Syagrus orinocensis

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Michel Olivié

 

 

JPEG - 199.3 ko
Haute jusqu’à 12 m la Syagrus orinocensis est un palmier ornemental des tropiques © Giuseppe Mazza

Cette espèce est originaire du nord du Brésil, de la Colombie et du Venezuela où elle pousse dans les forêts d’arbres à feuilles caduques, principalement sur des affleurements de roches granitiques et à basse altitude.

L’origine exacte du nom du genre n’est pas connue : l’hypothèse la plus souvent admise est qu’il vient de "syagrus", nom donné par Pline l’Ancien (23/24-79) à une variété de palmier dattier. Le nom latin de l’espèce désigne son aire d’origine, le bassin de l’Orénoque.

Noms communs : bariyi, churubay, eesi, oroboto , yaripa (Colombie), coquito, cosquito ( Venezuela).

La Syagrus orinocensis (Spruce) Burret (1937) est une espèce monoïque au tronc simple, rarement cespiteux, haut jusqu’à 12 m, bien qu’en culture la taille soit plus basse, d’un diamètre de 10 à 15 cm, de couleur gris clair et sur lequel sont plus ou moins visibles les anneaux correspondant à la trace laissée par les feuilles qui sont tombées.

Les feuilles sont pennées, recourbées de façon élégante et longues jusqu’à 3 m ont des pinnules de couleur vert intense, longues de 30 à 70 cm, disposées de façon irrégulière en groupes de 2 à 3 le long du rachis et insérées à des angles différents mais en général vers le haut, ce qui donne à la feuille un aspect légèrement plumeux avec un profil en V. La base foliaire, longue d’environ 40 cm, enveloppe le tronc seulement en partie.

Les inflorescences, qui naissent au milieu des feuilles et sont protégées au début par une spathe ligneuse longue jusqu’à 1 m, sont ramifiées et portent des fleurs blanchâtres disposées en forme de triade caractéristique (une fleur femelle au milieu de deux fleurs mâles), sauf à l’extrémité des rameaux où seules sont présentes des fleurs mâles. Les fruits sont ellipsoïdes, de 2,5 à 4,5 cm de long et 2 à 3 cm de diamètre et d’une couleur allant du jaune au marron.

Malgré ses caractéristiques ornementales indiscutables ce palmier au tronc haut et mince coiffé d’ une élégante couronne est rarement cultivé en dehors de ses aires d’origine, exception faite des jardins et parcs botaniques et des collections d’amateurs. Il a besoin pour pousser le mieux d’une exposition en plein soleil et d’un climat tropical ou subtropical où il peut supporter des baisses exceptionnelles de température autour de -1 °C, mais au prix de légers dégâts du feuillage.

Il peut supporter des périodes de sécheresse mais tire profit d’arrosages réguliers et d’apports périodiques d’engrais.

Dans ses zones d’origine ses fruits sont utilisés comme aliment pour le bétail et ses feuilles servent à confectionner des objets artisanaux.

Les peuples indigènes de l’Amazonie se nourrissent des larves d’un insecte, le Rhynchophorus palmarum L. ( 1758), qui sont présentes dans les troncs en décomposition et qui jouent un rôle important dans leur régime alimentaire.

Synonymes : Cocos orinocensis Spruce (1869) ; Calappa orinocensis (Spruce) Kuntze (1891) ; Maximiliana orinocensis (Spruce) Speg. (1917) ; Syagrus allenii Glassman (1968).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_S-276-1_Syagrus_orinocensis
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants