Stanhopea oculata

Famille : Orchidaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

L’espèce est originaire du Belize, du Salvador, du Guatemala, du Honduras, du Mexique (Campeche, Chiapas, Colima, Guerrero, Jalisco, Michoacán, Nayarit, Oaxaca, Quintana Roo, Tabasco, Veracruz et Yucatán) et du Nicaragua où elle vit sur les arbres des forêts humides ou sur les parois rocheuses entre 400 et 2000 m d’altitude.

Le genre est dédié à Philip Henry Stanhope (1781-1855) qui fut président de la London Medico-Botanical Society ; le nom spécifique est l’adjectif latin “oculatus, a, um” = qui a des yeux, en référence aux deux taches de couleur brun foncé à la base du labelle.

Noms communs : eye-spot Stanhopea (anglais).

Stanhopea oculata (Lodd.) Lindl. (1832) est une espèce épiphyte, rarement terrestre, relativement variable, aux pseudobulbes ovoïdes, de 3,5 à 7,5 cm de longueur et de 2 à 4,5 cm de diamètre, cannelés longitudinalement, pourvu à l’apex d’une feuille, sur un pétiole long de 7 à 14 cm, elliptique-lancéolée à l’apex pointu, plissée, longue de 30 à 60 cm et large de 4 à 16 cm.

JPEG - 131.3 ko
Stanhopea oculata est une épiphyte d’Amérique Centrale, rarement terrestre, qui pousse dans les forêts humides ou sur les parois rocheuses entre 400 et 2000 m. Pseudobulbes ovoïdes avec une seule feuille de 30-60 cm et une inflorescence insolite pendante pouvant atteindre 30 cm avec 5-8 fleurs parfumées de 10-12 cm © Giuseppe Mazza

Inflorescence racémeuse pendante à partir de la base du pseudobulbe, longue de 15 à 30 cm, sur un pédoncule pourvu de bractées distiques, portant de 5 à 8 fleurs de 10 à 12 cm de diamètre, charnues, cireuses, parfumées, de couleur blanche à jaune ponctuée de rouge pourpre et avec deux taches caractéristiques de couleur brun foncé à la base du labelle, d’où le nom de l’espèce. Sépales ovales-elliptiques concaves, de 5 à 7 cm de longueur et de 2,5 à 4 cm de largeur, et pétales oblongs-lancéolés aux marges ondulées et à l’apex pointu, de 5 à 6 cm de longueur et de 1 à 2 cm de largeur. Labelle long d’environ 7 cm, tripartite, constitué d’une base concave composée des lobes latéraux, pliés pratiquement à angle droit, appelés hypochile, épais, long d’environ 3,5 cm et large de 1,5 cm, d’une partie intermédiaire, le mésochile, avec deux protubérances falciformes en forme de corne, pointu, long d’environ 3 cm, et recourbé sur la partie finale, l’épichile, de forme ovale-elliptique à l’apex pointu, long de 2 à 3 cm et large de 1,5 à 3 cm. Colonne arquée, de 5 à 6 cm de longueur, pourvue de deux ailes dans la seconde moitié. Les fleurs sont pollinisées par des abeilles appartenant à la tribu des Euglossini Latreille, 1802.

La reproduction se fait par semis, in vitro, et par division à la reprise végétative, à partir de chaque section pourvue d’au moins 4 ou 5 pseudobulbes.

Une des Stanhopea les plus appréciées pour ses grandes fleurs attrayantes et parfumées, bien que de courte durée, de 5 à 7 jours, caractéristique commune au genre, et sa facilité de culture, habituellement produite en été et en automne. Elle nécessite une exposition partiellement ombragée, des températures intermédiaires, comprises entre 16 et 28 °C, avec des valeurs minimales nocturnes hivernales de préférence non inférieures à 12 °C, une humidité élevée, entre 65 et 85 %, et une ventilation constante. Les arrosages devront être réguliers et abondants, mais sans stagnation, pendant la phase de croissante, plus réduits pendant la stase végétative, en faisant attention de ne jamais laisser sécher le substrat.

JPEG - 112.6 ko
Détail d’une fleur, prise sous différents angles, avec l’agrandissement du labelle. La pollinisation est confiée à des abeilles de la tribu des Euglossini © Giuseppe Mazza

Elle est généralement cultivée en paniers suspendus pourvus de larges ouvertures, pour permettre aux inflorescences de sortir librement du fond, convenablement doublés pour maintenir le substrat, par exemple avec des feuilles de sphaigne comprimées, de la fibre de coco ou du chanvre de plombier. Le compost peut être constitué de fragments d’écorce et de charbon de bois ou de fibre de coco de calibre moyen et de sphaigne. Fertilisation toutes les deux semaines du printemps à l’automne, mensuelle en hiver, avec un produit équilibré hydrosoluble, contenant des oligoéléments, au quart de la dose indiquée sur l’emballage. La plante ne devra pas être perturbée tant que le substrat ne présente pas de signe de détérioration pour lui permettre de s’installer et de former de grosses touffes à la floraison éclatante.

L’espèce est inscrite à l’annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Dendrobium grandiflorum Sw. (1829) ; Ceratochilus oculatus G. Lodd. (1831) ; Ceratochilus oculatus Lodd. (1832) ; Stanhopea bucephalus Lindl. (1832) ; Stanhopea lindleyi Zucc. (1837) ; Stanhopea oculata var. barkeriana Lindl. (1839) ; Stanhopea aurantia Lodd. ex P.N.Don (1845) ; Stanhopea oculata var. aureum Henshall (1845) ; Stanhopea oculata var. cinnamomum Henshall (1845) ; Stanhopea oculata var. barkeri Heynh. (1846) ; Stanhopea oculata var. minor Heynh. (1846) ; Stanhopea oculata var. meleagris auct. (1851) ; Stanhopea oculata var. lindleyi (Zucc.) Lindl. (1852) ; Stanhopea guttata Beer (1854) ; Stanhopea oculata var. conspicua Regel (1855) ; Stanhopea guttata K.Koch (1858) ; Stanhopea oculata var. flava Planch. (1858) ; Stanhopea oculata var. viridiaurea Planch. (1858) ; Stanhopea ornatissima Lem. (1862) ; Stanhopea cymbiformis Rchb.f. (1865) ; Epidendrum cornutum Sessé & Moc. (1894) ; Stanhopea oculata var. constricta Klinge (1898) ; Stanhopea oculata var. geniculata Klinge (1898) ; Stanhopea minor Schltr. (1917).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ORCHIDACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/s-308-3_stanhopea_oculata
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants