chair est flasque et insipide, ce n’est certes pas une espèce appréciée. On doit la faire mariner ou frire.

L’indice de vulnérabilité de l’espèce est actuellement de 45 sur une échelle de 100.

Synonymes

Maena chryselis - Valenciennes, 1830 ; Maena jusculum Cuvier, 1829 ; Maena maena - Linnaeus, 1758 ; Maena osbeckii - Valenciennes, 1830 ; Maena vomerina - Valenciennes, 1830 ; Maena vulgaris - Valenciennes, 1830 ; Merolepis chryselis - Valenciennes, 1830 ; Merolepis maena - Linnaeus, 1758 ; Smaris cagarella - Cuvier, 1829 ; Smaris chryselis - Valenciennes, 1830 ; Smaris gagarella - Valenciennes, 1830 ; Smaris maena - Linnaeus, 1758 ; Sparus maena - Linnaeus, 1758 ; Sparus osbeck - Lacepède, 1802 ; Sparus tricuspidatus - Spinola, 1807 ; Sparus zebra - Brünnich, 1768 ; Spicara chryselis - Valenciennes, 1830 ; Spicara flexuosa - Rafinesque, 1810.

 

→ Pour des notions générales sur les poissons cliquer ici

→ Pour apprécier la biodiversité des Osteichthyes, les POISSONS OSSEUX, et trouver d’autres espèces cliquer ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_M-50-6_Spicara_maena
_M-50-7_Spicara_maena
_M-50-8_Spicara_maena
_M-50-9_Spicara_maena
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants