Stromanthe thalia

Famille : Marantaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

L’espèce est originaire du Brésil (Bahia, Espirito Santo, Minas Gérais, Paraná, Rio de Janeiro et São Paulo) où elle vit dans les forêts pluviales atlantiques, souvent au bord des clairières, du niveau de la mer jusqu’à environ 1700 m d’altitude.

Le nom de genre est la combinaison des substantifs grecs “στρῶμα” (stroma) = couche, lit et “ἄνθος” (anthos) = fleur, en référence aux bractées qui enveloppent les fleurs ; le nom de l’espèce fait référence au genre Thalia que Linné a dédié au médecin allemand Johannes Thal (1542-1583) considéré comme le pionnier de la botanique en Allemagne.

Noms communs : caetê -bravo (portugais du Brésil).

JPEG - 211.1 ko
Originaire du Brésil, Stromanthe thalia est une rhizomateuse vivace, persistante, haute de 0,5-1,5 m. Ornementale facile pour les jardins tropicaux et splendide plante d’appartement © Giuseppe Mazza

Stromanthe thalia (Vell.) J.M.A. Braga (1995) est une espèce herbacée rhizomateuse vivace, à feuilles persistantes, haute de 0,5-1,5 m, à courte tige dressée cachée par la base des feuilles à partir de laquelle partent 1-2 branches se terminant par une touffe de feuilles distiques, sur un pétiole de couleur rouge vineux. Feuilles simples, oblongues-ovales à apex pointu et à marge entière, longues de 25-45 cm et larges de 6-12 cm, coriaces, de couleur vert intense et brillant au-dessus, souvent avec une bande plus claire en correspondance avec la nervure principale, pourpre vineux en-dessous.

Inflorescences terminales constituées d’un scape dressé, long de 30-50 cm, se terminant par un panicule, d’environ 20 cm de longueur et 5-7 cm de diamètre, composé de bractées qui sous-tendent de minuscules fleurs. Calice à 3 sépales oblongs, concaves, d’environ 1 cm de longueur, corolle constituée de 3 pétales de couleur blanche, presque de même longueur que les sépales, 4 staminoïdes pétaloïdes en deux verticilles, une étamine fertile et ovaire infère ; scape, rachis, pédicelles et sépales sont d’une couleur allant du rose soutenu au rouge vif.

Elle se reproduit généralement par division à la reprise végétative au printemps.

L’espèce est en elle-même d’une grande valeur ornementale, pour son feuillage luxuriant et ses inflorescences colorées, mais la variété ’Triostar’ (photo), également connue au niveau des pépinières sous les noms de ’Tristar’ et ’Tricolor’, l’est encore plus, pour ses feuilles panachées de vert, de blanc, de rose et de bordeaux, qui lui ont valu un succès immédiat en particulier comme plante d’intérieur.

Cultivable en plein air dans les zones au climat tropical et subtropical humide et marginalement dans celles tempérées chaudes plus douces, où les températures autour de 0 °C sont des exceptions de courte durée, en tenant compte du fait que la variété est plus sensible aux basses températures que l’espèce. Elle nécessite une exposition de légèrement ombragée, voire quelques heures de soleil le matin, à ombragée, et des sols drainants, riches en matière organique, de neutres à acides, maintenus constamment humides, mais sans stagnation.

En pot, pour la décoration des intérieurs, elle exige une exposition lumineuse, des températures minimales hivernales supérieures à 15 °C et une humidité atmosphérique élevée, qui peut être obtenue par de fréquentes nébulisations avec de l’eau non-calcaire à température ambiante, afin d’éviter les taches disgracieuses sur les feuilles, ou en plaçant le pot sur une grande soucoupe remplie d’argile expansée ou de gravier, et de l’eau à un niveau tel qu’il ne touche pas le fond du pot, de manière à créer un microenvironnement humide autour de la plante. Arrosages réguliers pour maintenir constamment humide le substrat, qui devra être particulièrement aéré et drainant, et fertilisation mensuelle au cours de la période végétative, avec des produits équilibrés hydrosolubles contenant des oligoéléments à la moitié de la dose indiquée sur l’emballage. Etant facilement l’objet d’attaques par les acariens et les cochenilles, elle devra être fréquemment inspectée afin de pouvoir intervenir rapidement avec des produits spécifiques.

Synonymes : Heliconia thalia Vell. (1829) ; Stromanthe sanguinea Sond. (1849) ; Maranta sanguinea (Sond.) Planch. (1852) ; Phrynium sanguineum (Sond.) Hook. (1852) ; Thalia sanguinea (Sond.) Lem. (1853) ; Stromanthe spectabilis Lem. (1854) ; Thalia spectabilis Lem. (1854) ; Maranta spectabilis (Lem.) Körn. (1858) ; Stromanthe sanguinea f. spectabilis (Lem.) Voss (1895).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MARANTACEAE et trouver d’autres espèces cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/s-317-1_stromanthe_thalia
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants