Sterculia foetida

Famille : Malvaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 229.2 ko
Un sterculia fœtida à la fin de l’hiver. Il peut atteindre 40 m de haut et a une frondaison imposante © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire de l’Australie ( Queensland ), du Bangladesh, du Cambodge, de l’Inde, de l’Indonésie, de la Malaisie, du Myanmar, des Philippines, du Sri Lanka, de la Thaïlande et du Vietnam où elle pousse dans des forêts à feuilles caduques, principalement le long des côtes et des cours d’eau.

Le nom du genre vient du latin « stercus » = excrément, fumier, par allusion à l’odeur désagréable des fleurs et des feuilles de certaines espèces. Le nom de l’espèce est l’adjectif latin « fœtidus, a, um » = fétide, puant , par allusion à l’odeur désagréable des fleurs.

Noms communs : australian flame tree, bangar nut, bastard poon tree, fetid sterculia, great sterculia, hazel bottletree, indian-almond, Java olive, poon tree, skunk tree, star chestnut, wild almond ( anglais ), xiang ping po ( chinois ), Kalumpang ( philippin ), arbre puant, olive de Java, olivier putois ( français ), jangli badam ( hindi ), janghang, Kabu-kabu, kepoh ( indonésien ), castanha-da-India, chichà, chichà-fedorento, oliva-de-Java ( portugais-Brésil ), anacagüita, olivo de Java ( espagnol ), chammahong, homrong, samrong ( thaïlandais ), gorapu-badam, pee, pottaikavalam ( tamil ), gewöhnlicher Stinkbaum ( allemand ).

La Sterculia foetida L. ( 1753 ) est un grand arbre à feuilles caduques d’une hauteur pouvant atteindre 40 m, au tronc droit, à l’écorce grisâtre et aux branches presque horizontales disposées en verticelles ( 3 ou plus insérés sur le même nœud ). Les feuilles, regroupées à l’apex des branches sur un pétiole long de 10 à 30cm, sont palmées-composées et comportent 5 à 9 folioles elliptiques à lancéolées, longues de 6 à 15 cm et larges de 2 à 5 cm, avec un bord entier et un apex à la pointe allongée, pubescentes au début puis glabres, de couleur vert intense, brillantes et à l’odeur désagréable.

JPEG - 101.9 ko
Fruits et inflorescences en cours de croissance. Les feuilles, les fleurs et les graines ont des vertus médicinales © Giuseppe Mazza

Les inflorescences sont sub-terminales, en panicules et dressées. Elles sont produites avant l’éclosion des feuilles et portent des fleurs malodorantes , unisexuées sur la même plante, d’environ 2 cm de diamètre, dotées d’un pédoncule long de 1,5 à 2,5 cm, dépourvues de corolle, au calice campanulé à 5 lobes lancéolés dont l’apex est replié vers l’intérieur, de couleur jaunâtre à l’éclosion puis rouge ou pourpre et pubescentes. Les fleurs mâles ont une colonne staminale recourbée longue d’environ 1 cm et 10 à 15 anthères regroupées en cymes ; les fleurs femelles ont un gynophore ( la colonne qui soutient l’ovaire ) long d’environ 0,6 cm, un ovaire pubescent à cinq lobes et un style replié.

Le fruit est composé de 1 à 5 follicules ellipsoïdes, longs d’environ 10 cm et larges de 7 cm, ligneux, d’abord de couleur verte puis rouge, qui s’ouvrent quand ils sont mûrs et qui contiennent 10 à 15 graines oblongues de couleur ardoise, de 1,5 à 2,5 cm de long et disposées le long des bords de l’ouverture.

On reproduit cette plante en semant ses graines, plongées au préalable dans de l’eau pendant 24 heures, dans un terreau organique complété par du sable grossier ou de la perlite et maintenu humide à la température de 22 ° à 24 °C.

La graine germe au bout de 1 à 3 semaines en formant une longue racine pivotante. La croissance au début est particulièrement rapide. C’est un arbre imposant et ornemental en raison de son feuillage, de ses inflorescences et de ses infrutescences spectaculaires mais il est défavorisé par l’odeur désagréable et pénétrante qui émane de ses fleurs. On le cultive en plein soleil dans les zones au climat tropical et subtropical car il est assez sensible aux basses températures.

JPEG - 62.1 ko
Des fruits fermés et ouverts laissant entrevoir les graines comestibles © G. Mazza

Il n’est pas spécialement exigeant en ce qui concerne le sol à condition qu’il soit drainant et maintenu humide, même si des spécimens bien enracinés peuvent supporter des périodes de sécheresse.

Malgré l’inconvénient signalé plus haut il est parfois utilisé comme arbre d’ombrage dans de grands parcs et jardins et dans les alignements d’arbres le long des routes mais à une certaine distance des habitations.

Il est aussi employé pour la maîtrise de l’érosion.

Le bois, de couleur rosée, est facile à travailler et à façonner et est utilisé pour la fabrication de meubles et, localement, pour celle de bateaux et d’instruments de musique.

Les feuilles sont souvent utilisées comme fourrage pour le bétail.

La résine qui suinte du tronc et des branches sert de colle.

À partir de l’écorce, enfin, on fabrique des cordages.

Les fruits immatures ne sont pas comestibles mais, une fois mûrs, ils peuvent être consommés grillés - ils ont un goût semblable à celui des châtaignes ( Castanea sativa Mill.), mais avec modération car ils ont un effet laxatif.

Les feuilles et les fleurs sont utilisées dans la médecine traditionnelle tout comme l’huile qui est extraite des graines dont le composant principal ( au taux de 53 % ) est l’acide sterculique dont il été démontré qu’il a des propriétés pharmacologiques intéressantes et prometteuses.

L’huile a aussi des propriétés insecticides et offre des potentialités comme biodiesel. Synonymes : Sterculia mexicana var. guianensis Sagot (1881) ; Clompanus foetida (L.) Kuntze (1891) ; Clompanus foetidus (L.) Kuntze (1891).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MALVACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_S-282-1_Sterculia_foetida
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants