Tapeinochilos ananassae

Famille : Costaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 174.7 ko
Tapeinochilos ananassae atteint les 2 m avec des inflorescences de 25 cm © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire d’Australie (Queensland), des Moluques et de Nouvelle-Guinée, où elle croît dans les forêts pluviales du niveau de la mer jusqu’à environ 700 m d’altitude.

Le nom de genre est la combinaison des termes grecs “tapeinos” = modeste et “cheilos” = lèvre, en référence au labelle de petite taille ; le nom spécifique latin fait référence à la ressemblance de l’inflorescence avec l’ananas (Ananas comosus).

Noms communs : backscratcher ginger, devil’s pineapple, giant spiral ginger, indonesian ginger, indonesian wax ginger, pineapple ginger, red indonesian ginger, red wax ginger, torch ginger (anglais) ; reine de Malaisie, rose de Malaisie (français) ; gengibre-abacaxi, gengibre-da-indonésia, tapeinóquilos (portugais) ; ginger de Indonesia, ginger piña, tapeinóquilo (espagnol) ; ananasingwer, riesen-spiralingwer (allemand).

Tapeinochilos ananassae (Hassk.) K. Schum. (1899) est une espèce herbacée pérenne, sempervirente, rhizomateuse, mesurant 2 m de hauteur, voire plus, aux tiges se ramifiant à partir des rhizomes souterrains, initialement dressées, semi ligneuses et privées de feuilles, puis herbacées et tordues en spirale à l’extrémité et pourvues de feuilles rayonnant vers l’extérieur.

Les feuilles sont simples, de forme elliptique à oblancéolée aux marges entières et à l’apex pointu, coriaces, de couleur vert foncé brillant, longues généralement de 10 à 30 cm et larges de 4 à 8 cm, subsessiles (presque dépourvues de pétiole) et aux bases foliaires tubulaires entourant la tige.

Inflorescence en épi, sur un scape floral dressé long de 0,3 à 1 m, issu directement du rhizome, de forme presque conique, continuant à s’allonger pendant 1 à 2 mois, pouvant atteindre une longueur d’environ 25 cm, constituée de bractées cireuses imbriquées, ovoïdes, à l’apex recourbé et pointu, longues d’environ 4 cm et larges de 3 cm, de couleur rouge vif, à la base desquelles se développeront les fleurs bisexuelles à peine plus longues que les bractées.

Les fleurs, longues d’environ 5 cm, sont subsessiles au calice trilobé rouge et à la corolle tubulaire trilobée jaune avec une étamine fertile et 5 staminodes fusionnés ensemble pour former une sorte de labelle relié à la base de la corolle et plus long que celle-ci ; les inflorescences sont parfois surmontées d’une petite tige pourvue de feuilles. Les fruits sont des capsules contenant des graines noires pourvues d’un arille translucide.

La reproduction se fait à partir des graines préalablement immergées dans l’eau pendant un jour ou deux, dans un substrat organique additionné de sable de silice grossier ou de perlite, maintenu humide, à une température de 24 à 26 °C, avec des temps de germination d’environ 6 semaines et avec une première floraison au bout de 3 à 4 années dans les meilleures conditions de culture ; plus fréquemment, la reproduction se fait par division et à partir des courtes branches latérales qui peuvent être détachées et traitées comme des boutures.

Espèce au feuillage luxuriant et à la floraison spectaculaire de longue durée, adaptée exclusivement aux climats tropicaux et subtropicaux humides, à utiliser en masses, comme sous-bois ou pour réaliser des bordures informelles, à l’ombre ou au soleil tamisé et à l’abri du vent ; des températures voisines de 0 °C, même pendant une très courte période, peuvent être fatales, tout comme de longues périodes à des températures inférieures à 10 °C.

JPEG - 172.8 ko
Bractées rouges, fleurs jaunes et graines noires. L’humidité atmosphérique doit être de 80 % © Giuseppe Mazza

Elle nécessite une humidité atmosphérique élevée, voisine de 80 %, et des sols très drainants afin d’éviter une stagnation hydrique pouvant facilement provoquer la pourriture des racines.

Ailleurs, elle peut être cultivée dans un environnement lumineux et humide en utilisant de grands récipients, compte tenu de sa croissance vigoureuse, avec un substrat léger, de préférence acide ou neutre, riche en matière organique, avec ajout de sable de silice grossier ou de perlite ; les arrosages et les apports d’engrais doivent être réguliers en été ; en hiver l’arrosage peut être réduit, mais sans laisser complètement sécher le substrat, avec des températures minimales non inférieures à 15 °C et en moyenne supérieure à 20 °C.

Les inflorescences coupées sont souvent utilisées dans les compositions florales.

Synonymes : Costus ananassae Hassk. (1866) ; Costus pungens Teijsm. & Binn. (1867) ; Tapeinochilos teysmannianus Warb. (1891) ; Tapeinochilos australis K.Schum. (1899) ; Tapeinochilos queenslandiae (F.M.Bailey) K.Schum. (1904).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des COSTACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_T-147-1_Tapeinochilos_ananassae
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants